Economy

Hôtellerie et restauration: les assureurs obligés d’agir

“On a affaire à des problèmes avec une hache et ce n’est jamais la bonne solution, mais si les assureurs ne trouvent pas le moyen de s’en sortir eux-mêmes, nous n’aurons d’autre choix que de maintenir ce prélèvement obligatoire. De 1,2 milliard d’euros.” RMC, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a durci son ton contre les assureurs, accusés de ne pas soutenir leurs clients dans le secteur de l’hôtellerie, des cafés et de la restauration (HCR) – les plus durement touchés par la crise des coronavirus et le lock-out.

S’ils ne s’engagent pas ce lundi 7 décembre à geler les cotisations de leurs contrats professionnels multi-risques pour 2021, Bruno Le Maire menace de leur faire payer une taxe punitive de 1,2 milliard d’euros. Un amendement prévoyant cette taxe a déjà été adopté par le Sénat et pourrait être adopté dans les prochains jours par l’Assemblée dans le cadre de l’examen en deuxième lecture du projet de loi de finances.

Une taxe très dissuasive

La menace soulevée par le ministre est prise très au sérieux par les assureurs. Ils ont multiplié cette semaine les réunions de concertation sous l’égide de la Fédération Française de l’Assurance (FFA, réunissant plus de 260 assureurs) et les discussions, poursuivies tout au long du week-end, sont sur le point de se conclure. “La profession y a tout intérêt car cette taxe de 1,2 milliard d’euros, qui représente 2% de leur chiffre d’affaires annuel, est sans comparaison avec les actions demandées sur les primes”, souffle un bon observateur du secteur, qui estime cette taxe ” largement dix fois plus cher “.

READ  Free Mobile augmente le prix de son forfait "Série gratuite" et s'aligne sur ses concurrents

Entre un rocher et un dur, plusieurs assureurs contactés se disent déjà prêts à accepter de geler leurs primes dans le secteur HCR l’année prochaine. Mais il ne faut pas s’attendre à un accord commun lundi. “La FFA ne peut pas s’engager sur les prix au nom de ses membres, car cela reviendrait à un accord sur les prix”, prévient la Fédération. Les assureurs devraient donc faire l’annonce individuellement. Cependant, la Fédération ne doit pas venir à Bercy les mains vides. Il doit rencontrer son conseil exécutif juste avant de rencontrer Bruno Le Maire où il doit entreprendre plusieurs actions supplémentaires. Une façon de montrer au ministre qu’il a été entendu lorsqu’il demande que le gel des primes soit «un minimum».

Autres concessions à venir

Ce week-end, trois engagements en discussion sont, selon nos informations, “proches d’un accord”, selon un assureur. Le premier vise à élargir le gel des bonus professionnels multirisques accordés au secteur HCR à l’ensemble des TPE et PME éligibles au fonds de solidarité, également très touchées par la crise Covid-19. Et toutes les entreprises visées par le fonds de solidarité devraient également voir les primes de leurs contrats santé et prévoyance gelées en 2021. “Deux ou trois assureurs restent à convaincre mais nous sommes sur la bonne voie”, assure un proche des discussions.

Dernier élément débattu, le médiateur en assurance pourrait voir son champ de compétence étendu aux entreprises. Jusqu’à présent appelé à gérer les litiges entre particuliers et assureurs, il serait alors appelé à intervenir en cas de litige entre les PME et leur entreprise.

READ  La cyberattaque américaine présente un "risque sérieux" (gouvernement)

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer