World

Examen de la culture de l’intimidation au travail au Parlement : les députés – les « employés » que vous ne pouvez pas licencier

Le président de la Chambre, Trevor Mallard, à flot pendant la période des questions au Parlement. Photographie : Mark Mitchell

Par Phil Smith, RNZ

Imaginez être responsable d’un lieu de travail, où certains employés de haut rang ne peuvent pas légalement être licenciés, même pour des brimades ou des rampements horribles répétés, ou quoi que ce soit de moins qu’un crime grave.

Imaginez un lieu de travail où certains superviseurs démissionnent fréquemment mais sont néanmoins remplacés par un devoir. Et tout le monde n’arrête pas de jurer.

Bienvenue au Parlement, ou du moins au Parlement pour ainsi dire.

L’actuel président du Parlement fait campagne depuis quelques années pour changer tout cela. Cette semaine, une autre partie importante du plan est apparue dans l’émission. L’une est d’apporter la responsabilité et la transparence au « personnel » improbable du Parlement : les députés.

« Je pense qu’il est juste de dire que nous avons une culture assez malsaine à l’intérieur des bâtiments, et j’étais déterminé à obtenir du travail pour vraiment la moderniser et dire » le genre de comportements qui étaient acceptables (même s’ils ne sont pas acceptables) « , dans les lieux de travail avant 20 ou 30 en général, il ne devrait pas être accepté au Parlement, « qui doit être une place d’affaires de premier plan ».

La première étape importante de cette campagne consistait à effectuer un examen externe et indépendant de la culture en milieu de travail, y compris l’intimidation et le harcèlement – Le Revue François 2019.

Le rapport qui a résulté de cet examen a fait 85 recommandations pour un changement en milieu de travail, certaines mineures et d’autres énormes. Depuis lors, le mécanisme sous le couvert du Parlement a été largement reformulé, et même les lois ont été modifiées pour permettre un changement administratif.

Le Président de la Chambre semble satisfait des progrès accomplis jusqu’à présent.

« Plus de la moitié [the recommendations] Entièrement mis en œuvre, nous faisons des progrès sur les autres. Et je pense que nous assistons à un changement culturel en conséquence. »

exercer

Chaque nouveau groupe de députés reçoit désormais une formation à la gestion du personnel et à l’établissement de prévisions, ainsi que de nombreuses autres compétences dont ils ont besoin.

« Je pense que nous nous améliorons en matière d’encadrement, d’établissement d’attentes et de mentorat, en particulier [MPs]mais nous faisons aussi beaucoup de formation des employés.

Ce n’est pas juste un discours creux.

Le premier ministre Jacinda Ardern lors d'une tournée d'inspection de la manifestation avec le vice-premier ministre Grant Robertson et le président de la Chambre Trevor Mallard.  Photographie : Mark Mitchell
Le premier ministre Jacinda Ardern lors d’une tournée d’inspection de la manifestation avec le vice-premier ministre Grant Robertson et le président de la Chambre Trevor Mallard. Photographie : Mark Mitchell

Par exemple, nous avons un certain nombre de [MPs] Ceux à qui on a demandé de suivre une formation, ils montrent un changement de comportement, avant d’être autorisés à embaucher plus d’employés.

READ  recette Pâtisserie aux pêches et à la crème pâtissière

Le Président du Parlement (aidé par les diverses organisations qui font fonctionner le Parlement) a brisé le fouet et fixé des attentes entièrement nouvelles.

Le président de la Chambre a pris soin de souligner que, historiquement, beaucoup de mauvais comportements ne provenaient pas seulement des députés. Il provenait également des employés du Parlement, des bureaux des partis et d’un large éventail d’autres personnes qui habitent l’écosystème parlementaire.

Mais les représentants soulèvent certaines questions.

Le problème de ne pas avoir de président au Parlement

Le Parlement a maintenant un code de conduite – un large éventail d’attentes comportementales qui s’appliquent à tout le monde (même aux députés), mais il y a un hic.

Parmi les milliers de personnes qui travaillent dans les services ministériels, les services parlementaires, les greffes, les traiteurs, divers médias, etc., ils ont tous des employeurs et s’ils agissent de manière scandaleuse, ils peuvent tous être congédiés.

Mais les députés n’ont d’autre employeur que nous, les électeurs, et nous n’effectuons des « évaluations de performance » que tous les trois ans.

Il est peu probable que nous sachions jamais si un député est le membre et le superviseur idéal de l’équipe ou s’il se comporte… mal. Il n’y avait aucune transparence.

« Souvent dans le passé, les choses ont été balayées sous le tapis. Très mauvais comportement, très mauvais comportement », a déclaré Trevor Mallard.

La difficulté est que les députés ne peuvent pas être destitués pour avoir été des intimidateurs, des creeps ou des personnes carrément mauvaises.

Certaines choses qu’un député perdra son emploi : condamnation pour un crime passible d’une peine d’emprisonnement de deux ans ou plus, non-présentation au Parlement pendant trois années consécutives, s’aligner sur une puissance étrangère, cesser d’être citoyen, élire une pratique de corruption, faire sûr de déséquilibre mental après six mois sur une ordonnance de traitement obligatoire, ou (à Dieu ne plaise) vous devenez un employé du gouvernement.

Ou nous les votons, et nous pouvons utiliser de l’aide pour voir si nous allons le faire ou non. Il y a clairement peu de place à l’amélioration.

Commissaire parlementaire à la conduite

Tout cela nous ramène au nouveau plan pour mieux responsabiliser les députés.

Cela satisfait spécifiquement les recommandations 77 et 78 du rapport d’examen Francis (et les rubriques #81).

77. Je recommande la nomination d’un commissaire parlementaire indépendant à la conduite, doté du pouvoir d’enquêter sur les plaintes d’inconduite de membres élus.

78. Je recommande que le commissaire publie chaque année un rapport public de haut niveau sur les affaires enquêtées, les tendances identifiées et les changements recommandés, tout en préservant la confidentialité de l’identité des accusés et des accusés.

READ  Banque ouverte pour faciliter le changement de banque et comparer les taux

Transformer ces deux recommandations (et en adapter une qui propose une gamme de sanctions potentielles pour le mauvais comportement du député) en protocole de travail a nécessité près de trois ans de travail de la part de groupes dirigés par l’ancienne première vice-présidente et présidente du parti national Ann Tolle et, plus récemment , présidente adjointe et représentante du Parti national Jackie Dean.

Le projet de protocole qui en résulte a été publié cette semaine pour commentaires.

Voici quelques points clés :

  1. La Personne Indépendante (PI) est déjà indépendante. Ils sont nommés par le Président de la Chambre des représentants mais sont choisis par la Commission des services parlementaires.
  2. L’IP ne rend pas compte au Président du Parlement ou à un député, mais est habilité par les trois principales organisations au sein desquelles le Parlement opère.
  3. Seul le Comité des services parlementaires multipartites peut recommander la révocation d’un partenaire de mise en œuvre pour faute grave appropriée.
  4. Ils servent pendant cinq ans mais restent en poste jusqu’à ce qu’ils soient remplacés. (Par exemple, un orateur ne peut pas éviter d’être embauché en n’étant pas nommé).
  5. Ils ne peuvent pas être d’anciens députés. (Donc ce n’est pas un « club de grands garçons », comme le dit Trevor Mallard.)
  6. IP enquête uniquement sur les plaintes qui sont passées par les voies normales sans résolution.
  7. Ils ont beaucoup de générosité pour enquêter et constituer une équipe au besoin (mais laissez la police commencer par les affaires criminelles).
  8. Ils peuvent enquêter même si la plainte est retirée (c’est-à-dire qu’une pression sur le plaignant pour qu’il retire sa plainte ne mettra pas automatiquement fin à l’enquête).
  9. Ils peuvent signaler les problèmes systémiques aux responsables des organisations concernées pour les résoudre.
  10. Ils rendent compte chaque année du nombre de cas et des résolutions.
  11. Les données du plaignant sont gardées confidentielles.
  12. L’issue de l’affaire est communiquée aux plaignants, à l’accusé et au chef du parti.
  13. Des rapports sur des questions graves peuvent être soumis et publiés par l’ensemble de la Chambre des représentants (tous les membres du Parlement) … Le protocole stipule : « Si une personne indépendante découvre, au cours de son enquête, un comportement très dangereux, il sera spécifiquement porté à l’attention et la Chambre des représentants peut L’affaire a été renvoyée au Président de la Chambre des représentants, avec le consentement du plaignant.
  14. Le Président de la Chambre des Représentants doit préparer les rapports qui lui sont soumis. Un rapport sur la conduite de l’orateur est présenté à la Chambre par le vice-président de la Chambre des représentants.
READ  "Il y a clairement un problème." PP-DB critique le ministère de la Défense pour la lenteur de l'aide à l'Ukraine

À première lecture, cela semble être un plan assez impressionnant. Mais les suggestions d’améliorations semblent les bienvenues.

accueilli?

« Cela a pris beaucoup de temps », note Trevor Mallard.

« Je pense que pour certaines personnes qui sont ici depuis un certain temps, l’idée que quelqu’un d’autre siège effectivement dans le jugement est très étrange et difficile. … Je pense que les gens sont mal à l’aise … certains le sont encore. Et le confiance qu’il peut bâtir dans le rôle.

Historiquement, l’idée d’ajouter des règles et des attentes supplémentaires pour les députés a parfois été impopulaire dans certains milieux.

La première ministre Jacinda Ardern passe en revue l'événement avec le vice-premier ministre Grant Robertson et le président de la Chambre Trevor Mallard.  Photographie : Mark Mitchell
La première ministre Jacinda Ardern passe en revue l’événement avec le vice-premier ministre Grant Robertson et le président de la Chambre Trevor Mallard. Photographie : Mark Mitchell

Par exemple, en 2007, lorsqu’un projet de code de conduite pour les députés (élaboré par tous les partis) par la co-chef du Parti vert Janet Fitzsimmons, puis le chef fantôme de la Chambre nationale de l’époque, Jerry Brownlee, a « contre-proposé » une version de la loi selon laquelle « Il est le code de conduite déjà adopté par le Parlement », a-t-il dit de lui.

Les ordres permanents sont des règles pour les rôles des représentants à la Chambre et dans les comités et ne traitent pas de questions telles que l’intimidation des employés ou le harcèlement sexuel. Les commandements permanents traitent de certains comportements, mais seulement de manière spécifique.

Par exemple, les règles stipulent que « agresser, menacer ou blesser une personne » constituerait une violation du privilège, mais seulement si c’était en raison de « preuves que cette personne a fournies à la Chambre ou au Comité ». Ce qui suggère que les menaces ou les agressions pour des raisons personnelles seraient tout aussi impressionnantes en vertu des ordres permanents.

Les réponses au plan sont maintenant invitées jusqu’au 10 mai.

conclusion

Le Parlement n’est pas près de se donner le pouvoir de révoquer des députés pour leur mauvaise conduite.

C’est le cas aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais ce serait un changement constitutionnel majeur. Au lieu de cela, le Président de la Chambre propose un système dans lequel les députés s’ouvrent à un examen indépendant, sont tenus responsables comme ils ne l’ont jamais fait, et s’ils agissent de façon ignoble, nous le savons tous et en tenons compte dans l’exercice de l’examen triennal. Dans l’isoloir.

En bref, comme le dit Trevor Mallard : « Alors [MPs] Ils se comportent vraiment mal… Ils ne sont pas au-dessus des critiques ni au-dessus de la transparence.

Tout cela a deux objectifs, dit Mallard.

« Tout d’abord, nous ne voulons pas que ce comportement se produise… Nous essayons d’influencer le comportement. Mais aussi de faire comprendre qu’il y a des conséquences, et pour les violations très graves – la transparence. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer