World

Grant Robertson nie le « toucher doux de la Nouvelle-Zélande », estime que la demande du CPTPP n’a aucun lien avec l’accord AUKUS

Cette demande est arrivée le même jour les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie Annonce d’un nouveau pacte de défense et de sécurité, qui permettra aux pays de partager des informations sur les technologies, y compris les équipements militaires, alors qu’ils cherchent à relever les défis de la région indo-pacifique.

AUKUS, comme on appelle la Troïka, est perçu comme s’opposant à l’influence croissante de la Chine dans la région indo-pacifique. Au cours de l’année écoulée, les trois pays ont vu leurs relations avec la superpuissance s’amenuiser.

Alors que de nombreux commentateurs Ne soyez pas surpris que la Nouvelle-Zélande ne soit pas membre D’AUKUS étant donné son accent sur les capacités nucléaires et la position sans nucléaire d’Aoteaora, d’autres ont suggéré qu’il montre la Nouvelle-Zélande à l’étranger parmi ses alliés traditionnels.

Il y a eu des spéculations plus tôt cette année que les relations étroites de la Nouvelle-Zélande avec la Chine, en particulier en termes de commerce, étaient A causé une rupture entre elle et ses partenaires dans les cinq yeux. La Chine a Elle se vante de ses relations amicales avec Aotearoa. Mais le gouvernement néo-zélandais affirme qu’il entretient toujours des relations solides avec tous ses partenaires traditionnels.

Le vice-Premier ministre et ministre des Finances Grant Robertson a été interrogé vendredi sur le calendrier de la demande de la Chine. Il a déclaré qu’il n’avait  » rien fait  » et ne pensait pas que cela était lié à l’annonce de l’Université américaine du Kosovo.

Il a également rejeté le fait que la Nouvelle-Zélande avait reçu la demande parce qu’il s’agissait d’un « toucher doux à la Chine ».

READ  La fête du poisson salé à Sozopol a fait sensation

« Non, pas du tout. Je pense qu’il s’agit d’une mauvaise description de la Nouvelle-Zélande et peut-être aussi d’une sous-estimation de la position du CPTPP. C’est un accord commercial qui intéresse de nombreux pays à travers le monde. »

La Nouvelle-Zélande agit en tant que « dépositaire » du Partenariat, ce qui signifie qu’elle est responsable de la réception et du traitement de toute correspondance officielle la concernant.

Robertson a déclaré que la Nouvelle-Zélande accueillerait tout pays souhaitant adhérer à un « accord commercial de haute performance ».

« Ce n’est pas seulement la Chine qui a exprimé son intérêt pour cette question, mais d’autres pays ont manifesté leur intérêt dans le passé », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’un accord régional très solide dont les exportateurs néo-zélandais bénéficieront et tout ce que nous pouvons faire pour renforcer le système commercial fondé sur des règles dans le monde est toujours un plaisir à voir. »

« Il est clair que tout pays souhaitant adhérer au CPTPP doit s’inscrire sur les règles en place. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer