Top News

L’Assemblée générale défère l’occupation israélienne à la Cour des Nations Unies

Émis en : la moyenne:

Nations Unies (États-Unis) (AFP) – L’Assemblée générale des Nations unies a demandé vendredi à la Cour internationale de Justice d’examiner les conséquences de l’occupation par Israël des territoires palestiniens, un jour après l’entrée en fonction du gouvernement le plus à droite de l’Etat juif.

L’Assemblée générale a voté 87 voix contre 26 avec 53 abstentions sur la résolution, les pays occidentaux étant divisés mais presque unanimes dans le monde musulman – y compris les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël – et soutenus par la Russie et la Chine.

La décision appelle le tribunal de l’ONU à La Haye à déterminer « les conséquences juridiques découlant de la violation continue par Israël du droit du peuple palestinien à l’autodétermination » ainsi que ses mesures « visant à modifier la composition démographique, la personnalité et le statut ». de la ville sainte de Jérusalem.

L’ambassadeur palestinien aux Nations Unies, Riyad Mansour, a déclaré que le vote avait envoyé un signal au nouveau gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu concernant ses efforts pour « accélérer les politiques coloniales et racistes » et a salué les pays qui n’étaient « pas découragés par les menaces et les pressions ».

« Nous sommes convaincus que quel que soit votre vote aujourd’hui, si vous croyez au droit international et à la paix, vous adhérerez à l’avis de la Cour internationale de Justice lorsqu’il sera rendu », a déclaré Mansour.

S’exprimant avant le vote, l’ambassadeur d’Israël, Gilad Erdan, a qualifié la résolution de « tache morale sur les Nations unies ».

« Aucun organisme international ne peut décider que le peuple juif est occupé dans sa patrie », a déclaré Erdan.

READ  Assurer la paix et la sécurité est une condition essentielle de la durabilité (...)

« Toute décision d’un organe judiciaire qui reçoit son mandat de l’ONU moralement en faillite et politisée est absolument illégitime », a-t-il déclaré.

La résolution exige également qu’Israël mette fin à ses activités de colonisation, mais le vote à l’Assemblée générale n’a aucune valeur juridique, contrairement à ceux du Conseil de sécurité, où l’allié des États-Unis, Israël, exerce un droit de veto.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne se sont opposés à la résolution, tandis que la France s’est abstenue.

« Nous ne pensons pas que la saisine de la Cour internationale de Justice contribue à ramener les parties au dialogue », a déclaré le diplomate britannique Thomas Phipps.

« La position du Royaume-Uni est également qu’il est inapproprié sans le consentement des parties de demander au tribunal de donner un avis consultatif dans ce qui est essentiellement un différend bilatéral. »

Parmi les pays occidentaux qui ont soutenu la décision figurait le Portugal, dont le représentant a reconnu « le danger d’un jugement excessif des relations internationales », mais a déclaré que le tribunal international « soutient l’ordre international fondé sur des règles que nous cherchons à préserver ».

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer