Top News

La France et la Hongrie adoptent un ton conciliant lors de la visite de Macron à Budapest

  • Il y a un différend entre la France et la Hongrie sur un certain nombre de questions
  • Les deux mettent en évidence des points d’accord lors de la visite de Macron
  • Frances assumera la présidence de l’Union européenne en janvier

BUDAPEST/PARIS (Reuters) – Le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi que la France était prête à « travailler ensemble pour l’Europe » avec la Hongrie malgré les différences politiques des deux pays, dans une note conciliante alors que Paris s’apprêtait à prendre la présidence de l’Union européenne.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a également tenu un rameau d’olivier avant les pourparlers de Budapest. Il a déclaré que la Hongrie respecte le dirigeant français et soutient les initiatives de Macron visant à rendre l’Union européenne plus autosuffisante dans les domaines de la défense, de l’énergie nucléaire et de l’agriculture. Lire la suite

Paris et Budapest sont en désaccord sur des questions telles que les droits des LGBT, l’état de droit et les normes démocratiques. Mais Macron souhaite que d’autres pays de l’UE soutiennent les priorités qu’il a fixées pour la présidence française du bloc de six mois à partir de janvier, notamment une meilleure protection et un meilleur contrôle des frontières de l’UE.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

« Nous avons des divergences politiques bien connues, mais nous avons le désir de travailler ensemble pour l’Europe et d’être des partenaires fidèles », a déclaré Macron après son arrivée à Budapest.

Outre une rhétorique parfois dure à l’encontre du gouvernement hongrois, Macron a déclaré la semaine dernière qu’il considérait Orbán comme un opposant politique et un partenaire européen.

READ  un tweet insultant du ministre turc de la Culture à "Charlie Hebdo" rapporté à la justice

« La relation de la Hongrie avec le président Macron est une relation de respect », a déclaré Orban dans un communiqué avant ses entretiens avec le président français.

« La France est la patrie des encyclopédistes, ils sont les meilleurs en matière de définitions, alors nous acceptons leurs définitions : ce que nous a dit récemment Monsieur le Président, c’est que nous sommes des opposants politiques et en même temps des partenaires européens. »

Malgré le ton conciliant des déclarations publiques des dirigeants, Macron a également envoyé un message à Orbán en commençant son voyage à Budapest en déposant une gerbe sur la tombe d’Agnes Heller, la philosophe hongroise qui s’est opposée à Orbán.

Plus tard lundi, il devrait également rencontrer les dirigeants de la coalition d’opposition qui s’apprête à défier Orban lors des élections de l’année prochaine, et assister à une réunion du groupe de Visegrad, qui comprend les dirigeants de la Hongrie, de la Pologne, de la République tchèque et de la Slovaquie.

Au cours des deux derniers mois, Orban a reçu les dirigeants d’extrême droite Marine Le Pen et Eric Zemmour, candidats aux élections présidentielles françaises de l’année prochaine, au cours desquelles Macron devrait briguer un second mandat.

Tous deux ont salué l’opposition d’Orban à l’immigration et Zemmour a salué sa défense de « l’identité, la souveraineté et les frontières de son pays ».

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Reportage supplémentaire de Michelle Rose et Anita Komovice. Écrit par Ingrid Melander et Michelle Rose, édité par Timothy Heritage

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  Des pandas géants s'accouplent "plusieurs fois" au ZooParc de Beauval, France

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer