science

La Station spatiale internationale dévie pour éviter les débris spatiaux

PHOTO DE DOSSIER: La Station spatiale internationale (ISS) photographiée par l’équipage Expedition 56 du vaisseau spatial Soyouz après son démantèlement le 4 octobre 2018. NASA/Roscosmos/Handout via REUTERS

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

MOSCOU (Reuters) – La Station spatiale internationale (ISS) a été contrainte de s’éloigner d’un fragment de lanceur américain vendredi, a déclaré le chef de l’agence spatiale russe, le dernier d’une série d’accidents impliquant des débris spatiaux. Les astronautes ont été contraints de répondre.

Les appels à surveiller et à réglementer les débris spatiaux, ou débris spatiaux, se sont multipliés depuis que la Russie a testé un missile anti-satellite le mois dernier. Cela a créé un champ de débris en orbite qui, selon les responsables américains, constituera un risque pour les activités spatiales pendant des années.

La Station spatiale internationale a été forcée de se déplacer en raison des débris spatiaux d’un lanceur américain envoyé en orbite en 1994, a déclaré vendredi Dmitri Rogozine, chef de l’agence spatiale russe Roscosmos.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Roscosmos a déclaré que l’orbite de la station, lors d’une manœuvre imprévue effectuée par le contrôleur de mission, s’était abaissée de 310 mètres (339 yards) pendant près de trois minutes pour éviter une rencontre rapprochée.

Rogozin a ajouté que la manœuvre n’affecterait pas le lancement prévu le 8 décembre de la fusée Soyouz MS-20 depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan et son amarrage à la Station spatiale internationale.

Les débris spatiaux sont constitués de lanceurs abandonnés ou de parties d’un engin spatial qui flottent dans l’espace et risquent d’entrer en collision avec des satellites ou la Station spatiale internationale.

READ  Regardez l'hélicoptère Mars Ingenuity de la NASA en vol dans une vidéo 3D accrocheuse

Dans un article d’opinion publié jeudi par le Financial Times, l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré que la destruction du satellite par la Russie le mois dernier menaçait de transformer l’espace en dépotoir.

« À moins que nous ne changions de cap », a-t-il écrit, « les opportunités spatiales pour améliorer nos vies sur Terre pourraient être suspendues pendant des générations. »

Les débris spatiaux ont également contraint la NASA mardi à reporter une sortie dans l’espace pour remplacer une antenne défectueuse sur la Station spatiale internationale. Le mois dernier, la Station spatiale internationale a effectué une courte manœuvre pour éviter une partie d’un satellite chinois qui n’existe plus.

Vendredi, dans des commentaires séparés, Roscosmos a déclaré qu’il espérait que le chef de la NASA, Bill Nelson, se rendra en Russie au cours du premier semestre 2022 pour discuter d’une coopération future sur la Station spatiale internationale.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

(Reportage de Gabriel Tetro-Farber) Montage par Kim Coogle et Gareth Jones

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer