Top News

La France fait pression sur les pays de l’UE pour qu’ils approuvent le vaccin contre la grippe aviaire pour la volaille – EURACTIV.fr

Le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandy, a annoncé que deux vaccins seront bientôt testés en France en réponse à la pire épidémie de grippe aviaire que l’Europe ait jamais connue. L’objectif est de le faire approuver par l’ensemble des 27 États membres de l’Union européenne. Rapports EURACTIV France.

La grippe aviaire est une maladie virale hautement contagieuse qui touche principalement les volailles et les oiseaux aquatiques sauvages. Il existe deux souches de virus. Virus hautement ou faiblement pathogènes, appelés respectivement HPAI et LPAI.

En Europe, 29 pays, dont l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et l’Italie – qui ont enregistré environ 300 foyers de virus au début du mois – connaissent la pire vague de grippe aviaire jamais enregistrée.

Les exécutions massives et les mesures de confinement strictes se sont révélées insuffisantes pour arrêter la propagation de la maladie mortelle à travers le bloc.

Pendant ce temps, le Royaume-Uni connaît également des niveaux record d’infection, tout comme Israël, le groupe d’ONG BirdLife International. Rapports.

Alors que la transmission du virus de la volaille à l’homme et entre les humains reste rare, le cas d’un homme britannique infecté par la grippe aviaire le 6 janvier de cette année a également soulevé de sérieuses inquiétudes.

Lundi 17 janvier, le président français Dinormandy, lors de sa première réunion en tant que président d’AGRIFISH sous la présidence du Conseil franco-européen, a réaffirmé son soutien à la vaccination des volailles.

Depuis un an et demi, les autorités ont travaillé dur avec tous les secteurs et pourtant le virus a continué à se propager, a déclaré Dinormandi, en réponse à une question d’EURACTIV lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion.

READ  L'UFC accueillera le premier événement en France en septembre

« Je dis donc de manière très claire, alors que nous avons beaucoup investi dans les mesures de biosécurité, demain nous devons pouvoir combattre ce virus à l’aide d’un vaccin », a-t-il ajouté.

Vaccination « techniquement précise »

Le principal obstacle est que la vaccination des volailles contre la grippe aviaire est toujours interdite dans la plupart des cas par la Commission européenne.

Comme l’explique l’Agence nationale de l’alimentation française, l’Ansis, la vaccination est déjà « techniquement sensible » en raison d’un grand nombre de variantes du virus.

Il était indispensable de pouvoir « s’assurer que le vaccin est bien adapté aux virus de la zone étudiée et que la mise en œuvre du vaccin ne favorise pas la propagation inexpliquée du virus sauvage chez les oiseaux vaccinés », précise également l’agence.

De plus, les techniques de vaccination actuellement disponibles ne permettent pas de distinguer les oiseaux vaccinés des oiseaux infectés.

Cela pose un problème particulier pour l’exportation de produits avicoles, car de nombreux pays refusent d’importer des sous-produits animaux vaccinés en raison du risque d’introduction du virus sur leur territoire à leur insu.

Cela signifie qu’en France et en Europe, le seul moyen de lutter contre la grippe aviaire comprend des mesures de biosécurité telles que la mise à l’abri, les interdictions de déplacement et l’abattage préventif, ainsi qu’une surveillance renforcée des élevages, a conclu l’Ansis.

Des vaccins à tester « dans les prochaines semaines »

Cependant, la France vise à faire pression pour que cela change au cours de sa présidence, qui se déroule jusqu’à la fin du mois de juin.

READ  Les nouvelles règles pour les voyages britanniques en France, en Espagne, en Grèce, en Allemagne, aux Pays-Bas et dans d'autres pays de l'Union européenne donnent la tranquillité d'esprit pour les vacances.

S’exprimant en marge du Conseil des ministres de l’agriculture, Dinormandi a réitéré sa position publicité Le 7 janvier, elle précise que deux vaccins seront testés en France « dans les prochaines semaines ».

Lorsqu’EURACTIV France a insisté pour obtenir des détails, le ministère de l’Agriculture a déclaré que « les travaux étaient en cours » sans fournir plus de détails.

« Nous tirerons des conclusions, que nous partagerons avec nos homologues européens », a déclaré Dinormandi.

Le ministre entend ensuite instruire le dossier en concertation avec les hauts responsables vétérinaires des 27 pays de l’Union européenne pour obtenir l’agrément de la vaccination au niveau européen, si les conclusions de ces travaux le permettent.

Si l’issue de l’opération est encore incertaine pour le moment, le ministre s’est montré optimiste en début de mois.

« Il n’y a pas d’autre solution à long terme que la vaccination », a déclaré Dinormandi, cité par le partenaire d’EURACTIV. Ouest de la France.

[Edited by Natasha Foote and Nathalie Weatherald]

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer