Top News

Le procureur a déclaré que l’homme accusé d’avoir retenu sa femme captive en France est sans fondement

Les procureurs français ont déclaré mardi qu’un homme accusé d’avoir retenu sa femme en captivité avait été libéré sans inculpation après que ses allégations semblaient infondées.

Lundi, la police a déclaré avoir arrêté l’homme de 55 ans après que sa femme eut affirmé qu’il l’avait gardée chez eux pendant 12 ans. La femme a déclaré que son mari l’avait violée et torturée à plusieurs reprises, mais les autorités n’ont pas été en mesure de confirmer les allégations.

Le procureur de la République, Olivier Glady, a ordonné sa libération le lendemain, estimant qu’il n’y avait pas lieu de porter plainte. Le procureur de la République a déclaré que l’épouse souffrait de plusieurs problèmes de santé et que ses allégations n’étaient pas prouvées sur le terrain.

Glady a déclaré mardi que la femme avait été interrogée pendant plusieurs heures et maintenait ses accusations contre son mari. Cependant, Glady a déclaré qu’elle n’était manifestement pas détenue.

Il a déclaré que le mari lui avait dit que la femme souffrait d’une maladie auto-immune qui la rendait invalide et que le couple n’avait pas demandé d’aide médicale pour son état. Il a déclaré que le couple, tous deux citoyens allemands, ne parlait pas français, ce qui les a empêchés d’essayer de trouver un médecin ou de s’inscrire à l’assurance maladie publique.

Le procureur a déclaré que la femme était toujours à l’hôpital alors que les autorités tentaient de trouver une meilleure solution pour ses soins médicaux.

Le couple vivait dans le village de Forbach, dans la région de la Moselle, dans l’est de la France, juste de l’autre côté de la frontière avec l’Allemagne.

Une photographie montre l’entrée de l’immeuble où vivait un couple à Forbach, dans l’est de la France, le 7 août 2023, après que la police française a déclaré avoir arrêté un citoyen allemand de 55 ans.

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN/AFP via Getty Images


Les services d’urgence de Wiesbaden, en Allemagne, ont reçu un appel très tôt lundi matin d’une femme affirmant qu’elle était détenue et torturée par son mari depuis 2011. Les autorités allemandes ont contacté leurs homologues français qui ont envoyé des policiers à l’adresse à 6 heures du matin, heure locale.

Le procureur local a déclaré aux journalistes que la police avait trouvé la femme de 53 ans dans une chambre de l’appartement. Elle a été emmenée à l’hôpital et son mari a été placé en garde à vue, avant d’être relâché plus tard.

Les premiers reportages des médias ont indiqué que la femme souffrait de malnutrition et avait la tête rasée. Cependant, le procureur a déclaré que la maladie de la femme lui avait fait tomber les cheveux et l’avait laissée émaciée.

Les médecins qui l’ont examinée à l’hôpital ont déclaré qu’il n’y avait aucun signe d’ecchymose sur son corps et que les radiographies n’ont montré aucun signe de fracture.

Le procureur a ajouté qu’il n’y avait aucune preuve concluante qu’elle souffrait de malnutrition ou de déshydratation.

Un voisin qui vit au même étage de l’immeuble a déclaré aux journalistes que l’homme avait dit à tout le monde que sa femme avait un cancer. « Nous n’avons jamais vu la femme », a-t-elle déclaré. « On a entendu des cris par moments, je pensais que c’était à cause de la douleur de la maladie. »

L’épouse a dit à la police qu’elle avait été torturée, et selon les premiers rapports, son mari avait une boîte d’instruments de torture. Mais le procureur a déclaré que malgré une fouille approfondie de l’appartement, aucun de ces objets n’avait été trouvé. Il a déclaré qu’aucune preuve de brutalité n’avait été trouvée.

Le procureur a déclaré qu’une enquête était en cours pour déterminer les conditions de prise en charge de la femme, l’étendue de sa maladie et les raisons pour lesquelles elle a signalé à la police qu’elle était détenue contre son gré et maltraitée. Il a ajouté qu’après 12 heures d’enquête, il semblait peu probable que des accusations de séquestration et de torture soient portées contre l’homme.

Le mari, qui a nié les allégations, n’est pas au courant de la police française, selon le procureur de la République. Des enquêtes de la police allemande ont été menées.

Cependant, le procureur a confirmé que la police avait été appelée à la maison en 2019 lorsque des voisins se sont plaints du bruit et ont déclaré qu’ils craignaient qu’elle n’ait été battue. Aucune mesure n’a été prise à ce moment-là.

READ  Rumen Gitchev : DPS et GERB se serrent la main pour distribuer des pièces, et PP-DB sont des artistes ᐉ Nouvelles de Fakti.bg - Bulgarie

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer