sport

La famille appelle à l’action contre un ressortissant franco-irlandais détenu en Iran

La famille d’un ressortissant franco-irlandais détenu en Iran jeudi a exhorté le gouvernement de Dublin à intensifier les pourparlers pour sa libération, alors que les inquiétudes grandissent pour sa santé après une grève de la faim.

Bernard Vilain, consultant en voyages basé à Paris et l’un des sept ressortissants français détenus par l’Iran, a été arrêté en octobre alors qu’il voyageait à travers le pays à la suite des récentes manifestations anti-régime.

Dans un appel direct au ministre irlandais des Affaires étrangères Michel Martin via la radio RTE, la sœur de Phelain, Caroline Mass Phelain, a appelé les Dublinois à intensifier leurs négociations avec Téhéran.

« L’escalade des négociations avec les autorités iraniennes pour faire sortir Bernard de là. Son état de santé est très mauvais après sa grève de la faim et de la soif », a-t-elle déclaré.

« Sa santé est en grand danger. Nous craignons toujours pour sa vie. Alors ils se sont intensifiés et intensifiés et intensifiés », a-t-elle déclaré, expliquant que son frère souffrait d’une maladie cardiaque et d’une maladie osseuse chronique.

Phelan, 64 ans, est détenu à Mashhad, dans le nord-est de la République islamique, pour un certain nombre d’accusations, notamment la publication de propagande critique à l’égard des dirigeants religieux iraniens.

Il a nié toutes les charges retenues contre lui.

Au début de l’année, le double national a entamé une grève de la faim et a refusé de l’eau pendant trois ans.

Mais Caroline Mas Phelan a déclaré que la famille avait réussi à transmettre mercredi un message à son frère par la voie diplomatique pour qu’il mette fin à la grève de la faim.

READ  Jackson Melton ferme Matthews | Actualités, sports, emplois

Auparavant, les autorités iraniennes avaient refusé les demandes de communication directe avec la famille.

Elle a dit qu’ils l’avaient exhorté à « s’arrêter, manger, boire, que ça n’en vaut pas la peine. Ça ne vaut pas la peine de perdre la vie dans cette situation ».

Caroline Mas Phelan a déclaré mercredi à l’AFP que son frère ne vivrait pas plus de quelques jours compte tenu de la grève de la faim « sèche ».

Une source diplomatique a indiqué que les autorités iraniennes ont jusqu’à présent refusé de libérer Phelan pour des raisons médicales, malgré les demandes répétées des autorités françaises et irlandaises.

Phelan est l’un des vingt étrangers actuellement détenus en Iran, selon des militants, qui décrivent les détenus comme des « otages » qui ont été enlevés pour obtenir des concessions de l’Occident.

Le ressortissant français Benjamin Brier, condamné l’an dernier à huit ans de prison pour espionnage, est détenu dans la même prison.

Caroline Mass-Phelan a déclaré que son frère était « un pion innocent dans un jeu politique plus large », expliquant qu’il « a travaillé dans le tourisme toute sa vie et a fait la promotion de l’Iran en tant que destination ».

csp/phz/yad

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer