Economy

Faible taux de participation aux élections législatives tunisiennes, boycottées par l’opposition

Émis en :

Samedi, les Tunisiens ont massivement boycotté les élections pour un nouveau parlement qui n’aura presque plus de pouvoir après la prise du pouvoir par le président Kais Saied dans le berceau du printemps arabe.

Le président du Conseil électoral, Farouk Bouaskar, a déclaré qu’à la fin du scrutin à 18h00 (17h00 GMT), seuls 8,8% des neuf millions d’électeurs avaient voté.

Ce serait la plus faible participation à un sondage depuis la révolution.

Les groupes d’opposition ont boycotté les élections, affirmant qu’ils faisaient partie d’un « coup d’État » contre la seule démocratie issue des soulèvements de 2011 dans la région.

Busker a reconnu que la participation était « modeste », mais a déclaré qu’elle pouvait s’expliquer par « l’absence de financement étranger, contrairement aux élections précédentes ».

« Ce fut l’élection la plus propre sans achat de voix », a-t-il déclaré.

Les premiers résultats sont attendus lundi.

Le scrutin est intervenu après trois semaines de campagne à peine perceptible, avec peu d’affiches dans les rues et aucune discussion sérieuse au sein d’un public préoccupé par la survie économique quotidienne.

Cela survient près d’un an et demi après que Saeed a déployé des mécanismes militaires pour suspendre le Parlement, après des mois d’impasse politique et une crise économique exacerbée par la pandémie de coronavirus.

Sa prise de pouvoir a soulevé des inquiétudes sur moi la démocratie Monument après le renversement du dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Dans la ville marginalisée de Kasserine, Mohamed El-Juraidi, 40 ans, a déclaré avoir boycotté les élections.

Il a dit : « Je n’ai aucune confiance dans la classe politique. Ils nous ont utilisés comme rats de laboratoire pour toutes sortes d’élections alors que l’économie empire.

READ  UPS s'apprête à enregistrer son appel dans une affaire fiscale française de 4,5 milliards d'euros | Reuters | Entreprise

L’expert tunisien Youssef Cherif a déclaré que bien que le taux de participation n’ait été que de 9%, « ce parlement est censé être plus démocratique et représentatif que tous les parlements précédents dans l’histoire du pays ».

Le boycott « farce »

Said, un ancien professeur de droit, a utilisé le sondage en juillet sur Adopter une nouvelle constitution Donner à la présidence des pouvoirs pratiquement illimités, ouvrant la voie à une action législative ratifiée.

Samedi, il a dit cela aux électeurs Tunisie C’était une « rupture avec ceux qui ont détruit le pays ».

« Ceux qui sont élus aujourd’hui doivent se rappeler qu’ils sont surveillés par leurs électeurs, et que s’ils ne sont pas à la hauteur, leur mandat leur sera retiré », a-t-il déclaré dans un bureau de vote à Merhaya, Tunis.

Mais de nombreux Tunisiens ont exprimé vendredi leur apathie.

Dans le centre pollué d’extraction de phosphate de Gafsa, Aicha Semmari a déclaré qu’elle avait voté en partie à cause du symbolisme de l’histoire, 12 ans que le vendeur de rue Mohamed Bouazizi s’est immolé par le feu dans un acte de protestation qui a déclenché les manifestations. Printemps arabe.

Mais Abd al-Qadir al-Tiljani, 55 ans, s’est dit catégorique.

Il a dit que les gouvernements successifs « ont tué la révolution et tué nos rêves ».

Dans la capitale, l’ingénieur Reda, 59 ans, a qualifié le vote de « farce ».

« Ce président nous a déçus et nous entraîne vers l’abîme », a-t-il dit, refusant de révéler son nom complet.

« officiel »

Les actions de Saied contre un système politique impopulaire ont d’abord été soutenues par des Tunisiens fatigués du système démocratique chaotique et parfois corrompu qui a été établi après la révolution.

READ  Quelle récession aux Etats-Unis ? Comment tant d’économistes ont-ils pu se tromper dans leurs prévisions ?

Mais près d’un an et demi plus tard, les difficultés économiques du pays sont allées de mal en pis.

inflation économique Environ 10 % et les fréquentes pénuries de lait, de sucre et d’essence alimentent une vague croissante d’émigration.

L’ancienne législature avait des pouvoirs étendus dans le système mixte parlementaire-présidentiel inscrit dans la constitution post-révolutionnaire de la Tunisie.

Mais l’expert politique Hammadi al-Radisi a déclaré que la nouvelle chambre « ne pourra nommer ou blâmer un gouvernement que dans des conditions difficiles qui sont presque impossibles à respecter ».

Les candidats devaient se présenter en tant qu’individus, dans un système qui neutralisait les partis politiques, y compris l’adversaire de Saied, le parti islamiste Ennahda autrefois puissant.

L’analyste Hamza al-Madab a déclaré que les élections étaient « une formalité pour compléter le système politique imposé par Qais Saied et pour centraliser le pouvoir entre ses mains ».

Presque tous les partis politiques tunisiens, y compris Ennahda, ont boycotté le vote.

(AFP)

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer