World

Des traces du logiciel espion Pegasus ont été trouvées sur le téléphone d'Elena Yoncheva

Des traces du logiciel espion Pegasus ont été trouvées sur le téléphone de la députée européenne Elena Yoncheva, députée de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, selon des informations. BNR, Cité par Politico.

Yoncheva elle-même a confirmé cette nouvelle à la publication. Cela s'est produit il y a deux jours lors d'une inspection des systèmes informatiques au Parlement européen.

Des traces de « Pegasus » ont été trouvées sur les téléphones de deux députés et d'un assistant de la sous-commission de sécurité et de défense. Le téléphone de la Française Nathalie Loiseau de l'organisation Renew Europe, qui préside la sous-commission, a également été endommagé. Les techniciens ont informé Yoncheva que son téléphone avait été attaqué vers le 30 octobre 2023. L'attaque a été « sévère ». Le MEP attend toujours d’analyser si le piratage a réussi et si un logiciel malveillant a été utilisé.

Pegasus est un logiciel fabriqué en Israël. Il peut être installé inaperçu sur les téléphones mobiles iOS et Android.

Il y a quelques jours, Yoncheva a appelé à la préparation d'un mémorandum sur l'utilisation de ce programme, ainsi que de critères clairs pour son utilisation. « Les écoutes clandestines des opposants et l'utilisation de logiciels espions, aujourd'hui et à l'avenir, représentent un problème européen majeur. Toute force qui cherche à contrôler l'opposition et les journalistes peut toujours dissimuler la violation de nos droits dans un cadre juridique. Nous avons été témoins et l’ont signalé dans plus d’un pays.

Une commission a été créée au Parlement européen pour enquêter sur la mesure dans laquelle Pegasus et des logiciels espions similaires ont été utilisés contre des opposants politiques, des chefs d'État et des journalistes d'investigation.

READ  Open d'Australie 2022: Novak Djokovic en pourparlers pour poursuivre le gouvernement australien pour 6 millions de dollars australiens pour "abus"

La rapporteure du Parlement européen en la matière, Sofia Ent Veld, a annoncé aujourd'hui lors d'une conférence de presse à Strasbourg qu'aucune enquête approfondie n'a été menée nulle part dans l'Union européenne sur l'utilisation abusive du logiciel espion Pegasus.

Si vous souhaitez soutenir un journalisme indépendant et de qualité chez Sega,
Vous pouvez faire un don via PayPal

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer