World

Newsable: « Réinstallation » de la population mondiale et ce que cela signifiera pour Aotearoa

L'Inde, avec Mumbai (photo) comme sa plus grande ville, est en passe de devenir le pays le plus peuplé du monde.

unsplash

L’Inde, avec Mumbai (photo) comme sa plus grande ville, est en passe de devenir le pays le plus peuplé du monde.

d’actualité vous le présenter BNZ. Écoutez l’épisode d’aujourd’hui dans le lecteur ci-dessous.

L’Inde est sur le point de dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde – la première fois que cela se produit depuis que les Nations Unies ont commencé à collecter des données démographiques en 1950.

La population de l’Inde devrait atteindre 1,4286 milliard d’habitants d’ici la mi-2023, selon les données du rapport décennal des Nations Unies sur l’état de la population mondiale.

Et même s’il s’agit peut-être du changement démographique le plus frappant, les projections des résidents des différents pays dans les décennies à venir brossent le tableau d’un monde complètement remodelé après seulement quelques décennies.

En savoir plus:
* La Chine sera bientôt le plus grand pays du monde en termes de population
* La population mondiale devrait culminer à 9,7 milliards, puis décliner à nouveau d’ici la fin du siècle
* La population mondiale sera de 11 milliards ce siècle – mais nous pouvons éviter ce désastre environnemental
* Le Nigeria devrait devenir le troisième pays le plus peuplé d’ici 2050

Les taux de fécondité dans les pays les plus riches du premier monde tels que Taïwan, le Japon, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande sont loin derrière Taux de remplacement de la fécondité 2,1 naissances par femelle.

En fait, le taux de fécondité de la Nouvelle-Zélande est actuellement de 1,61 naissance par femme – une chute massive par rapport à 1960, où il était de 4,24.

READ  AM "Trakia" et "Struma" sont partiellement fermés

Pendant ce temps, en Inde et en Afrique subsaharienne, les taux de natalité montent en flèche : une étude de 2020 a suggéré que d’ici 2100, le Nigéria comptera environ 800 millions d’habitants (contre environ 180 millions aujourd’hui), tandis que la population chinoise chutera de près de moitié à environ 730. million.

Le sociologue de l’Université Massey, Paul Sponelli, a rejoint Newsable pour expliquer ce qui se cache derrière ces tendances et ce que cela signifie pour des pays comme Aotearoa à l’avenir. Voici une transcription de l’interview :

La Chine compte le plus grand nombre d'habitants au monde depuis au moins 1950, l'année où les données démographiques des Nations Unies ont commencé.

Andy Wong/AP

La Chine compte le plus grand nombre d’habitants au monde depuis au moins 1950, l’année où les données démographiques des Nations Unies ont commencé.

Qu’est ce qu’il y a?

« Essentiellement, ce qui se passe, c’est que dans le monde à revenu élevé, nous voyons les populations commencer à stagner, donc il n’y a pas de croissance, ou nous voyons des pays commencer à décliner.

La population du Japon a diminué de plus de 400 000 au cours de l’année écoulée. La plupart des pays d’Europe de l’Est – des endroits comme la Pologne et la Hongrie – ont connu une baisse d’environ un demi-million au cours des 10 dernières années.

« L’ONU dit que 23 pays, y compris des endroits comme Taïwan et la Corée du Sud, et certaines parties de l’Europe vont en fait réduire de moitié leur population. Nous obtenons donc un rééquilibrage ou une réinstallation de la population mondiale. »

Pourquoi les taux de natalité chutent-ils dans les pays plus développés ?

« Quand on regarde la génération Y et la génération Z, il y a plusieurs choses qui s’y passent. La première est qu’un pourcentage croissant d’entre elles n’ont pas d’enfants. La seconde est que beaucoup d’entre elles n’ont qu’un seul effet – le ‘un’. Et le troisième est que s’ils avaient des enfants, ils (les) auraient plus tard.

READ  Concurrence féroce au sein des Flying Fijians - FBC News

« Le fait amusant est qu’il y a plus d’enfants nés de femmes de 40 ans et plus que de femmes de 20 ans ou moins en Nouvelle-Zélande. Nous avons ce retard dans la décision d’avoir des enfants.

Facteurs contributifs : L’éducation des femmes – en particulier l’enseignement supérieur – et leur participation à la population active sont les deux principaux facteurs. Ensuite, nous devons ajouter le coût de la vie, le coût du logement, les facteurs environnementaux et penser à l’environnement lorsque vous vous demandez si vous avez ou non des enfants. »

Que signifient ces changements démographiques pour un pays comme la Nouvelle-Zélande ?

« Nous sommes habitués, en tant que pays, à nous retirer de ce que nous appelons des bassins de talents excédentaires – des pays à forte population qui ont des personnes possédant les compétences dont nous avons besoin. Si vous regardez les deux dernières décennies, ces deux pays sont la Chine et l’Inde.

« Donc, ce que cela nous dit vraiment, c’est que l’Inde va continuer à être un pays qui se développe dans ce que nous appelons la surpopulation, et les compétences dont le monde à revenu élevé aura besoin.

« Nous allons donc tous concourir pour l’immigrant indien, mais la Chine commencera à ralentir un peu le rythme. Et je ne pense pas que dans 10 ans, nous verrons beaucoup d’immigrants chinois venir en Nouvelle-Zélande. »

d’actualité Stuff est un podcast d’actualités quotidien qui résume ce qui vaut la peine d’être discuté dans un court dossier chaque matin de la semaine. Vous pouvez trouver de nouveaux épisodes et plus de détails sur nos histoires ici ou sur Notre bulletin. Assurez-vous d’aimer et de nous suivre où que vous soyez et à travers vous obtenez vos podcasts InstagramEt TIC Tac Et Youtube.

READ  Effondrement d'un immeuble à Miami : larmes et prières marquent la fin de la recherche de survivants

RNZ/Salle de presse

Les experts disent que nous devrons construire des trottoirs différemment, augmenter le temps que les feux de circulation permettent aux piétons de traverser, rendre les déplacements en bus plus confortables et offrir une meilleure protection contre la maltraitance des personnes âgées. (Première publication en octobre 2019)

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer