Economy

La faim touche les Brésiliens à l’approche de Noël

délivré en : Modifié:

Rio de Janeiro (AFP) – Riz, haricots noirs, huile, farine, pâtes et sucre. Cela ne ressemble pas à un festin, mais sans ce don de colis de nourriture de 12 kg, Rita Maria de Sousa n’aurait pas eu assez à manger pour Noël.

Au Brésil, la faim touche de plus en plus de familles et les dons des ONG sont essentiels à l’approche des fêtes de fin d’année.

Près d’un quart des Brésiliens souffrent d’insécurité alimentaire.

« Pas grand-chose, mais je pourrai le partager avec ma famille », a déclaré de Sousa, 59 ans, de Duque de Caxias, un quartier pauvre du nord de Rio de Janeiro.

Veuve depuis trois ans, elle vit seule dans une petite maison en briques de la favela de Morro do Garibaldi.

De Sousa marche mollement à cause du diabète et a du mal à avoir une alimentation adéquate.

« J’ai besoin d’une alimentation saine, mais je ne peux pas y arriver avec ce que je gagne », a-t-elle déclaré.

Au chômage depuis six ans, son seul revenu est une allocation mensuelle de 100 rials (17 $) du gouvernement.

Elle compte presque exclusivement sur les dons pour se nourrir.

Son fils est décédé il y a cinq ans, mais elle a une fille de 38 ans, deux petites-filles de 22 et 24 ans, un arrière-petit-fils et bientôt deux autres jumeaux imminents.

Cependant, depuis la mort de son mari, elle passe Noël seule ou avec ses sœurs qui habitent le même quartier.

La faim est de retour

De Sousa a accueilli Jefferson Ribeiro, co-fondateur de l’ONG AMAC, les bras ouverts et un soupir de soulagement alors qu’il lui remettait son colis de nourriture de Noël.

READ  Le PDG de Generali déclare qu'il n'est pas prévu de fusionner avec UniCredit

Amac est l’un des partenaires impliqués dans l’initiative Natal sem Fome (Noël sans faim), qui a déjà distribué 1 500 tonnes de nourriture à la fin de l’année, de quoi préparer huit millions de repas.

Des bénévoles chargent des colis alimentaires dans un camion Daniel Ramalho AFP

Lancée par l’ONG Acao da Cidadania (Mouvement pour la citoyenneté) en 1994, la campagne a été interrompue en 2007 lorsque les niveaux de faim au Brésil ont considérablement diminué.

À l’époque, le président de gauche Luis Inacio Lula da Silva (2003-2010) bénéficiait d’une économie favorable qui lui a permis de mettre en œuvre des politiques qui ont aidé des millions de Brésiliens à sortir de la pauvreté.

Mais le programme Natal sem Fome a dû être relancé après une décennie.

« Nous avons relancé l’opération en 2017 parce que nous nous sommes rendu compte que la faim augmentait à nouveau. Depuis lors (la faim) n’a fait qu’augmenter », a déclaré Rodrigo Afonso, directeur d’Acao da Cidadania.

Un repas par jour

« Avec la pandémie, nous devons prendre un repas par jour », a déclaré Maria Elena Huertas Rosales, une Péruvienne qui vit à Nova Iguaçu, une banlieue adjacente à Duque de Caxias.

La femme de 50 ans, qui a déménagé au Brésil avec son mari et son fils en 2009, a ajouté : « Je ne vois de la viande qu’à la télévision et nous nous demandons toujours : qu’allons-nous manger demain ?

L'entrepôt de l'ONG 'Acao da Cidadania' (Mouvement pour la citoyenneté) avant la distribution de nourriture de Noël
L’entrepôt de l’ONG ‘Acao da Cidadania’ (Mouvement pour la citoyenneté) avant la distribution de nourriture de Noël Daniel Ramalho AFP

Selon un rapport des Nations Unies, entre 2018 et 2020, près de 50 millions de Brésiliens « ont dû vivre sans nourriture ou ont subi une baisse significative en quantité ou en qualité ».

READ  Jaishankar rencontre son homologue allemand ; Discute des questions bilatérales et mondiales

Les choses se sont aggravées ces derniers mois en raison de la pandémie de coronavirus et de l’accélération de l’inflation dans le pays de 213 millions d’habitants.

Les Brésiliens ont été choqués par les images circulant sur les réseaux sociaux de personnes affamées à Rio se disputant des os dans une poubelle.

Les choses se détérioraient déjà avant la pandémie, selon Afonso, qui a mis en cause une « forte baisse » des politiques de lutte contre les pénuries alimentaires.

« Si ces politiques étaient mises en place, il n’y aurait pas de personnes affamées qui se disputeraient les os dans la rue », a-t-il déclaré.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer