entertainment

Un examen plus approfondi des « Joyeux bouffons » d’Henry Rousseau révèle une œuvre d’art complexe d’un homme complexe.

Henri Rousseau était douanier travaillant à un poste de péage et n’a récupéré le dessin qu’à la quarantaine. Il a peint des tableaux d’apparence innocente et à la fois très sensibles (perspective irrationnelle, anatomie inutile) qui ressemblent soit à de l’art pour enfants, soit – ce n’est pas la même chose – à des illustrations de livres pour enfants.

dans un « marie bouffons‘, l’une des nombreuses images de la jungle qu’il a peintes, nous voyons un groupe de singes barbus au milieu d’un rocher majestueux caractéristique de feuilles de palmier, de feuillage et d’herbes hautes. Le paysage est sans vent et gelé, et le feuillage est si délicat qu’il semble à tisser. Les singes regardent comme s’ils étaient surpris, tout comme l’oiseau. Plumage turquoise, cramoisi et gris Une belle fleur blanche – identifiée comme une campanule, ou « petite cloche » (ne pousse pas dans les climats tropicaux) – est suspendue sur le côté gauche de l’image. Sa forme ressemble à celle d’un oiseau et le singe solitaire s’accroche à un tronc d’arbre en Terre du Milieu.

Malgré son âge avancé, Rousseau (1844-1910) était ami avec Pablo Picasso (1881-1973) et d’autres artistes d’avant-garde qui peuplaient Paris dans les années 2000. Son surnom, « Le Douanier », fait référence à son ancien métier de douanier. Mais au moment où il a été recruté, il avait pris sa retraite depuis longtemps, donc c’était aussi une légère nuisance – un peu de sarcasme bohème.

En 1908, ces artistes et leurs amis poètes, soucieux de renverser toutes les hypothèses antérieures sur l’art, organisent un célèbre banquet en l’honneur de Rousseau. Parmi les participants figuraient Picasso, les poètes Guillaume Apollinaire et Max Jacob, et les frères américains Leo et Gertrude Stein.

READ  Les films ont été tournés à la télévision cette semaine dans le Hertfordshire

La célèbre photo de Russo le montre assis devant « The Merry Jesters ». Il ressemble à un homme fier avec des cheveux gris clair, une moustache majestueuse, un pinceau dans une main et la palette du peintre sur ses genoux. Vous pouvez y déposer « innocence enfantine » si vous le souhaitez. Mais vous aurez le mauvais gars.

A l’occasion de la rétrospective Rousseau à Londres Tate Moderne en 2005, l’artiste Dexter Dalwood a expliqué que Rousseau « n’était pas seulement ce vieil homme gentil et simple… qui passait ses dimanches à peindre… il était intelligent et dur ; il buvait trop et avait des problèmes d’argent. -un an de prison avec sursis pour fraude bancaire. » Il y avait plus de « rue » là-dedans que certains voudraient le croire.

Quand tu vois les peintures par Rousseau dans Musées (Ceci se trouve dans Musée d’art de Philadelphie), tend à côtoyer des œuvres d’avant-garde de la même époque, comme Picasso et Georges Peintures de Braque en gris et marron, cubistes difficiles à analyser. Dans de tels contextes, les images transparentes et richement colorées de Rousseau de personnes innocentes – jungles, félins et lune – peuvent être un soulagement.

Et ils sont. Mais à y regarder de près, il y a souvent des anomalies mystérieuses. Ici, au premier plan – pour une raison inexplicable – se trouve une bouteille de lait à l’envers versant son contenu dans l’herbe, et un gratte-dos à longue main. Un singe touche le gratte-dos avec sa patte. Il peut y avoir un sens clair ; Je ne peux pas comprendre. Mais ces deux éléments sont certainement un signe du sens de l’humour de Rousseau. Ils nous rappellent l’astuce de base au cœur de sa vision.

READ  L'Angleterre a battu la France à Lille après que le match ait été interrompu par une panne de lampe de poche

La vérité est que Rousseau n’a jamais quitté la France – et encore moins exploré une jungle tropicale. Tout ce qu’il avait à faire était le zoo et les jardins botaniques, les diverses images qu’il avait vues dans les livres et les musées, et sa propre imagination. Et c’est peut-être pour cela, après tout, que nous aimons Rousseau : les animaux qu’il a vus au zoo étaient derrière les barreaux, mais son imagination vagabondait où il voulait.

De grandes œuvres au microscope

Une série présentant les œuvres préférées du critique d’art Sebastian Sme dans des collections permanentes à travers les États-Unis. « Ce sont des choses qui m’émeuvent. Une partie du plaisir est d’essayer de comprendre pourquoi. « 

Modifier des photos et rechercher par Pommes Kelsey. design et développement Jean Alcantara.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer