Top News

La France arrête moins de migrants via la Manche malgré un financement de 480 millions de livres sterling du Royaume-Uni

Les chiffres ont également montré que le nombre de bateaux traversant le canal a diminué de 36 %. À cette époque l’année dernière, il y a eu 856 fermetures, contre 511 de janvier à août de cette année. Cela signifie que le pourcentage de personnes interdites de passage est passé de 61,5 % à 59 %.

Cette année, les bateaux étaient encore plus gros, en moyenne plus de 50 et parfois jusqu’à 70.

Les officiers français ont adopté la tactique consistant à découper des canots pneumatiques pour les empêcher d’aller en mer, mais les députés conservateurs se sont plaints que les migrants pris sur les plages n’étaient pas attrapés mais relâchés, ce qui signifie qu’ils pouvaient réessayer. « Ils ont juste besoin d’avoir de la chance une fois », a déclaré M. Laughton.

Plus tôt cette semaine, Hervé Bierville, ministre français de la mer, a révélé que des passeurs « saturaient » la côte de migrants, provoquant des traversées simultanées entre Dunkerque et Boulogne pour occuper et distraire la police.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré : « Le nombre inacceptable de personnes risquant leur vie en effectuant ces traversées dangereuses met à rude épreuve notre système d’asile. Notre priorité est d’arrêter les bateaux, et notre commandement opérationnel des petits bateaux travaille aux côtés de nos partenaires français et d’autres agences pour perturber les passeurs. » Les humains.

« Le gouvernement va encore plus loin avec l’Illegal Immigration Act, ce qui signifie que les personnes qui arrivent illégalement au Royaume-Uni sont immédiatement détenues et emmenées dans leur pays d’origine ou dans un pays tiers sûr. »

READ  Hackers, des pépins gâchent le retour massif de la France à l'école via Internet

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer