World

Des artefacts révèlent que les humains ont vécu à l’ombre de l’Himalaya pendant plus de 5 000 ans

en cours d’analyse: Peu de régions du monde peuvent sembler aussi inhospitalières pour les humains que les hautes terres du plateau tibétain, près de l’Himalaya. Les archéologues se sont toujours demandé quand, où et comment Nos ancêtres ont commencé à explorer et à occuper ces paysages.

Mais les preuves d’une présence humaine précoce sur le plateau ont été rares, et l’identification des quelques monuments restants s’est avérée un défi permanent.

En utilisant une nouvelle technologie de datation, notre équipe de recherche a maintenant produit la première preuve solide de la présence humaine sur le plateau tibétain du centre-sud il y a plus de 5 000 ans. Nos résultats ont été publié 3 juin à progrès scientifique.

Lire la suite:
* La cité “perdue” vieille de 3 000 ans : un célèbre archéologue égyptien révèle d’anciennes découvertes
* Des pièces de monnaie anciennes pourraient résoudre le mystère d’un pirate meurtrier du XVIIe siècle
* Des archéologues israéliens découvrent des fragments des manuscrits de la mer Morte du IIe siècle
* Les humains anciens étaient plus ingénieux que ce que nous leur accordons

Le défi de la datation des artefacts de surface dispersés

Les hautes terres arides du Tibet sont parmi les dernières zones sur Terre pour l’établissement humain. L’altitude élevée de la région, à l’ombre des sommets himalayens de plus de 8 kilomètres de hauteur, entraîne des conditions difficiles.

La question de savoir où et quand les habitants de cette région reculée se sont produits a été débattue parmi les archéologues. De nombreuses études sont issues de recherches menées à l’extérieur, avec de nombreuses preuves de l’utilisation ou de la fabrication d’outils en pierre, tels que des éclats de roche trouvés sur le sol.

READ  Les détails: Une "élection vraiment compétitive" au Samoa des décennies plus tard, inchangée

Ces sites sont appelés « artefacts de pierre dispersés ». Il fait partie des sites archéologiques les mieux conservés au monde et a le potentiel de reconstituer les modèles d’établissement humain et d’explorer divers aspects du comportement humain passé.

Des artefacts de surface en pierre se trouvent sur le site de Su-re.

Présentation / Conversation

Des artefacts de surface en pierre se trouvent sur le site de Su-re.

Cependant, il était très difficile d’expliquer sans ambiguïté l’importance archéologique et l’âge de ces sites. La plupart des artefacts sont en pierre, ce qui rend difficile de déterminer quand les outils ont été fabriqués ou s’ils ont été déplacés après avoir été jetés.

Les artefacts à la surface ont été soumis à l’érosion et au mouvement du vent et de l’eau pendant des centaines voire des milliers d’années depuis qu’ils ont été produits pour la première fois par les humains. Ainsi, ils se trouvent souvent “hors contexte”, il n’est donc pas possible d’établir une relation claire entre eux et leur environnement immédiat.

Développer de nouvelles technologies

Pour surmonter cette limitation, notre équipe a passé ces dernières années au laboratoire de datation Innsbruck OSL (Optical Stimulated Scintillation) en Autriche dirigé par Michael Mayer à l’Université d’Innsbruck, pour développer une nouvelle technique adaptée à la datation d’outils en pierre anciens.

La datation OSL est devenue l’une des principales méthodes de datation en archéologie et en sciences de la terre. Elle dépend de l’accumulation d’énergie dans la structure cristalline des grains de sable.

Lorsque le grain est à l’abri de la lumière du jour, comme lorsqu’il est enterré, son cristal accumule de l’énergie en raison du rayonnement de faible intensité provenant des roches et des sédiments environnants.

Des outils en pierre ont été trouvés parmi la dispersion d'artefacts en pierre à Su-re, dont certains peuvent remonter à plus de 5 000 ans.

Présentation / Conversation

Des outils en pierre ont été trouvés parmi la dispersion d’artefacts en pierre à Su-re, dont certains peuvent remonter à plus de 5 000 ans.

Cela peut ensuite être mesuré en laboratoire par une exposition contrôlée à la lumière bleue et verte, qui libère de l’énergie sous forme de “signal lumineux”. Plus le grain est enterré longtemps, plus nous en mesurons le lustre.

Au lieu de chercher du sable dans nos recherches, nous avons utilisé une approche appelée « datation d’enfouissement à la surface de la roche ». C’est la toute première méthode qui se concentre sur le signal stocké sous la surface d’artefacts rocheux sur un site dispersé.

Le signal de luminescence formé dans la roche est presque infiniment élevé, en raison du très long temps qui s’est écoulé depuis que la roche a été formée par des processus géologiques.

Cependant, une fois qu’une surface rocheuse est exposée à la lumière du jour, comme lorsqu’un artefact a été produit et utilisé pour la première fois, le signal de luminescence sur et juste en dessous de la surface (mais pas au centre) est effacé. L’effacement du signal est le plus fort à la surface et diminue progressivement vers le centre de l’artefact.

Lorsque l’artefact est jeté et protégé de la lumière du jour – que ce soit par le bas ou d’être recouvert de sédiments – le signal recommence à apparaître.

Travail sur le terrain et échantillonnage d'artefacts de surface à Su-re, dans le sud du Tibet.

Présentation / Conversation

Travail sur le terrain et échantillonnage d’artefacts de surface à Su-re, dans le sud du Tibet.

Cela se traduit par des niveaux variables d’intensité de signal situés à différentes profondeurs sous la surface de l’artefact. Nous pouvons mesurer cette distribution de signal pour déterminer l’âge global et l’histoire de l’artefact en pierre.

5000 ans à l’ombre du mont Everest

Le grand potentiel de cette nouvelle méthode d’utilisation de l’OSL a déjà été démontré archéologique Et le Géologue contextes, mais pas rigoureusement testés sur des sites de dispersion d’artefacts.

Accompagnés par l’archéologue expérimenté de haute altitude Mark Aldenderfer de l’Université de Californie à Merced, et soutenus par le minéralogiste Peter Tropper d’Innsbruck, nous avons entrepris de tester la pertinence de cette méthode prometteuse sur le site de diffusion d’artefacts en pierre à Su Re, dans le sud Tibet.

À une altitude de 4 450 mètres, dans une grande vallée descendant des plus hauts sommets du monde – le mont Everest et Cho Oyu – Su-ri est célèbre depuis des décennies pour son épaisse accumulation d’artefacts divers à la surface. Cela indique une longue histoire d’utilisation du site par les humains. Mais pour combien de temps ?

En utilisant notre approche de datation, nous avons daté les artefacts les plus anciens trouvés sur le site de Su-re il y a entre 5 200 et 5 500 ans. Ces outils sont susceptibles d’être liés aux activités d’extraction sur le site.

Alors que certains sites antiques ont été découverts en Centre Et le sud-est Tibet, notre ensemble de données a fait de Su-re le plus ancien sans encombre Un site daté sur le plateau tibétain du centre-sud près du haut Himalaya.

Cette découverte est particulièrement passionnante étant donné la proximité de Su-re avec le col de la montagne “Nangpa La”. Ce col reliait historiquement les Tibétains locaux des hauts plateaux aux Sherpas népalais des vallées et des plaines himalayennes.

Notre nouvelle approche de l’analyse des artefacts de surface peut être considérée comme le début de la voie vers de nouvelles perspectives archéologiques. À l’avenir, cela pourrait aider à révéler les secrets des sites d’artefacts en pierre à travers le monde.

Jan Hendrick Mayo Maître de conférences à la School of Geography, Earth and Atmospheric Sciences, University of Melbourne School of Science, et Luc Giljanic Chercheur à la School of Earth, Atmospheric and Life Sciences (SEALS) de l’Université de Wollongong.

Cet article a été initialement publié Conversation. Lire l’article d’origine.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer