Economy

La fin du verrouillage ralentit la croissance de Netflix

«L’effet de confinement» est terminé. Au troisième trimestre, Netflix a recruté beaucoup moins de nouveaux abonnés qu’au trimestre précédent. Le leader de la vidéo à la demande avait certainement prévenu ses actionnaires du probable ralentissement de sa croissance de juillet à septembre. Il savait que l’explosion de sa popularité au premier et au deuxième trimestre était le résultat direct de la disparition des distractions alternatives comme les événements sportifs, les voyages, aller au cinéma et manger à l’extérieur, en raison des verrouillages dans la plupart des pays du monde.

Netflix avait cependant sous-estimé l’ampleur du frein, anticipant 2,5 millions de nouvelles recrues supplémentaires. En fin de compte, seuls 2,2 millions de foyers supplémentaires dans le monde ont choisi Netflix cet été. Il faut remonter à 2015 pour trouver un trimestre de croissance aussi modeste. Pour mémoire, au cours des premier et deuxième trimestres, la société Los Gatos (Californie) avait réussi, en chiffres nets, à attirer respectivement 15,8 et 10,1 millions d’abonnés supplémentaires.

Un phénomène de «cannibalisation» est probablement à l’œuvre: en relançant la croissance au premier semestre, l’endiguement a réduit le potentiel de croissance de Netflix au second semestre. Par ailleurs Reed Hastings, le patron et fondateur du groupe, attend 6 millions de nouveaux abonnés au cours du trimestre en cours, contre 6,54 millions selon la moyenne des prévisions des analystes.

Montée en puissance des plateformes concurrentes

Le ralentissement torride de la croissance de Netflix déclenche une correction des marchés boursiers. En dehors des heures de négociation, depuis que les performances de la société ont été publiées après la fermeture du Nasdaq mardi soir, le prix de Netflix a plongé de plus de 6%. Mais cette correction est à replacer dans le contexte d’un bond spectaculaire de 62% depuis le début de l’année.

READ  Wall Street se termine en légère baisse alors que Biden creuse l'écart

Le déconfinement n’est pas la seule explication du ralentissement de l’expansion de l’audience de Netflix. La concurrence est également beaucoup plus rude. Non seulement Disney +, vient solliciter les téléspectateurs / internautes, mais aussi HBOMax des studios WarnerMedia, ainsi que Peacock, plateforme NBCUniversal, du groupe Comcast.

Netflix reste pour l’instant le leader du marché de la vidéo à la demande avec 195 millions d’abonnés dans le monde, contre plus de 60 millions pour Disney +. Aucun service n’est encore capable de proposer autant de nouveaux contenus en termes de films, séries et documentaires. Malgré la suspension du tournage de nombreuses productions à partir de mars, Netflix prévoit même de proposer encore plus de nouveaux produits en 2021 que cette année.

Du côté de la rentabilité, Netflix continue de s’améliorer, mais là encore dans des proportions plus faibles que ce qui était attendu. Ses bénéfices ont atteint 790 millions de dollars au troisième trimestre, contre 665 millions de dollars au cours de la même période en 2019. Cela correspond à 1,74 $ par action, alors que nous attendions 2,13 $ par action.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer