Economy

La France se prépare à la tourmente alors que les chemins de fer se joignent à la grève mardi

(Bloomberg) – La France s’est préparée mardi à davantage de perturbations du travail et des déplacements alors que la CGT et d’autres syndicats ont demandé aux travailleurs de tous les secteurs de se joindre à une grève de certains employés de la raffinerie pour exiger des salaires plus élevés, l’inflation affectant le pouvoir d’achat.

La RATP, l’opérateur du système de transport en commun parisien, a déclaré que les services de trains express et de bus RER seraient affectés, tandis qu’Eurostar, l’opérateur des trains reliant Paris à Londres, a annulé deux vols lundi après-midi et quatre autres mardi. D’autres services ferroviaires à grande vitesse seront légèrement touchés et le syndicat CGT souhaite que les dockers s’arrêtent pendant plusieurs heures mardi.

« Le travail ouvrier a commencé », a déclaré lundi le président du syndicat CGT, Philippe Martinez, sur la radio France Inter. « Le personnel décidera demain s’il s’agit d’un événement ponctuel ou si une autre action est nécessaire. »

Le conflit de travail dans les raffineries, qui a entraîné des pénuries de carburant dans de nombreuses régions de France, sape une économie déjà aux prises avec la hausse des coûts de l’énergie alors que la Russie réduit les expéditions de gaz naturel vers l’Europe. Pour aggraver les choses, certains employés d’Electricité de France SA, le plus grand producteur d’énergie du pays, ont également démissionné, l’obligeant à commencer à réduire la production et à retarder certains travaux de maintenance des réacteurs nucléaires ces derniers jours.

Les représentants du gouvernement sont devenus plus virulents dans leurs appels pour que les travailleurs en grève des raffineries reprennent le travail alors que les pénuries de carburant persistent. Lundi, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que le temps des négociations était révolu et qu' »une poignée de grévistes » ne devait pas imposer sa volonté à la majorité.

READ  Fiche d'information : Les dirigeants du monde lancent un corridor économique historique entre l'Inde, le Moyen-Orient et l'Europe

Les données gouvernementales ont montré qu’environ 30% des stations-service en France manquaient d’au moins un carburant dimanche. Contre 27% samedi. Le ministre des Transports, Clément Bonn, a déclaré lundi à la radio France Inter que la pénurie d’essence se poursuivra pendant au moins une semaine même après la fin de la grève des raffineries.

entrepôts ouverts

Le ministère de l’Énergie des Transports a ordonné lundi aux travailleurs de débloquer une grande prise de carburant près de Lyon. Il a également renouvelé sa demande de personnel pour assurer qu’un autre grand entrepôt dans le nord du pays reste ouvert.

La poursuite de la fermeture des sites de Total Energy contraste avec le retour à l’activité de deux raffineries détenues par ExxonMobil Corp. Exxon a déclaré vendredi que les raffineries pourraient reprendre leurs activités complètes d’ici deux à trois semaines.

La CGT a rejeté la semaine dernière l’offre de TotalEnergies d’une augmentation de salaire de 7% en 2023, après avoir exigé une augmentation de 10%. Le géant pétrolier français a appelé à la fin de toutes les grèves alors que deux autres syndicats, représentant ensemble la majorité des travailleurs, se sont mis d’accord sur l’accord.

Dans une interview accordée au journal français Les Echos lundi, le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’était pas surprenant que les compagnies pétrolières subissent des pressions pour partager davantage leurs bénéfices avec les travailleurs. « Ils ont beaucoup distribué à leurs actionnaires et administrateurs », a-t-il déclaré au journal. « Tout le monde regarde ces entreprises. »

Mais il a ajouté que ce n’était pas le cas dans d’autres secteurs. « Il y a d’autres industries qui ne vont pas bien, et ce n’est pas le moment de les distribuer à qui que ce soit. »

READ  Fermeture de la banque de Botevgrad et envoi de ses clients à Vratsa et Sofia (Botevgrad, news)

L’inflation supérieure à 6 % et les bénéfices records des compagnies pétrolières à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine ont renforcé l’action revendicative et accru les niveaux d’anxiété économique en France. Un sondage d’opinion publié dimanche par l’Ifop pour le Journal du Dimanche a montré que la lutte contre l’inflation était une préoccupation politique majeure pour les Français.

(Ajoute des perturbations ferroviaires à grande vitesse dans le deuxième paragraphe.)

© Bloomberg LP 2022

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer