Top News

Fin de la grève anticipée dans les réacteurs nucléaires français et les dépôts de carburant

PARIS (Reuters) – Les grèves qui devaient durer 48 heures dans les réacteurs nucléaires et les raffineries françaises ont pris fin un jour plus tard, a déclaré vendredi à Reuters le syndicat CGT.

Les données du gestionnaire de réseau RTE ont montré que la France était considérée comme un exportateur net d’électricité pendant la journée jusqu’aux premières heures de la soirée du vendredi, après avoir été un importateur net aux petites heures du matin.

D’autres grèves contre les projets du gouvernement de mettre à la retraite les Français après deux ans, à l’âge de 64 ans, sont prévues dans le secteur de l’énergie et au-delà mardi prochain au milieu d’une journée de manifestations à l’échelle nationale.

Un porte-parole de la branche énergie du consortium FNME-CGT a déclaré que la grève aux réacteurs nucléaires s’est terminée plus tôt parce que le gestionnaire de réseau RTE avait demandé que l’alimentation nucléaire soit rétablie dans le réseau en raison du froid.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une obligation légale, les syndicats ont tendance à se conformer à ces demandes.

Par ailleurs, après un accord conclu avec EDF en octobre, les travailleurs ont « beaucoup d’attentes sur les négociations salariales », ce qui les a aidés à reprendre le travail, a déclaré à Reuters la porte-parole de la FNME-CGT, Virginie Neumeyer.

La grève, qui a débuté jeudi, n’a eu qu’un impact marginal sur l’approvisionnement en énergie nucléaire tout au long de la journée et jusque dans la soirée, contre environ 10 % de l’ensemble des approvisionnements retirés du réseau le 19 janvier, a indiqué l’opérateur EDF. (EDF.PA) les données ont montré.

READ  La France lance une certification pour les influenceurs, incluant les cryptomonnaies

Les données ont montré que les interruptions de production dans les centrales hydroélectriques, où les grèves ont tendance à être sporadiques, ont pris fin jeudi.

Sur le front du raffinage, le syndicat CGT a déclaré à Reuters que les grèves qui perturbaient les livraisons de carburant de plusieurs sites de TotalEnergies ont également été suspendues, mais seront à nouveau proposées sur chaque site lors de la grève nationale du 31 janvier. Il n’a pas dit pourquoi cela s’est terminé tôt.

(Reportage de Forest Crellin) Montage par Ingrid Melander

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer