Top News

France: comment l’apprenti boulanger Lay Traoré est devenu un symbole de la lutte des jeunes immigrés

Depuis que Le Traoré, un jeune apprenti boulanger guinéen, a été sauvé de la déportation après que son patron a entamé une grève de la faim, les revendications pour aider d’autres jeunes travailleurs migrants à rester en France se sont multipliées. Laye est devenue un symbole de la lutte que de nombreux mineurs non accompagnés doivent affronter en France après l’âge de 18 ans.

«Quand j’ai vu Lai obtenir la résidence, je me suis dit: ‘Pourquoi ne pouvons-nous pas faire ça? «Nous avons donc lancé une pétition en ligne pour aider notre élève Mamadou à obtenir les papiers dont il a besoin», explique Naglaa Boukourt, qui dirige une boulangerie avec son mari dans la ville sud-est de Fontaine.

Depuis que j’ai lu comment Stefan Rapacle, boulanger de la ville orientale de Besançon, a sauvé son élève immigré de la déportation en lançant une grève de la faim, Boucourt et son mari sont déterminés à aider leur élève Mamadou à rester en France.

Mamadou du Mali a eu 18 ans l’année dernière. En avril, sa demande de résidence a été rejetée et en novembre, il a reçu un ordre d’expulsion – malgré un contrat de travail et une aide de son employeur. “Nous avons envoyé des lettres à la province et aux législateurs [to protest Mamadou’s deportation] Mais tous les retours étaient négatifs. “

Lai et Mamadou, ainsi que des milliers d’autres racontent un peu la même histoire: ils sont arrivés en France alors qu’ils étaient mineurs, ont bénéficié d’une protection au titre des Services sociaux français pour l’enfance (ASE), ont appris le métier, puis, lorsqu’ils ont atteint l’âge de 18, une ordonnance d’expulsion a été envoyée. Après que Lay ait obtenu la résidence il y a deux semaines, une tempête de pétitions a fait surface en ligne pour aider d’autres jeunes stagiaires à obtenir un statut juridique.

READ  Tour de France de Lachlan Morton : comment fonctionnent le tracker et la localisation
Lei Fode Traoré est heureux de pouvoir continuer à travailler à la boulangerie Huche a Pain © RFI / Sylvie Koffi

Cas symbolique

“Contrairement à ce que disait Elizabeth Bourne, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle le 8 janvier, le cas de cette jeune stagiaire est [Laye, ed. note] Ce n’est pas une affaire “privée” … son cas est un symbole de ce qui arrive à des milliers d’autres jeunes non accompagnés qui étaient auparavant sous la garde des services sociaux pour enfants “, le Barreau des Forces armées françaises soudanaises et l’ADDE pour les étrangers “et un groupe de défense des droits de l’homme ont déclaré dans une déclaration conjointe à la fois. Plus tôt ce mois-ci.

Mahmoud est le quatrième apprenti du couple Boucourt qui a été contraint de quitter son emploi après avoir eu dix-huit ans et a reçu l’ordre de quitter la France. «Nous les formons», dit-elle, «et dès qu’ils sont prêts à travailler, ils nous sont retirés». “Les Français ne veulent pas faire ce travail parce que c’est un travail difficile. Nous n’avons que des étrangers qui viennent chez nous, alors que pouvons-nous faire?”

Selon Pierre-François Talet, directeur de la formation à la Confédération nationale française des boulangers et pâtissiers, il y a actuellement 8 400 postes vacants dans les boulangeries françaises – de la production à la vente.

Bien que Lay ait mis l’accent sur le secteur de la boulangerie, de nombreuses autres industries manquent également de main-d’œuvre. «Tous les secteurs touchés par la pénurie de personnel ont été touchés», déclare Violin Hosson, porte-parole de CEMAID Migrant Aid.

«Au cours des derniers mois, un flot d’ordonnances de l’OQTF (avis d’expulsion, ndlr) ont été émis ce jour-là [these youths] Vous avez 18 ans, mais ils ont jusqu’à la veille de leurs 19 ans pour demander la résidence. “

READ  Pourquoi l'Australie a-t-elle changé son hymne national?

Mais depuis septembre dernier, suite aux instructions du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanen, les provinces françaises ont été autorisées à commencer à évaluer si un immigré mineur se verra accorder un statut légal à partir du jour de ses 17 ans, ce qui signifie qu’il peut être expulsé avant d’avoir atteint l’âge. de dix-neuf.

De nombreux immigrés, y compris des mineurs, vivent en France dans des conditions précaires.  Photo d'archive: Camp de migrants à Saint-Denis, au nord de Paris, janvier 2019 |  Photo: Migrants d'information
De nombreux immigrés, y compris des mineurs, vivent en France dans des conditions précaires. Photo d’archive: Camp de migrants à Saint-Denis, au nord de Paris, janvier 2019 | Photo: Migrants d’information

Plus dur avec les Guinéens

Les mineurs immigrés non accompagnés qui bénéficient de la protection ASE après l’âge de 16 ans doivent remplir plusieurs conditions pour obtenir des permis de travail et de séjour: ils doivent participer à un programme de formation qualifié, n’avoir aucun lien étroit avec leur pays d’origine et être en mesure de prouver leur identité.

Cette dernière condition est un problème particulier pour les Guinéens. En décembre 2017, un mémorandum du ministère français de l’Intérieur recommandait aux administrateurs d’émettre des «avis défavorables» sur des décisions fondées sur des actes de naissance guinéens en raison d’une «fraude généralisée» liée à ces documents.

Si les autorités françaises ont peut-être accepté ces documents lorsqu’elles ont décidé de reconnaître les Lai et d’autres jeunes Guinéens comme mineurs non accompagnés, les documents sont souvent remis en question à un stade ultérieur. «Chaque fois que vous avez affaire à une nouvelle administration, vous devez tout prouver à nouveau», explique Blandin Chivemont, avocat à Rowan. «Même si leurs documents ne posent pas de problème lorsqu’il s’agit de reconnaître leur statut de mineur, il est clair que cela devient un problème une fois qu’ils sont considérés comme des adultes. Habituellement, les provinces remettent en question leur état civil», ajoute Hasson. .

READ  L'Australien Titmus met Ledecky en colère pour remporter l'or olympique au 400 mètres nage libre

L’organisation humanitaire La Cimade affirme que ce faisant, la France contribue activement à l’augmentation du nombre d’immigrants clandestins dans le pays. «Parce que nous savons très bien qu’ils resteront en France, sans papiers, et risquent d’être exploités», dit-elle.

Baker et Stefan Ravackley veulent poursuivre le combat et appellent à une réforme pour permettre aux immigrés de tous âges de terminer leur formation en France |  Photo: AFP / Sebastian Bozón
Baker et Stefan Ravackley veulent poursuivre le combat et appellent à une réforme pour permettre aux immigrés de tous âges de terminer leur formation en France | Photo: AFP / Sebastian Bozón

Remodeler?

Après qu’un boulanger de Besançon a sauvé son élève de la déportation, Ravakli veut continuer son combat pour aider les jeunes immigrés et a créé une plateforme de solidarité pour les employeurs. “Il y a beaucoup d’enfants comme Laye. Il y a des centaines d’employeurs qui sont dévastés après avoir perdu leurs stagiaires. J’ai reçu beaucoup de messages sur ce sujet alors j’ai décidé de créer un site Web où les patrons peuvent décrire leurs griefs, puis ils peut sortir un dossier et l’envoyer ensuite à l’agent chargé du dossier. «Dans la province», explique Ravakley.

Mais Ravakley, qui se décrit comme un “simple boulanger”, rêve de pousser plus loin son combat et a appelé à une réforme qui permettrait aux immigrés de tous âges de terminer leur formation en France. Il doit rencontrer en février les législateurs pour discuter de la réforme proposée. “Tout le monde sait qu’il est mal d’expulser ces enfants après qu’ils sont déjà intégrés dans la société”, dit le boulanger devenu activiste. “Il faut que nous puissions faire quelque chose”.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer