entertainment

La série Shogun: The Taming of the Shrew de James Clavell de la manière la plus impressionnante

Il y a une raison d'attendre, de s'agiter et d'actualiser votre fil d'actualité pour toute nouvelle concernant la dernière adaptation de Shogun par James Clavell.

Lire les devises est génial. La patience a été récompensée et la persévérance tout au long des dix épisodes a été récompensée par la satisfaction de regarder la meilleure mini-série de romans classiques de tous les temps.

La coupe de la grande littérature apprivoisée est passée entre les mains du Shogun, et il faudra une sortie géante pour la lui arracher.

L'équipe de la série a réalisé une superbe prestation dans tous les domaines : montage du scénario, décoration, cinématographie et jeu des acteurs. Ils étaient totalement attachés à la qualité et ont été acharnés jusqu’au bout.

Regardez la bande-annonce de Shogun ici :

Ils sont arrivés en trombe, s'alignant avec James Clavell et nous montrant l'étendue de son imagination Shogun exactement comme elle devrait l'être : époustouflante à chaque instant.

Dès sa première, la série exigeait une épopée à l’échelle de « Game of Thrones », mais à chacun de ses chapitres suivants, la production s’est surpassée.

Il a réussi à immerger les spectateurs dans le protocole écrit et non écrit du Japon féodal et à les forcer à ressentir, comprendre et évaluer ce qu'ils voyaient de manière digne.

Les personnages ont eu un excellent chemin à parcourir et parmi toute la palette de personnages, Jun Blackthorne, Mariko-sama et Yoshi Toranaga se sont le plus démarqués.

Trois joueurs médiévaux s'efforçant de se placer du bon côté du pouvoir.

La perspective à travers laquelle la série choisit de révéler l’essence de John Blackthorne (Cosmo Jarvis) est le voyage cathartique familier – du barbare à l’homme civilisé.

Image : FX

L'Anglais arrive au Japon sans aucune habitude saine et sans système de valeurs dans lequel le devoir et l'honneur sont des concepts vides de sens.

READ  Isabelle Huppert reçoit l'Ours d'or d'honneur au Festival de Berlin - Date limite

Mais au fil des épisodes, sa mentalité s'oriente peu à peu vers la morale japonaise, ce qui fait de lui un être hybride, résultat de l'hybridation entre deux cultures.

Cela se produit si discrètement et inexprimé que même Blackthorne ne sent pas à quel point son séjour au Japon l'éloigne lentement de ses racines.

La séparation d'avec sa patrie est illustrée dans l'épisode dans lequel le pilote rencontre un marin de son ancien équipage et a du mal à cacher son dégoût pour la personne qu'il a toujours senti lui appartenir.

Blackthorn se situe au milieu des deux mondes polaires, sans appartenir pleinement à l’un ou l’autre.

La carte du personnage du roi de l'échiquier – Yoshi Toranaga (Hiroyuki Sanada) est également liée. Le stratège dont les plans et ses proches sortent avec un couteau.

Image : FX

Un véritable mystère né du mythe japonais selon lequel chaque personne a trois cœurs : un pour le public, un pour ses proches et un cœur secret qui existe caché aux yeux de tous.

Le développement de l'image de Toranaga bat au rythme de ce mythe. Le daimyo fond sous nos yeux comme une poupée Matriochka et nous sert développement après développement avec ses tactiques secrètes.

Son comportement est la preuve que les batailles les plus intéressantes ne se déroulent pas sur le champ de bataille, mais à la table stratégique. Dans cette optique, Toranaga apparaît comme un authentique leader.

Ce n’est pas une personne très bonne ou très mauvaise.

Il est intéressant de noter que le gardien qui prend sa retraite tout au long de « Shogun » ne suscite aucune émotion intense chez le public. Il n'est pas possible de déterminer avec précision s'il existe de la sympathie ou de la haine à son égard.

READ  La France rend hommage au caricaturiste new-yorkais bien-aimé Simbe | les arts et le divertissement

Il est une énigme, mais en même temps un pivot dont les décisions ne peuvent être ignorées à la légère. Un leader par excellence.

En parlant des intrigues cachées de Toranaga, quelques lignes d'admiration doivent également être accordées à la manière dont la série a présenté le point culminant de la série. Le moment le plus remarquable a été si obscur que nous n'en avons eu connaissance qu'après que le daimyo lui-même ait posé cartes sur table et nous ait dit en clair que l'attaque attendue sur Osaka avait effectivement eu lieu.

Image : FX

Pour la première fois dans la série, le moment culminant survient sans que personne ne le sache, ce qui peut créer une certaine confusion.

Je voulais aussi voir la tristement célèbre bataille de Sekigahara où Toranaga et Ishido se battent avec des épées, mais je n'ai pas manqué l'événement enregistré car j'ai eu suffisamment de causalité pour les événements.

Le thème de la série Shogun est finalement celui de la soumission à l'autorité, une idée si joliment référencée à la nature charmante du Japon.

J'écris six longs segments sur des lieux de tournage qui parviennent à nous faire voyager dans le temps et à remplir nos yeux de la nature et de la simplicité du paysage japonais.

La nouvelle adaptation du roman de James Clavell répond aux attentes élevées

Mais quand on descend en bas, on voit que tout est question de classement dans la hiérarchie patriarcale. Certaines veulent être aux commandes, d'autres – en orbite autour du leader, et d'autres encore, comme toutes les femmes de la série par exemple, survivent et s'adaptent aux circonstances changeantes.

READ  Chef-d'œuvre de Van Gogh rarement vendu 15,4 millions de dollars aux enchères à Paris FOX 4 Kansas City WDAF-TV

« Shogun » fait partie des séries les plus surprenantes et pleines de vie qui parviennent à recréer le thème tout en exprimant le respect et la compréhension de l'origine de James Clavell.

C'est un hommage à la puissance de la tradition littéraire, mais aussi suffisamment actualisé pour être compris par un large public au 21e siècle.

L'histoire nous ouvre les yeux sur la dure réalité que vivait le Japon à cette époque et nous fait sympathiser avec ce coin inconnu du monde qui, malgré son éloignement, ne cesse de nous surprendre.

« Shogun » est disponible sur la plateforme de streaming Disney+

Verdict sur « Shogun » : 5 tasses sur 5

L'actrice suit une éducation minutieuse pour ce rôle

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer