entertainment

La chanson « Fire of Love » était une audition inhabituelle pour les nominés canadiens aux Oscars

Le documentaire nominé aux Oscars « Fire of Love » s’ouvre sur des images d’archives de deux jeunes gens s’aventurant dans une toundra gelée vers un volcan actif.

Entourés de monticules de glace glacée, les volcanologues français Maurice et Katia Kraft s’avancent près d’une lèvre rocheuse où d’abord aucun panache de lave n’est visible, mais à mesure qu’ils se rapprochent, des sources chaudes apparaissent.

Il s’agit de l’une des nombreuses scènes de la coproduction canado-américaine qui dépeignent la volonté obsessionnelle d’un couple de découvrir les secrets des volcans, une passion commune presque aussi fougueuse que leur histoire d’amour.

Le producteur canado-américain Shane Burris dit que lui et ses collaborateurs étaient désireux d’explorer le double dévouement que les Krafft avaient pour leur travail et l’un pour l’autre. Le long métrage documentaire est en grande partie tiré d’images d’archives que les Krafft ont collectées sur une période de 25 ans.

« Dès le premier instant où vous voyez cette séquence, vous êtes complètement hypnotisé et émerveillé par son immensité et sa brillance », déclare Burris à propos des images d’archives de l’anthologie.

« Une fois que vous apprenez également qu’il y a aussi une histoire d’amour là-bas – il y a cette véritable quête pour rester en contact avec les forces des éléments de la planète – c’est ce qui a si profondément affecté leur histoire. »

Boris dit avoir un penchant pour les films qui « repoussent les limites des formats traditionnels afin de raconter des histoires intemporelles ».

Fire of Love est un documentaire sur la nature largement inspiré par les visuels et la narration de l’actrice et réalisatrice Miranda July.

READ  Faites des épisodes de la fête de la musique de l'été dans Uptown - Gig Harbor maintenant

Le film sera en compétition aux Oscars dimanche dans la catégorie Meilleur long métrage documentaire. C’est contre l’épopée opioïde américaine « All the Beauty and the Bloodshed », l’histoire de la conservation des oiseaux préparée par Delhi intitulée « All That Breathe », la photo de l’orphelinat préparée par l’Ukraine « A House Made of Shrapnel » et le film américain  » Navalny », une enquête sur l’empoisonnement du chef de l’opposition russe Alexeï Navalny.

Désormais diffusé sur Disney Plus, « Fire of Love » devrait également être adapté en long métrage dans le cadre d’un accord avec Searchlight Pictures, avec Boris et la réalisatrice de documentaires Sara Dosa à bord en tant que producteurs.

Boris et ses collaborateurs canadiens, dont la coproductrice montréalaise Ina Fishman et le monteur Jocelyn Chaput, affirment avoir obtenu près de 200 heures de séquences tournées par le couple.

Les Kraffts étaient connus dans toute la France dans les années 1970 et 1980 pour collecter des échantillons volcaniques et s’approcher dangereusement des volcans actifs pour comprendre leurs mystères.

Ils sont morts au cours d’une de ces expéditions le 3 juin 1991, lorsque le volcan japonais du mont Unzen a éclaté de manière catastrophique, tuant 43 personnes, dont les Krafft.

Chaput dit que le couple est rarement apparu devant la caméra parce qu’il a consacré son travail à éduquer les autres sur les merveilles et les dangers des volcans. Donc, trouver des images du couple ensemble, c’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin.

Chabot, Dosa et un autre éditeur ont passé au crible des centaines d’heures de séquences géologiques, de livres, d’émissions de radio et d’interviews pour décrire la relation du couple.

READ  Dua Lipa partage un aperçu des coulisses d'une visite de luxe aux 24 Heures du Mans historiques en France

Le film comprend des photos de Katia et Maurice au bord des stands, des participations à des interviews à la radio et des apparitions à la télévision en France.

Chabot dit que l’histoire d’amour a été influencée par une citation trouvée dans l’un des livres de Morris Craft : « Katya et les volcans, c’est une histoire d’amour.

« Dans la salle de montage, trouver cet équilibre entre se laisser emporter par le monde des volcans, sans perdre le fil émotionnel du cheminement et de l’amour de Katya et Maurice, était la clé », dit-elle.

« Dans la salle de montage, il y a eu des expérimentations – des essais et des erreurs. »

« Fire of Love » explore les thèmes de la peur et de la vie à travers deux scientifiques qui se sont donné pour mission de se rapprocher des forces meurtrières et brûlantes de la création qu’ils reconnaissent que les volcans existent.

« Certains scientifiques pensent qu’il faut s’éloigner des données que l’on étudie pour les voir le plus objectivement possible, mais Maurice et Katia ont estimé qu’ils devaient être proches et intimes à certains égards, comme amoureux de ce qu’ils étudiaient. « , ajoute Boris.

Elle était présente dans notre approche du matériau et notre approche du film. Je pense que nous sommes allés plus dans l’intime que dans le regard objectif et discret. »

Un grand pourcentage de la surface de la planète est de la lave solidifiée provenant d’une éruption volcanique, explique Boris, qui a également travaillé sur « Navalny », réalisé par Daniel Rohr, de Toronto. Il y voit un message profond sur la vie.

READ  Le Jeep® Grand Cherokee 2021 reçoit le son premium McIntosh®

« L’une des choses que nous avons apprises sur les volcans, c’est que lorsqu’une chose est détruite, une autre est créée, et c’est ainsi que fonctionnent les volcans », explique Burris.

« Lorsque Katya et Maurice sont malheureusement morts dans le volcan, ils sont devenus un avec eux, où de nouvelles histoires et légendes ont pu être racontées à la suite de l’histoire de leur vie. »

Fichman dit que Fire of Love « a été l’un des projets les plus gratifiants de sa carrière de 30 ans.

« Chaque film que vous faites est une expérience vraiment unique et je dois dire que ce fut une expérience extraordinaire pour moi à bien des niveaux », déclare Fishman, dont les crédits incluent « Oslo Diaries » nominé aux Emmy Awards 2017 et « Layla on the Pont. » . »

« Pas seulement pour la nomination aux Oscars, mais pour cette équipe et la collaboration avec ces personnes très talentueuses. »

Les Oscars ont été diffusés le dimanche 12 mars à 20 h HNE / 17 h PT sur CTV, CTV.ca et l’application CTV.

—Noël Ransom, La Presse Canadienne

Films et télévision

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer