sport

La province crée un fonds pour étendre l’éducation en français

L’Université Saint-Boniface ajoute des places à son collège des enseignants et lance un nouveau programme de certificat d’aide-enseignant pour renforcer les rangs des francophones et des professionnels francophones dans les écoles de la province.

Jeudi, le gouvernement du Manitoba a annoncé la création d’un nouveau fonds de 10 millions de dollars pour soutenir l’expansion des possibilités de formation pour les «professions à forte demande» dans des secteurs allant des soins de santé à l’exploitation minière.

Un total de 1,5 million de dollars en financement récurrent est affecté à la formation des enseignants et au personnel de soutien, alors que les départements scolaires sont aux prises avec une forte demande pour l’enseignement du français et une pénurie de professionnels, en particulier dans les régions rurales et du nord de la province.

Le Teachers College devrait se développer de 20 sites, de sorte que jusqu’à 90 candidats peuvent être acceptés dans un programme de deux ans sur une base annuelle. Le spectacle final, qui comprend 10 cours, sera lancé à l’automne avec 30 places disponibles.

« Ce n’est pas un copier-coller de ce qui se passe en anglais », a déclaré Sophie Bouvard, présidente de l’université francophone basée à Winnipeg, par appel vidéo jeudi.

« Il y a une réalité linguistique et culturelle qui accompagne l’éducation (francophone et immersion française de la maternelle à la 12e année) et nous devons donc adapter nos programmes éducatifs à cette réalité.

Certains AE utilisés dans les classes de français et d’immersion sont des diplômés des programmes d’enseignement de l’anglais au Red River College Polytechnic ou à l’Université de Winnipeg, entre autres options. Les curriculum vitae d’autres manquent de formation formelle pour le personnel de soutien scolaire.

READ  La Canadienne Laila Fernandez remporte son premier match depuis l'US Open

Il y a environ 1 000 aides-enseignants entre l’école franco-manitobaine et les écoles d’immersion du Manitoba qui n’ont aucune certification en français, selon une étude récente de l’USB et de Public Education Partners.

Alors que tous les AE doivent remplir un registre de la maltraitance des enfants et une vérification du casier judiciaire, les départements et les écoles privées établissent leurs propres besoins en personnel.

Bovard a déclaré que les cours « USB Assist » seront offerts en personne et en ligne pour assurer la flexibilité.

L’offre initiale est conçue pour les programmes e-Expert existants qui auront la possibilité de suivre des cours en 2023-24 et 2024-25. Les admissions seront ouvertes au grand public à cette époque l’année prochaine, et le programme sera condensé à un an pour les étudiants entrants.

La ministre de l’Enseignement supérieur du Manitoba, Sarah Gillimard, n’était pas disponible pour une entrevue jeudi.

Dans un communiqué de presse, Guillemard a déclaré que l’engagement de financement reflète l’engagement de la province envers la préservation et le développement de la langue et de la culture françaises.

« La formation d’enseignants et d’aides-enseignants francophones contribuera à accroître notre main-d’œuvre bilingue pour aider à répondre aux besoins des entreprises locales en pénurie de main-d’œuvre », a ajouté le ministre.

L’expansion récente signifie que les inscriptions à l’Ordre des enseignantes et enseignants de langue française doubleront au cours de la dernière décennie. Avant 2016, l’USB accueillait chaque année entre 35 et 45 candidats enseignants.

Et tandis que la présidente de l’Association des enseignants francophones a applaudi les développements, elle a déclaré que la résolution des problèmes de dotation est plus complexe que les objectifs d’admission sans cesse croissants.

READ  Wainiqolo est ravi du test de la France - FBC News

« Nous n’avons pas nécessairement des étudiants diplômés de nos programmes d’études secondaires qui frappent à la porte (USB) pour entrer dans la profession enseignante ; je pense qu’une partie du problème est qu’ils voient ce qui se passe dans les écoles maintenant », a déclaré la dirigeante syndicale Lillian Clausen. .

Elle a déclaré que la taille des classes augmentait et que les listes d’EA diminuaient, ajoutant que cette combinaison ne se traduisait pas par de bonnes conditions commerciales.

Mme Clausen a dit qu’elle espère que la province mettra de l’argent de côté pour éliminer les formalités administratives auxquelles sont confrontés les enseignants formés à l’extérieur de la province lorsqu’il s’agit d’obtenir une certification.

Le Parti national a publié une déclaration mettant en doute le soutien des progressistes-conservateurs aux instructions francophones et d’immersion, citant la décision du gouvernement de supprimer un sous-ministre adjoint chargé du dossier et de couper 300 000 $ dans le financement de l’USB.

« L’éducation française souffre après des années de coupures dans les ordinateurs », a déclaré Nello Altomare, porte-parole du NPD en matière d’éducation. « L’annonce d’aujourd’hui n’est qu’une autre promesse vide de sens pour l’année électorale. »

[email protected]

Twitter : @macintoshmaggie

Maggie McIntosh est journaliste pour la Local Journalism Initiative, Winnipeg Free Press

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer