Top News

la surprise d’Hugo Gaston, de la solide Caroline Garcia et de Pierre-Hugues Herbert proches d’un énorme exploit … le jour des Français

Si les deux derniers jours ont été destructeurs pour le clan français, Gaël Monfils, Ugo Humbert ou Kristina Mladenovic, ce mercredi était un peu plus clément. Pour le début du second tour, on pouvait légitimement craindre le point zéro, à savoir pas de Français au troisième tour. Mais heureusement, sur le court 5, dans l’anonymat, ou presque, Hugo Gaston, 20 ans, a livré le clan tricolore.

Saignement Garcia

Dans la dernière rotation sur le court Suzanne-Lenglen, la Lyonnaise s’est battue avant de prendre le dessus sur la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich, 96e joueur mondial. Cependant, dès le départ, ce dernier a pris le service de Caroline Garcia, pas encore complètement entré dans son jeu. Visiblement gêné par un genou douloureux, l’ancien numéro 4 mondial a réussi à revenir et à accrocher un tie-break. Tout en dominant son adversaire dans l’échange, la Française a donné trop de points, 17 fautes directes, elle s’est donc retrouvée menée 5 points à 2 dans le match décisif. Mais, mentalement, et grâce à son talent, Garcia a réussi à aligner 5 points consécutifs pour arracher le premier tour en serrant les dents.

Malgré des douleurs récurrentes, symbolisées par un large bandage posé sur son genou, Caroline Garcia se promenait, à l’exception d’une alerte sur son deuxième match de service où la Lyonnaise a sauvé 6 balles de break au deuxième tour. En restant sérieux, Garcia s’est imposé en deux sets (7-6, 6-2) et a pu répéter ses gammes avant d’affronter le redoutable Belge Elise Mertens, tête de série N.16, au troisième tour.

Après la rencontre, la Lyonnaise se contente d’être sortie du piège. “C’était une bataille difficile, je savais qu’elle était capable de faire beaucoup de choses. Aujourd’hui, physiquement, c’était compliqué, j’ai gagné avec ma tête.” Caroline Garcia a également parlé de sa condition physique. “Il y a eu quelques alertes pendant le match. Disons que l’enfermement a laissé sa marque et que quelques petites blessures se sont réveillées en début de match. A Roland Garros, on a toujours envie d’en faire un peu plus et ça m’a permis de traverser ça. deuxième tour. “

Gaston le gagne

Opposé au japonais Yoshihito Nishioka, qui avait connu son apogée en lançant le prometteur Félix Auger-Aliassime au premier tour, le Toulousain a conquis les quelques spectateurs présents sur ce petit dériveur avec sa combativité et sa rage de gagner. Présent sur tous les points, sauf dans le troisième set où il a eu un coup moins réussi, celui qui était à la 239e place avant le tournoi a arraché l’ensemble du match sur des points clés pour faire la différence. Ainsi, il a sauvé 17 des 22 points de rupture obtenus par les Japonais et a fait la différence dans le tie-break du deuxième set. En tant que patron, Hugo Gaston a terminé le match en 4 sets. Il est entré, pour la première fois de sa jeune carrière, dans le top 200 et affrontera Stan Wawrinka, tête de série N.17 et ancien vainqueur de Roland-Garros en 2015, au troisième tour.


à voir aussi




Roland-Garros: l’exploit d’Hugo Gaston, 20 ans, vainqueur d’un Top 60, qui prend rendez-vous avec Stan Wawrinka au troisième tour



Benoît Paire, mauvaise surprise du jour

Quelle déception. Alors qu’il semblait, sur le papier, être la meilleure chance française de se qualifier pour le troisième tour du tirage au sort masculin, Benoît Paire tombé sous les coups de l’Argentin Federico Coria, frère cadet de Guillermo, finaliste Porte d’Auteuil en 2004. Pourtant, en début de match, rien n’annonçait un tel échec pour le Français. Autoritaire, la tête de série N.23 a survolé le début du match grâce à son amorti dévastateur et à un revers. Mais, l’Avignonnais a baissé de niveau, alors que le ciel passait du bleu au gris, jusqu’à perdre un premier tour qui semblait acquis.

Si le joueur français fantasque a réussi à remporter le deuxième tour, sa condition physique ne lui a pas permis de se battre contre une Coria accrocheuse. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si Paire s’est énervé à chaque changement de camp, ou presque, en demandant l’arrivée d’un médecin. «Que fait le médecin? Que fait-il? Ça fait cinq changements secondaires depuis que je l’ai appelé. Cinq!Il faut dire que les mésaventures de Paire à New York, Rome et Hambourg n’ont pas aidé. Après 2h32 de combat, le temps de commettre 79 fautes directes, et la frustration, Benoît Paire s’est rendu (7-6, 4-6, 6-3, 6-1).


à voir aussi



Roland-Garros: Benoit Paire, trop irrégulier, s'arrête au deuxième tour après sa défaite face à Federico Coria


Roland-Garros: Benoit Paire, trop irrégulier, s’arrête au deuxième tour après sa défaite face à Federico Coria



Herbert, pour le plaisir

Éblouissant, Pierre-Hugues Herbert a offert un récital devant Alexandre Zverev, tête de série N.6 et finaliste récente de l’US Open. Malheureusement, l’Alsacien n’a pas été assez meurtrier pour s’offrir la tête d’un Allemand qui semblait dans le doute. Dans le premier set, le partenaire de double de Nicolas Mahut, a alterné tirs gagnants, 9, et points offerts par Zverev, coupable de 11 fautes directes, pour gagner (6-2). Mais, alors qu’il menait 4-1 dans le deuxième set, Herbert a perdu le set. La machine s’est bloquée et le Tricolore a perdu le troisième set dans le match décisif.

Malgré un sursaut de fierté, sauvant, au quatrième set, l’Alsacien s’est finalement incliné après une résistance acharnée (2-6, 6-4, 7-6, 4-6, 6-4). Cependant, il est reparti avec les honneurs et l’ovation des quelques spectateurs du court Philippe-Chatrier.

à voir aussi



Roland-Garros: Au terme d'un nouveau marathon, Alexander Zverev bat le Français Pierre-Hugues Herbert


Roland-Garros: Au terme d’un nouveau marathon, Alexander Zverev bat le Français Pierre-Hugues Herbert


L’aventure est finie pour Bonzi

Haut bas Gauche Droite. Jannik Sinner flâné Benjamin Bonzi aux quatre coins du court N ° 14, en fin de soirée. L’Italien, qui avait ultra dominé David Goffin au 1er tour, a réitéré sa performance face aux Français (6-2, 6-4, 6-4). Sinner, à peine 19 ans et déjà dans le top 100 mondial (75e), était plus affûté que Bonzi, dès les qualifications (28 coups gagnants contre 20). Il était plus précis aussi quand le Nîmes était trop maladroit (42 fautes directes contre 28).

Le droitier conduit par Riccardo Piatti Se qualifie logiquement pour le 3e tour de Roland-Garros, qui est déjà sa meilleure performance en Grand Chelem, avant un 2e tour à l’Open d’Australie. Il croisera ensuite le chemin de l’Argentin Federico Coria, tueur d’un autre Français, Benoît Paire, avant d’espérer rejoindre le 8est la finale.

READ  Attaque fatale au couteau à Nice: ce que l'on sait

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer