World

COVID-19 : les directeurs d’école sont heureux de voir l’arrière-plan des mandats de vaccination dans les écoles

Les administrateurs scolaires saluent la suppression du mandat du vaccin Covid-19 pour les enseignants et le personnel scolaire, mais d’autres craignent dommages causés Dans le cadre du mandat, cela peut être très difficile à régler.

Cela a été annoncé par le Premier ministre Jacinda Arden mercredi toutes les personnes Les mandats de vaccination seront levés à compter du 4 avril, à l’exclusion de la santé, du handicap, des soins aux personnes âgées, des services correctionnels et de la main-d’œuvre frontalière..

Richard Dykes, président de l’Association of Senior School Administrators in the South, a déclaré que même si l’on espérait que le mandat dans les écoles rendrait le pays plus sûr, à première vue, cette décision était « une excellente nouvelle ».

« Moi et tous les managers serions très heureux de voir l’arrière-plan de ces [mandates].

Lire la suite:
* Covid-19: les directeurs disent que la plupart des enseignants se sont conformés au mandat, le conseil de la petite enfance impliqué
* Covid-19: le mandat de vaccination « réflexe du genou » stimule la « haine » – selon le personnel de l’école
* COVID-19: Certains enseignants attendent le dernier jour pour se faire vacciner en signe de protestation contre le mandat, selon le syndicat

Les gestionnaires cherchent à dire adieu au casse-tête administratif de la délégation d'un vaccin Covid-19 aux enseignants et aux autres membres du personnel, mais disent que l'annulation de l'autorisation en avril signifiera différentes choses pour les différents membres du personnel concernés.

Ricky Wilson/Personnel/Personnel

Les gestionnaires cherchent à dire adieu au casse-tête administratif de la délégation d’un vaccin Covid-19 aux enseignants et aux autres membres du personnel, mais disent que l’annulation de l’autorisation en avril signifiera différentes choses pour les différents membres du personnel concernés.

« Cela a rendu l’ensemble du domaine des relations commerciales et industrielles beaucoup plus difficile », a déclaré Dykes, directeur du Nelson College.

Il a déclaré que la révocation du mandat signifiait différentes choses pour différentes personnes qui avaient été interdites de travail dans les écoles à la fin de l’année dernière, car elles n’avaient pas été vaccinées.

Certaines écoles seront liées par des accords contractuels.

Chaque école s’occupera de ces [workers] En différentes manières.

Richard Dykes, directeur de la Nelson College School et président de la Southern Senior Principals Association, s'est félicité de la levée des mandats en matière d'éducation.

Martin de Ruyter / L’étoffe

Richard Dykes, directeur de la Nelson College School et président de la Southern Senior Principals Association, s’est félicité de la levée des mandats en matière d’éducation.

« Certaines personnes ont peut-être déjà terminé leur travail à cause du système de santé publique, certaines écoles ont peut-être remplacé un enseignant par un contrat de remplacement d’un an à long terme, ou elles ont peut-être trouvé une autre solution. »

Mike Allen, directeur de l’école Rotoiti, a déclaré que l’un des enseignants de la petite école élémentaire rurale de St. Arno ne travaille plus en raison d’une affectation et est parti en congé d’études.

« On lui proposera à nouveau son travail à la fin de son congé d’études, et si elle choisit de le prendre, c’est entièrement son choix. »

L’école en bordure du parc national des lacs Nelson a maintenant un conseil d’administration complet, après plusieurs Les membres du conseil démissionnent sur délégation.

Allen a déclaré qu’il était difficile de faire face à une « situation légale », ce qui signifiait que tous ceux qui souhaitaient participer à l’école ne le pouvaient pas.

« C’est une très bonne nouvelle. Ça veut dire que les parents qui n’ont pas pu venir au camp, j’ai l’impression qu’ils vont pouvoir venir camper à nouveau avec nous. On va pouvoir redevenir toute une communauté au lieu de un peu divisé.

Personne n’a été « expulsé », certainement pas exprès, a-t-il dit, en raison de ses opinions sur les mandats, et les opinions de tous les membres de la communauté ont été écoutées et acceptées, a-t-il dit.

« Il n’y a pas d’hostilité … Je ne pense pas que quiconque ait brûlé des ponts. »

Cependant, Alistair Nichols, qui a démissionné de son poste de président du conseil scolaire lorsque le mandat est entré en vigueur pour les écoles en novembre, a déclaré une grande partie des dommages causés par les mandats, « et je ne sais pas si cela se passera bien à nouveau. »

Nichols a déclaré qu’il avait démissionné parce qu’il craignait que la responsabilité légale de la renonciation des enseignants incombe aux conseils d’administration et aux administrateurs – ce qui, selon lui, a été démontré dans Un procès intenté par des enseignants individuelsincompatible avec l’autorisation.

Il a déclaré que les personnes avaient perdu leur salaire et engagé d’autres dépenses en raison des mandats.

« Il y a maintenant de sérieuses questions à se poser sur la forme naturelle. Parce qu’il y a beaucoup d’affaires qui sont vraiment préjudiciables. »

READ  Un employé de supermarché a volé près de 20000 $ en cartes-cadeaux

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer