Top News

La France lance un mandat d’arrêt contre le patron de la Banque centrale du Liban

Un mandat d’arrêt a été émis à Paris contre le gouverneur de la Banque centrale du Liban après qu’il ne s’est pas présenté mardi devant les enquêteurs français pour un interrogatoire sur des allégations de corruption et de blanchiment d’argent.

Les procureurs français et un juge d’instruction enquêtaient sur Riad Salameh, ainsi que sur son frère et son proche associé, sur des allégations selon lesquelles ils se seraient illégalement enrichis et auraient blanchi des centaines de millions de dollars de fonds publics à des fins personnelles.

Le vétéran de la BDL depuis 30 ans est le bienvenu depuis le krach financier du Liban en 2019, qui a plongé les trois quarts de la population dans la pauvreté.

Salameh, 72 ans, fait l’objet d’une enquête au Liban et dans au moins cinq pays européens pour des crimes financiers présumés, mais il a toujours le soutien de plusieurs dirigeants politiques influents au Liban.

Salameh et son frère, Raja Salameh, ont fermement nié les allégations portées contre eux. Salameh a insisté à plusieurs reprises sur le fait que sa richesse personnelle découlait de son emploi précédent en tant que banquier d’affaires, ainsi que d’un héritage familial.

Une personne proche de l’enquête française a indiqué que le mandat d’arrêt émis en France serait annoncé à l’étranger. Mais il est peu probable que des mesures soient prises au Liban.

Le siège de la Banque centrale du Liban à Beyrouth. © Patrick Moszak/Bloomberg

Pierre-Olivier Sur, l’avocat français de Salameh, a qualifié la convocation d' »invalide » car elle a été envoyée moins de 10 jours avant l’audience prévue.

Salameh a déclaré dans un communiqué que le mandat d’arrêt « contredit les lois » et qu’il ferait appel de la décision. Il a également accusé la juge d’instruction française Aude Bressy de « justice à deux poids deux mesures ».

READ  Poutine accueille le nouveau président du Turkménistan dans l'isolement occidental

Lors de l’audience préliminaire qui devait avoir lieu mardi, Salameh devait être interrogé par les enquêteurs français dans le but de déterminer s’il y avait des preuves suffisantes pour justifier le dépôt de charges préliminaires contre lui. Comme il n’était pas présent, ils ne pouvaient pas prendre une telle décision, a déclaré la personne proche de l’enquête, mais ils pouvaient déposer des accusations préliminaires à la fin de l’enquête, le cas échéant, même par contumace.

Le mandat d’arrêt pourrait compliquer le mandat de Salame en tant que gouverneur. Son mandat actuel se termine en juillet et il a déclaré publiquement qu’il prévoyait de démissionner, bien qu’il n’y ait pas de plan clair pour sa succession. Avec le débat généralisé sur la question de savoir si un gouvernement intérimaire aux pouvoirs limités peut même nommer un remplaçant pour lui, certains dirigeants politiques discutent en privé de la possibilité de prolonger le mandat de Salame.

Le mois dernier, un juge libanais a levé une interdiction de voyager qui avait été imposée à Salameh alors qu’elle enquêtait sur lui. Mais il était largement supposé qu’il ne se rendrait pas en France, par crainte d’y être arrêté.

Des enquêteurs européens, dont des français, se sont rendus au Liban à plusieurs reprises cette année pour interroger Salamé et des dizaines d’autres en lien avec des allégations de corruption d’État.

Un manifestant libanais contre la politique monétaire de Riad Salameh brûle une affiche avec sa photo à Beyrouth en janvier © Joseph Eid / AFP via Getty Images

Les enquêtes européennes découlent d’une enquête suisse qui a débuté il y a plus de deux ans. Les autorités suisses soupçonnent Salameh et son frère Raja d’avoir détourné plus de 300 millions de dollars de la banque centrale entre 2002 et 2015 par le biais de transactions d’une société offshore de l’ombre, selon une lettre du parquet suisse sollicitant l’assistance juridique des autorités libanaises, envoyée en novembre 2020.

READ  NTI s'est envolé pour la France lundi pour commander la livraison du Rivoire

La société offshore Forry Associates était contrôlée par Raja, alléguée par les enquêteurs suisses, avec plus de 300 millions de dollars transférés de Forry vers des comptes bancaires suisses contrôlés par les frères. Riad et Raja Salameh ont nié tout acte répréhensible.

En mars 2022, Eurojust a gelé plus de 130 millions de dollars d’avoirs liés aux enquêtes, citant des enquêtes en cours au Luxembourg, en France et en Allemagne. Salameh a fait appel de la décision.

Une autre personne proche de l’affaire Salameh a déclaré que les avocats avaient déposé des demandes auprès des tribunaux libanais pour suspendre les enquêtes européennes jusqu’à l’achèvement des enquêtes pour le Liban, arguant que les enquêtes européennes parallèles portaient atteinte à la souveraineté judiciaire du Liban. Le procureur de Beyrouth a porté des accusations préliminaires contre Salameh, son frère et le chef du bureau exécutif de Salameh à la banque centrale en février.

La semaine dernière, un juge de haut rang au Liban qui dirigeait l’enquête sur l’affaire Salame a été démis de ses fonctions.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer