World

Filles exclues de la réouverture des écoles secondaires en Afghanistan | 1 actualité

Les nouveaux dirigeants talibans afghans ont créé un ministère pour « promouvoir la vertu et prévenir le vice » dans le bâtiment qui abritait autrefois le ministère des Affaires féminines, escortant les employés de la Banque mondiale dans le cadre de ce déménagement forcé.

Un Afghan passe devant l’ancien bâtiment du ministère de la Condition féminine à Kaboul, en Afghanistan. Source : Presse associée


C’était le dernier signe inquiétant des talibans restreignant les droits des femmes alors qu’elles s’installaient au gouvernement, juste un mois après avoir envahi la capitale, Kaboul.

Au cours de leur précédent règne sur l’Afghanistan dans les années 1990, les talibans ont refusé aux filles et aux femmes le droit à l’éducation et leur ont interdit la vie publique.

Par ailleurs, trois explosions ont visé dimanche des véhicules talibans à Jalalabad, la capitale de la province orientale, tuant trois personnes et en blessant 20 autres, ont indiqué des témoins. Personne n’a immédiatement revendiqué l’attentat, mais les militants de l’État islamique, basés dans la région, sont des ennemis des talibans.

Les talibans sont confrontés à des problèmes économiques et de sécurité majeurs alors qu’ils tentent de régner, et le défi croissant des militants de l’Etat islamique épuisera davantage leurs ressources.

À Kaboul, une nouvelle banderole a été hissée devant le ministère de la Condition féminine annonçant qu’il était désormais le « Ministère du plaidoyer, de l’orientation et de l’appel à la promotion de la vertu et à la prévention du vice ».

La membre du programme Sharif Akhtar, qui faisait partie des personnes licenciées, a déclaré que les membres du personnel du programme d’autonomisation économique et de développement rural des femmes de 100 millions de dollars (142 millions de dollars néo-zélandais) de la Banque mondiale, qui ne relevait pas du ministère de la Condition féminine, avaient été escortés.

READ  Auckland a été classée comme la ville la plus agréable au monde et Wellington est classée quatrième dans l'enquête économique

Mabuba Suraj, présidente du Réseau des femmes afghanes, s’est dite surprise par la vague d’ordres émis par le gouvernement dirigé par les talibans restreignant les femmes et les filles.

Samedi, le ministère de l’Éducation dirigé par les talibans a demandé aux garçons de la 6e à la 12e année de retourner à l’école, à partir de dimanche, avec leurs enseignants masculins. Il n’y avait aucune mention de filles dans ces classes retournant à l’école. Auparavant, le ministre de l’Enseignement supérieur des talibans avait déclaré que les filles auraient un accès égal à l’éducation, bien que dans des environnements de ségrégation entre les sexes.

“Ça devient vraiment ennuyeux… Est-ce le stade où les filles seront oubliées ?” Suraj a déclaré: “Je sais qu’ils ne croient pas aux explications, mais les explications sont très importantes.”

Suraj a émis l’hypothèse que les déclarations contradictoires pourraient refléter des divisions au sein des talibans dans leur quête pour consolider leur pouvoir, les plus pragmatiques du mouvement perdant face aux extrémistes parmi eux, du moins pour le moment.

Les déclarations des dirigeants talibans reflètent souvent une volonté de s’engager avec le monde, de parler d’espaces publics ouverts pour les femmes et les filles et de protéger les minorités afghanes. Mais les ordres donnés à ses soldats sur le terrain sont contradictoires. Au lieu de ce qui avait été promis, des restrictions ont été mises en œuvre, en particulier sur les femmes.

Suraj, une Afghane américaine qui est retournée en Afghanistan en 2003 pour promouvoir les droits des femmes et l’éducation, a déclaré que nombre de ses collègues militants avaient quitté le pays.

READ  Covid-19 : Deux cas MIQ à l'hôpital, cinq nouveaux cas en isolement géré, aucun cas communautaire

Elle a dit qu’elle était restée pour essayer de tendre la main aux talibans et de trouver un compromis, mais jusqu’à présent, elle n’a pas été en mesure d’amener les dirigeants du groupe islamiste pur et dur à rencontrer les militants restés dans le pays, pour parler aux femmes de la voie à suivre.

“Nous devons parler. Nous devons trouver un terrain d’entente”, a-t-elle déclaré.

La directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a ajouté dimanche sa voix à l’inquiétude croissante suscitée par les restrictions imposées par les talibans aux filles après que seuls les garçons ont été obligés de retourner à l’école.

« Si cette interdiction se poursuit, elle constituera une violation importante du droit fondamental à l’éducation des filles et des femmes », a déclaré Azoulay dans un communiqué à son arrivée à New York à l’occasion de l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Une ancienne conseillère du ministère de la Femme sous le précédent gouvernement afghan a envoyé un message vidéo à l’Associated Press depuis son domicile à Kaboul, critiquant la décision des talibans de fermer le ministère.

Sarah Sirat a déclaré que c’est “le droit d’une femme de travailler, d’apprendre et de participer à la politique aux niveaux national et international”.

Malheureusement, il n’y a pas de place dans le gouvernement actuel de l’émirat islamique taliban. La fermeture du ministère de la Femme montre qu’il n’a pas l’intention à l’avenir de donner aux femmes leurs droits ou la possibilité de servir au gouvernement et de participer à d’autres affaires. »

Plus tôt ce mois-ci, les talibans ont annoncé un gouvernement taliban exclusivement masculin, mais ont déclaré qu’il s’agissait d’une configuration temporaire, laissant espérer que le futur gouvernement sera plus inclusif comme l’ont promis nombre de ses dirigeants.

READ  Camp Trump intensifie les attaques contre Joe Biden (à nouveau)

Un responsable de l’aéroport a déclaré qu’un vol international appartenant à la Pakistan National Airlines avait décollé dimanche de l’aéroport de Kaboul avec 322 passagers à bord, et qu’un vol appartenant à la compagnie iranienne Mahan Air, avec 187 passagers à bord, était parti.

Le responsable, qui a requis l’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux médias, a déclaré que les deux vols internationaux avaient décollé dans la matinée. L’identité et la nationalité des personnes à bord n’étaient pas connues dans l’immédiat.

Les vols étaient les derniers à quitter Kaboul la semaine dernière alors que les équipes techniques du Qatar et de la Turquie travaillaient pour moderniser l’aéroport au niveau des avions commerciaux internationaux.

Un avion de Qatar Airways a transporté samedi plus d’Américains d’Afghanistan, selon Washington, le troisième pont aérien de ce type pour Middle East Airlines depuis la prise du pouvoir par les talibans et le retrait effréné des forces américaines du pays le mois dernier.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer