World

En Finlande, ce que vous payez pour une contravention pour excès de vitesse dépend de vos revenus

En Finlande, les conducteurs en excès de vitesse ne se voient pas imposer d’amendes forfaitaires. Au lieu de cela, le pays scandinave émet des contraventions en fonction des revenus du délinquant.

Les Finlandais travaillent selon le système du « bonjour ». Les paiements sont calculés en déterminant le revenu disponible du délinquant par jour – généralement, son salaire quotidien divisé par deux. Après cela, selon la gravité de l’infraction, le nombre de « journalières » peut être doublé.

Le multiplicateur maximum de la Finlande est de 120 jours, mais il n’y a pas de limite aux amendes elles-mêmes.

« Si vous êtes dans un bon emploi, vous avez un revenu très élevé et la contravention est plus élevée », a déclaré un policier à Euro News. « Le minimum est de 6 € (10 $ NZ) par » amende journalière « , donc c’est toujours au minimum, mais cela peut atteindre des dizaines de milliers. »

Lire la suite:
* En finnois, le bonheur est un jeu à somme nulle
* La Finlande est-elle vraiment le pays le plus heureux du monde ? Les Finlandais pèsent
* Regardons la Finlande et adoptons les déjeuners scolaires gratuits
* La Finlande veut verser à ses citoyens un revenu de base de 800 euros par mois

en Nouvelle-Zélande, Les amendes pour excès de vitesse vont de 30 $ Pour une infraction de moins de 10 km/h, un maximum de 630 $.

Le système inhabituel de sanctions progressives de la Finlande a été adopté par un certain nombre de pays européens comme moyen de punir les riches délinquants qui, autrement, seraient indifférents aux amendes.

En 2015, l’homme d’affaires Rima Kisla a été surpris en train de conduire à 103 km/h dans une zone où la vitesse pouvait atteindre 80 km/h. Pour calculer l’amende, les autorités finlandaises se sont appuyées sur la déclaration de revenus de 2013, rapportaient à l’époque les médias locaux.

READ  Un pont "incroyable" est formé sur la rivière Waikato après être entré dans la poutre finale

Kuisla a gagné 6,5 millions d’euros (11 millions de dollars néo-zélandais) cette année-là, ce qui a entraîné une amende de 54 000 euros (91 000 dollars néo-zélandais). Son infraction a été jugée méritée huit « journalières » de 6 750 €, en plus d’une amende de 54 000 €.

« Il y a dix ans, je n’aurais jamais pensé que j’envisagerais sérieusement de partir à l’étranger », avait alors tweeté un Kuisla furieux sur sa page Facebook. « Il est impossible de vivre en Finlande pour certains types de personnes à revenus et richesses élevés. »

La police finlandaise dans une rue d'Helsinki, en Finlande.

Alessandro Rampazzo/Getty Images

La police finlandaise dans une rue d’Helsinki, en Finlande.

Mais la réponse à Kuisla dans les journaux finlandais a reflété un soutien national important au régime « Day-fine » du pays, en place depuis 1921.

« Cela nous en dit long sur les moments où les riches puants ne pouvaient pas payer leurs amendes pour des crimes mais quittaient immédiatement le pays », a écrit un commentateur pour The Helsingin Sanomat, un quotidien et un site Internet. « Au revoir, vous ne nous manquerez pas. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer