Tech

Le programme d’immigration du Québec n’accepte que les candidats français

Le programme d’immigration conçu pour les entrepreneurs n’acceptera désormais que les demandes des francophones du Québec.

Cela fait partie de la promesse de la Coalition Avenir Québec (CAQ) que 100 % des nouveaux arrivants dans la province seront francophones d’ici 2026.

Certains travailleurs de l’immigration craignent que cela envoie le mauvais message et nuise à l’économie du Québec.

Le Programme des entrepreneurs du Québec offre une voie vers la résidence permanente et il n’y a pas de limite au nombre de candidats francophones qui peuvent présenter une demande.

Actuellement, 75 entrepreneurs non francophones sont acceptés chaque année.

« En ayant un programme d’immigration entrepreneuriale, on peut attirer les meilleurs entrepreneurs, mais sachant qu’il y a aussi le problème de la langue, je pense que 75 entrepreneurs non francophones, c’est un bon équilibre », a déclaré Winston Chan, conseiller économique du G20. . unité militaire.

Le programme a été recommandé par le groupe de travail du G20, et Chan a déclaré que la décision du Québec de cesser d’accepter des candidats non francophones nuirait à l’économie.

« Ce que nous vivons est une compétition entre pays pour attirer les meilleurs entrepreneurs et les meilleures startups, et en supprimant le programme d’immigration pour les entrepreneurs non francophones, cela réduira le bassin de talents », a déclaré Chan.

Cette décision intervient moins d’un mois après que le premier ministre François Legault a annoncé son intention de rendre l’immigration économique 100 % française d’ici la fin de son second mandat.

Dans un communiqué de presse la semaine dernière, la ministre de l’Immigration de Legault, Christine Frechette, a déclaré: « Nous travaillons à assurer la survie et la vitalité de la langue française tout en favorisant la réussite de l’intégration des immigrants dans la société québécoise. »

READ  Interdit! Avez-vous reçu un avertissement de WhatsApp ? Tu viens d'enfreindre cette règle sacrée

La consultante en immigration Christine Poulin a déclaré que cette décision rendrait le Québec moins attrayant pour les investisseurs.

« Quant à moi, je n’ai pas du tout peur de 75 personnes », a déclaré Bolin. « J’ai juste peur de ce que nous allons perdre.

« Ces gens ont l’argent, ils ont la technologie, et ils vont l’apporter à notre économie, donc c’est nous qui perdons en même temps parce que quand on a des candidats qui viennent frapper à notre porte, qu’est-ce qu’on fait leur suggérer d’aller en Ontario.

Chan a déclaré qu’il espérait que le gouvernement assouplirait au moins les exigences de compétence pour permettre aux entrepreneurs de niveau intermédiaire de parler français.

« Il ne faut pas sous-estimer la volonté de l’homme d’affaires de s’intégrer à la société québécoise francophone », a-t-il dit.

Les changements sont entrés en vigueur le 28 décembre.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer