Economy

La reprise économique de l’Afrique est la clé de la croissance mondiale

Nous ne pouvons pas profiter d’une reprise économique mondiale complète si le principal moteur de la croissance économique future – l’Afrique – ne se rétablit pas. Dans cet esprit, le président français Emmanuel Macron a organisé mardi à Paris un sommet sur le financement des économies africaines.

Le président Cyril Ramaphosa a assisté au sommet avec des représentants de 28 autres pays africains, de la Chine, de la Chine, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Portugal, de l’Espagne, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Ramaphosa a fait des déclarations fortes lors du sommet sur la vision de l’Afrique de la reprise économique et a ainsi façonné l’agenda.

Le sommet a été le point culminant des efforts que Ramaphosa a lancés lorsqu’il était président de l’Union africaine l’année dernière, lorsqu’il a nommé des envoyés économiques spéciaux pour communiquer avec les institutions financières internationales sur les défis économiques auxquels le continent africain est confronté et pour mobiliser un soutien. En tant que président de l’Union africaine, Ramaphosa a tenté d’assurer une reprise économique robuste et inclusive en Afrique à la suite de la pandémie de COVID-19.

Selon le président sénégalais Macky Sall, les pays africains seront confrontés à un déficit de dépenses de 285 milliards de dollars (environ 4 billions de rands) au cours des deux prochaines années. L’une des principales priorités du sommet était d’amener les pays à aider à combler le déficit de financement de 19 milliards de dollars pour cette année.

L’économie partagée de l’Afrique subsaharienne s’est contractée de 1,9% l’an dernier – la pire contraction jamais enregistrée. Les entreprises africaines ont eu du mal à obtenir des financements et ont fait reculer l’emploi de 8,5%, laissant 17 pays en crise de la dette l’année dernière. Il faut trouver des moyens de soutenir les petites et moyennes entreprises en Afrique, notamment par le biais de garanties de prêts.

READ  FREXIT appelle à une augmentation car on s'attend à ce que «l'effet knock-out» de Covid détruise l'économie française | Le monde | Nouvelles

Le Fonds monétaire international (FMI) estime qu’un financement supplémentaire pouvant atteindre 285 milliards de dollars sera nécessaire en 2021-2025 pour que les pays africains intensifient leurs dépenses face à la pandémie, dont près de la moitié est destinée aux pays africains à faible revenu. Les pays à revenu intermédiaire nécessitent également une attention particulière. En l’absence d’action collective, le financement et les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et du Plan 2063 de l’Union africaine seront mis en péril.

Les participants au sommet ont débattu de la question de l’allégement de la dette et du soutien aux pays africains par le Fonds monétaire international par le biais de droits de tirage spéciaux. Les dirigeants africains ont poussé le Fonds monétaire international à rediriger 100 milliards de dollars des réserves spéciales de droits de tirage du Fonds monétaire international vers l’Afrique d’ici octobre.

En fin de compte, le sommet a appelé à une décision rapide sur l’attribution et la mise en œuvre d’une année sans précédent pour les droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international, qui devraient atteindre 650 milliards de dollars, dont 33 milliards de dollars pour augmenter les avoirs de réserve des pays africains. , et a exhorté les pays à le faire. Utiliser ces nouvelles ressources de manière transparente et efficace.

Pour atténuer la gravité des économies africaines souffrant d’une dette publique extérieure faible, les créanciers du G20 et le Club de Paris ont déclaré qu’ils agissaient conformément à l’accord contenu dans la déclaration du G20 de la CIB en avril et dans le Cadre conjoint pour les remèdes de la dette Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) approuvée. En novembre de l’année dernière.

READ  Le ministre jordanien des Affaires étrangères annonce une réduction de 50 pour cent du quota de morue de 3Ps | Entreprise régionale | Affaires

Le sommet a salué l’ambition de développer une Alliance pour l’entrepreneuriat en Afrique pour aider à mobiliser tous les partenaires, des secteurs public et privé, pour soutenir le développement du secteur privé africain – grâce à des ressources financières et techniques et au renforcement des capacités.

L’un des résultats particulièrement importants du sommet a été un appel à la levée de brevets de vaccins en Afrique pour permettre la fabrication de vaccins sur le continent. Le Président Ramaphosa a souligné la nécessité d’une dérogation temporaire aux réglementations ADPIC, et la nécessité pour d’autres pays de la soutenir afin que l’Afrique puisse produire des vaccins de manière indépendante. La ministre Nalidi Bandur, qui a accompagné le président lors du sommet, a déclaré que la dérogation pourrait être le prélude à une plus grande capacité africaine à produire un lot de vaccins.

La France a exprimé un vif intérêt pour un partenariat avec les producteurs de vaccins en Afrique du Sud pour renforcer la capacité de l’Afrique du Sud à produire des vaccins. Le président Macron a clairement indiqué son objectif de vacciner 40% de la population africaine d’ici la fin de cette année. « La situation actuelle n’est pas durable, elle est injuste et inefficace », a déclaré Macron. Macron a averti que le fait de ne pas vacciner les Africains menaçait de permettre à des variantes potentiellement dangereuses d’émerger et de se propager.

« Nous devons également, en partenariat avec le secteur privé, accélérer la production de vaccins en développant les capacités de fabrication locales en Afrique. Cela peut être facilité par la participation volontaire de la propriété intellectuelle et le transfert efficace de technologies et de connaissances, conformément aux cadres juridiques internationaux », a déclaré le communiqué de clôture du sommet. Tels que la conclusion d’accords de licence et de fabrication pour permettre la production locale. « 

READ  Clermont-Ferrand est le premier aéroport français à introduire un SAF

En marge du sommet, le président Ramaphosa a rencontré les présidents de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Mozambique et de la République démocratique du Congo. Les dirigeants ont parlé de l’urgence et du statut des programmes de vaccination, mais le problème clé pour la plupart d’entre eux est la reprise économique et le plan de relance pour aider leurs économies à se redresser.

Macron prévoit d’effectuer une visite d’État en Afrique du Sud à la fin de ce mois, lorsque les questions débattues lors du sommet s’approfondiront.

* Shannon Ibrahim est rédactrice des affaires étrangères pour Independent Media Group.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer