Economy

L’Afrique de l’Ouest est-elle prête pour une pièce unique ?

Depuis le début des années 2000, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), composée de 15 membres, poursuit un programme monétaire commun, centré sur «l’environnement» dans le but de réduire les obstacles aux affaires dans la région et d’augmenter le commerce en général. Alors que la mise en œuvre de la nouvelle monnaie a été retardée en raison d’obstacles à la convergence macroéconomique entre les pays et de perturbations causées par la pandémie de COVID-19, entre autres défis, de nombreux décideurs restent impatients d’aller de l’avant, la mise en œuvre étant désormais provisoirement fixée pour 2027.

Alors que la région envisage des étapes vers cet objectif, les chercheurs de la Brookings Institution, Eswar Prasad et Vera Songwe, écrivent un livre ambitieux sur le programme d’intégration régionale de l’Afrique de l’Ouest et le rôle de la monnaie unique qu’ils envisagent dans des questions importantes sur la manière dont la CEDEAO peut parvenir à une union fiscale plus commerciale et d’intégration. , avec ou sans union monétaire, ainsi que les ramifications de l’agenda pour le continent africain. Trois contributions majeures du livre apparaissent.

Premièrement, le livre de Prasad et Songwe se distingue par l’exhaustivité méthodologique de l’analyse. Les auteurs identifient les facteurs que la théorie traditionnelle considère comme cruciaux pour la “zone monétaire optimale” (OCA), envisagée à l’origine par Robert Mundell dans son article de 1961,Théorie des zones monétaires optimales. Les auteurs comparent ces facteurs aux données et concluent essentiellement que « la CEDEAO n’égale pas l’OCA ».Euro Tragedy : un drame en neuf actesL’Europe ne remplissait pas non plus les conditions idéales pour l’OCA lorsque l’Union européenne (UE) s’est lancée dans l’expérience de l’union monétaire. En s’appuyant sur un vaste corpus de littérature théorique et d’analyses de politiques appliquées, Prasad et Songwe identifient à la fois les avantages potentiels et les coûts importants de Le livre souligne comment les différences de structure économique et de convergence macroéconomique peuvent décourager et entraver le projet de monnaie commune de la CEDEAO, et comment un cadre institutionnel solide est nécessaire, en particulier en ce qui concerne le développement des marchés financiers régionaux et une législation uniforme.

Deuxièmement, en lien avec le point précédent, le livre fournit un cadre académique dans lequel tous les facteurs essentiels à la stabilité de l’union monétaire (en particulier sous les pressions macroéconomiques) sont identifiés et comparés aux données économétriques ainsi qu’aux réalités institutionnelles et politiques dans l’ouest. Afrique. Ce sont les « facteurs difficiles » dans le livre. Notamment, selon les auteurs, ces facteurs difficiles ne soutiennent pas encore la transition vers une monnaie unique ouest-africaine. Les décideurs peuvent agir malgré tout. Ils l’ont fait dans la zone euro, qui ne répondait pas aux critères d’une zone monétaire optimale au moment de la mise en place de l’euro. Les « facteurs souples » ont été utilisés sous la forme d’une vision régionale qui s’étend au-delà des domaines de la politique monétaire pour couvrir certaines des préoccupations et des lacunes (correctement) difficiles qui ont été identifiées lors de la préparation de l’union monétaire. Mais ces mêmes facteurs souples se sont par la suite avérés être l’ultime force d’équilibrage des forces centrifuges déchaînées par la crise et la divergence des États membres (voir le livre de Y. Varoufakis de 2017, «adultes dans la chambre“).

READ  Sondage: la plupart des Américains disent que Trump devrait être démis de ses fonctions

De cette façon, le livre réitère l’importance de ces facteurs souples lorsqu’il met en évidence l’énorme importance du Nigeria comme point d’ancrage, qui représente plus de 60 pour cent du PIB de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, et compare cela au rôle de l’Allemagne comme le principal point d’ancrage de la zone euro. L’Allemagne – et en particulier son économie tournée vers l’exportation – a tiré des avantages de la monnaie unique, mais le pays dans son ensemble a dû sacrifier sa politique monétaire conservatrice et offrir des subventions aux membres les plus faibles de la zone euro. Ce résultat semble être le résultat non seulement d’une analyse coûts-bénéfices froide, mais aussi d’un engagement envers l’Europe, qui est largement populaire dans le centre de gravité politique du pays, permettant une flexibilité suffisante dans ce qui était considéré comme un projet basé sur des règles.

Comme mentionné ailleurs (dans « Evaluation de l’agenda pour la monnaie unique dans la région de la CEDEAO »):

“[T]Les leçons de l’euro montrent que même avec des institutions fortes et un engagement politique fort, le maintien d’une monnaie unique reste un défi. Surmonter ces défis sera probablement plus difficile en Afrique de l’Ouest où les conditions préalables au succès, y compris une forte volonté politique et des institutions fortes, sont manifestement absentes. Soyons également clairs : l’euro n’a jamais été uniquement une question de politique monétaire et de commerce. Il a été façonné par la vision d’une Europe unie. Cela ne semble pas non plus être un effort totalement infructueux, en particulier aux yeux des Européens qui deviennent majeurs dans le nouveau millénaire. »

Il existe de nombreux domaines dans lesquels le livre peut fournir une analyse plus approfondie. Premièrement, le livre est relativement silencieux sur la géopolitique entourant la réforme monétaire. Le livre peut discuter davantage des visions et perspectives concurrentes du bloc anglophone, dirigé par le Nigeria, et du bloc francophone, dirigé par la Côte d’Ivoire, car il semble y avoir deux visions opposées de la monnaie. Par exemple, en janvier 2020, le Nigeria a critiqué la décision de décembre 2019 du président français Emmanuel Macron, du président ivoirien Alassane Ouattara et des huit membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine de remplacer le franc CFA (lié à l’euro) par le franc CFA ( liés à l’euro). eco, affirmant que cela va à l’encontre de la vision plus large de la CEDEAO d’une monnaie unique dans les 15 pays d’Afrique de l’Ouest. Il semble également y avoir des philosophies économiques concurrentes Entre les blocs anglophone et francophone, avec le Ghana, peut-être, comme pont potentiel.

Deuxièmement, le livre laisse certaines questions sans réponse. Quel est le point de vue du Nigéria sur le cadre des initiatives de la CEDEAO ? Quels sont les arbitrages et les visions partagées du territoire identifiable ? Les mouvements politiques marginaux européens ne menacent peut-être pas directement la monnaie unique, mais sa montée en puissance vers le centre du pouvoir politique peut menacer la résilience politique dont dépend la survie de l’euro, à travers toutes les turbulences récentes. Comment se compare la scène politique en Afrique de l’Ouest ?

Un problème dans ce contexte est l’asymétrie entre les différents groupes d’intérêt : les propriétaires d’entreprises ayant des activités transfrontalières peuvent bénéficier d’une union monétaire fondée sur des règles. Les agriculteurs pauvres peuvent préférer une banque centrale avec un mandat local pour financer la relance monétaire. Le mécanisme de taux de change à plusieurs niveaux du Nigeria met en évidence ces dilemmes politiques. Au-delà de la convergence des États membres, analysée par Prasad et Songwe, devons-nous nous concentrer davantage sur les critères de convergence entre les différents groupes d’intérêt au sein de chaque pays, en particulier au Nigeria ?

Troisièmement, le livre met en évidence les différentes lacunes sans les ordonner. Les auteurs, cependant, ont-ils une idée des priorités politiques avant de passer à autre chose ? Quelle est la force des preuves que l’Afrique de l’Ouest bénéficierait d’une monnaie unique ? La majeure partie du livre se concentre sur les obstacles à une transition réussie vers une union monétaire et sa stabilité ultérieure. Les avantages, tels que la croissance du commerce intracommunautaire et le développement de chaînes d’approvisionnement transfrontières, sont de nature plus générale. Y a-t-il des leçons de l’Union économique et monétaire ouest-africaine ou même de pays (comme le Royaume-Uni) qui ont choisi de rester en dehors des unions monétaires parmi leurs principaux partenaires commerciaux ? Devrions-nous être conscients du dilemme inhérent selon lequel, bien que nous ayons une bonne idée de ce qu’il faut pour réussir la transition (par exemple, des facteurs durs spécifiques et peut-être certains facteurs souples), nous ne pouvons pas assimiler cela à des attentes quantifiables des avantages de l’union monétaire et leur accumulation au fil du temps? Existe-t-il des risques spécifiques à la relocalisation dans le contexte ouest-africain ? Nous savons que les avantages potentiels de l’intégration économique sont le résultat d’une gestion harmonieuse d’une monnaie unique et d’une élimination des fluctuations des taux de change. Existe-t-il des risques potentiels tels que la volatilité des flux de portefeuille ou le déficit commercial ?

Quatrièmement, lorsque nous parlons d’union monétaire ouest-africaine, parlons-nous enfin de promouvoir la croissance industrielle et l’intégration dans la chaîne d’approvisionnement mondiale ? Les économies asiatiques ont atteint leur position dominante le long des chaînes d’approvisionnement mondiales sans union monétaire, tandis que leur expérience avec des monnaies liées a provoqué un recul temporaire lors de la crise financière asiatique de 1997-1998. (être vu “monnaie commune? Eh bien, la région doit d’abord établir la confiance et développer l’investissementen Afrique de l’Est.)

Dans ce contexte, on pourrait soutenir que ce n’est pas la stabilité de la politique monétaire et l’intégration qui ont stimulé le développement. Les décideurs politiques doivent-ils réfléchir à un avenir à l’intérieur et à l’extérieur du cadre discuté ici ?

Enfin, ne sous-estimons pas l’importance d’un leadership avisé. Dans l’Union européenne, les chanceliers allemands Helmit Kohl et Gerhard Schroeder et le président français Jean Monnet étaient des visionnaires animés par la poursuite d’une Europe intégrée – une Europe sans guerres. En Afrique de l’Ouest, les présidents Yakubu Gowon (Nigeria) et Gnassingbe Eyadema (Togo) ont instauré la confiance et assuré le lancement réussi du Traité de Lagos qui a créé la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest le 28 mai 1975. Ces deux dirigeants visionnaires étaient principalement motivés par l’unification de l’Afrique de l’Ouest – pas un bloc de blocs anglais, ni de blocs francophones ou allosophoniques.

En bref, Prasad et Songwe ont écrit un livre réfléchi qui explore de nombreux aspects du projet de monnaie commune ouest-africaine. Le livre peut servir d’appel à l’action pour que les décideurs politiques examinent sérieusement les questions difficiles que les auteurs ont soulevées.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer