sport

Le professeur de français devenu une star fermée sur YouTube

Marie-Soline Letocco, enseignante de maternelle dans une petite ville de Bretagne, a fait irruption sous les projecteurs des médias sociaux lors du premier verrouillage de la France lorsqu’elle a créé une émission YouTube qui a remporté ses prix, des milliers d’adeptes et, finalement, plusieurs prix. Il s’agit du premier épisode de la série de France 24 sur les personnes touchées pendant la pandémie.

Les médias français l’ont célébrée en tant que “star YouTube” et “reine parmi les enseignants”, mais Letoqueux ignore les compliments, affirmant qu’elle ne faisait que son travail. Peut-être, mais tous les enseignants n’ont pas créé un fichier Chaîne Youtube Assurer la continuité de leurs étudiants éducation pendant le pandémie.

Quand le président français Emmanuel Macron Annonçant les fermetures des écoles le 12 mars 2020, Letoqueux s’est quelque peu réjoui. « Je pensais pouvoir m’occuper de ma petite fille, qui n’avait que 4 mois à l’époque », raconte l’institutrice de 34 ans à Luitré-Dompierre, une commune proche de Fougères, qui compte 2000 habitants. Le mari s’est vite rendu compte que je ne pouvais pas supporter de ne pas travailler trop longtemps et que je devenais folle. Il m’a donc suggéré de continuer à enseigner via YouTube.

Réticent au début, Letoqueux finit par la laisser parler. Son mari a aidé à produire la vidéo : il est lui-même un ancien YouTuber (plus connu sous le pseudonyme de RealMyop) et un passionné de jeux vidéo, il a sa propre société de production et produit du contenu de vulgarisation scientifique pour des chaînes comme Arte.

Il est temps d’aller vivre

L’équipement et les compétences étaient là. Letoqueux n’avait qu’à retrousser ses manches et à concrétiser le projet. Le couple a transformé une pièce de leur maison en salle de classe et a créé le cadre de visualisation.

Bientôt une petite équipe de professionnels s’est constituée : le mari Ronan, avec sa fille dans un porte-bébé, a fait office de gérant ; Un graphiste a créé le décor et conçu le dernier générique d’ouverture – laissant à Letoqueux le soin d’enseigner et de montrer.

READ  Estanguet insiste sur la "porte ouverte" de Paris 2024 alors que la Semaine mondiale du sport démarre à Paris

Après quelques répétitions, l’équipe a pris les devants. Ils ont invité par e-mail les parents des 26 élèves de la classe à suivre le nouveau programme, “La maîtresse passe en direct” (Jeu un peu de temps en temps sur des mots qui peuvent signifier soit « L’enseignant prend vie » ou « L’enseignant devient incontrôlable. »)

“Personne ne s’y attendait mais la réaction a été enthousiaste”, se souvient Leetoko. « J’ai reçu beaucoup d’encouragements de la part des parents, du directeur et de mes camarades de classe.

Le premier épisode a été diffusé en ligne le 23 mars – il a été mis en ligne pour éviter des heures de montage vidéo. Environ 60 élèves ont regardé la première leçon virtuelle avec leurs parents.

“Je n’étais pas vraiment à l’aise pendant les premiers épisodes”, dit Litoko. “Mais je me suis amélioré grâce aux retours des parents. Je suis devenu plus théâtral et j’ai appris à m’adapter aux limitations. Par exemple, j’ai réalisé que je devais laisser plus de temps aux élèves pour réfléchir et répondre, car tout est une question d’enseignement.”

Bientôt, les disciples et leurs parents ont été attirés. Le bouche à oreille et les réseaux sociaux ont fait des merveilles. Les séances de vidéo en direct, initialement destinées aux élèves du préscolaire de la petite ville de Luitré, se sont rapidement répandues hors de la Bretagne. « Les gens communiquaient de partout dans le monde – du Canada, de Nouvelle-Zélande, du Chili, du Japon, d’Afrique, du Moyen-Orient… Je ne m’attendais pas à faire autant de bruit », dit Litoko.

Certains épisodes ont atteint une audience record de plus de 9 600 connexions – l’équivalent d’environ 400 classes de maternelle – et environ 13 000 parents échangeaient des photos, des vidéos et des impressions sur un serveur partagé.

“L’émission a répondu aux parents qui se sont retrouvés un peu démunis pendant ce temps. D’autres étaient juste heureux d’être comme de petites mouches sur le mur, observant le comportement de leurs enfants en classe.”

READ  La France ajoute plus de médailles à son palmarès

organisme communautaire

Face à l’ampleur du succès de l’émission, l’équipe a engagé un community manager pour fluidifier les retours d’expérience. Un petit groupe de parents a aidé l’équipe à stocker tout le matériel de soutien. Letoqueux s’est également appuyée sur d’autres enseignants – membres du groupe Facebook “Kindergarten Distance Education” – pour de nouvelles idées, car elle a produit une émission en direct d’une heure, quatre jours par semaine.

Le format du spectacle était toujours le même : thème d’ouverture et générique donné par le professeur, histoire et météo, suivi de contes, chansons, ateliers de bricolage, cours de cuisine et autres activités, parfois avec Letoqueux en costume ou en cape. C’était une formule gagnante : « Vous ne vous ennuierez jamais dans cette émission », promettait l’introduction quotidienne, et la preuve en était, la chaîne comptait bientôt plus de 90 000 abonnés.

Mais fin de fermeture Signifie que l’offre publique d’achat était également sur le point d’expirer. Le 4 mai 2020, Letoqueux a annoncé qu’elle reprendrait l’enseignement en classe à la demande de son directeur.

Ce à quoi elle ne s’attendait pas, c’est que les milliers d’abonnés de sa chaîne YouTube unissent leurs forces et lancent une pétition faisant valoir que l’émission est dans “l’intérêt public”, exigeant qu’elle continue. Enfin, à la demande du responsable de la Rin Academy, le bureau du district scolaire, Litokoa a prolongé son aventure numérique jusqu’à la fin de l’année scolaire, le 3 juillet. Les pétitionnaires ont gagné, tout comme les enfants dont les écoles n’ont pas ouvert.

“joli intermède”

L’initiative de Letoqueux fut bientôt imitée par d’autres. « D’autres enseignants se sont lancés dans des projets similaires », a-t-elle déclaré. “Je suis content d’avoir pu inspirer certaines personnes.”

Les médias ont également été une source d’inspiration. J’ai été invité à un entretien après l’entretien. Au début, j’ai bégayé – je n’étais pas particulièrement à l’aise avec elle », dit-elle. Au bout d’un moment, des inconnus l’ont reconnue dans la rue. « C’est tellement amusant. Mais ce qui m’a le plus plu dans toute l’histoire, c’est de voir émerger toute cette entraide autour du projet. Le salon m’a également permis d’évoluer dans mon métier, d’apprendre de nouvelles méthodes d’enseignement et de me sentir plus à l’aise avec les étudiants.

READ  Sener, 19 ans, bat Korda, 21 ans, en 2 tie-breaks à Washington

L’année dernière, Letoqueux a enlevé ses chapeaux de fantaisie et ses robes de super-héros et est allée enseigner une classe de maternelle à l’école privée Saint Joseph de Bonabry à Fougères. “Cela m’a rapproché de chez moi et j’ai rencontré de vrais étudiants dans leur corps. Les voir dans la vraie vie, voir leurs réactions et redécouvrir le bruit de la classe, tout m’a manqué. J’étais tellement heureux d’y être de retour. “

Mais l’aventure de Litokox ne s’est pas arrêtée là. A reçu les Palmes académiques de l’éducation nationale, un prix décerné par l’État aux enseignants exceptionnels pour leurs précieux services dans l’éducation. Paradoxalement, il a même été nommé Breton de l’année lors du gala annuel des “Victoires de la Bretagne”, qui récompense les personnes ayant fait l’actualité régionale au cours de l’année. “C’est drôle, étant donné que je viens de Normandie”, dit-elle avec un sourire. On lui a également proposé de nouveaux projets, comme l’écriture de livres pour enfants.

« Ce projet a été une grande rupture pour moi, mais pour l’instant, je souhaite continuer mon travail d’enseignant. C’est une véritable vocation que je porte en moi depuis la 3e. Mais qui sait, je garde tout ça. des suggestions au fond de ma tête pour le jour où je ne supporterai plus les élèves, dit-elle en riant. “Mais ce moment n’est pas encore venu.”

Cet article a été traduit de l’original en français.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer