World

Coulée de boue japonaise : trois morts, des dizaines de disparus dans une station balnéaire

Les secouristes se sont frayé un chemin dans la boue et les décombres lundi, à la recherche de dizaines de personnes qui auraient disparu après… Un glissement de terrain géant s’est produit dans une station balnéaire japonaise, tuant au moins trois personnes.

80 personnes sont toujours portées disparues, selon le responsable de la gestion des catastrophes de la préfecture de Shizuoka, Takamichi Sugiyama. Les responsables se préparaient à divulguer leurs noms dans l’espoir d’atteindre ceux qui n’auraient peut-être pas été pris dans le glissement de terrain.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Initialement, 147 de ces personnes étaient inaccessibles, mais ce nombre a été révisé à la baisse après que les autorités municipales ont confirmé que certaines d’entre elles avaient été évacuées en toute sécurité ou étaient absentes lorsque la catastrophe a frappé.

La catastrophe est une expérience supplémentaire alors que les autorités se préparent pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui doivent commencer dans moins de trois semaines, alors que le Japon est toujours en pleine pandémie de covid-19.

Lire la suite:
* Au moins 19 personnes étaient portées disparues dans une coulée de boue qui a frappé des maisons à l’ouest de Tokyo
* 85 morts et des millions de personnes forcées de quitter leurs maisons alors que de fortes pluies frappent le Japon
* Un violent séisme frappe Osaka, dans l’ouest du Japon, faisant trois morts

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Au moins 20 personnes ont été initialement décrites comme disparues. Ajoutant à la confusion au sujet des pertes, Atami est une ville de vacances, avec de nombreux appartements et maisons vacants pendant de longues périodes de l’année, et ses résidents répertoriés vivant ailleurs.

D’autres peuvent être à l’étranger pour rendre visite à des parents ou à des amis, ou ne pas répondre au téléphone, ont déclaré des responsables. Ils espèrent contacter davantage de personnes disparues lundi.

Le glissement de terrain s’est produit samedi après plusieurs jours de fortes pluies. Des témoins ont entendu un énorme rugissement alors qu’un petit ruisseau se transformait en torrent transportant de la boue noire, des arbres, des roches et des débris de bâtiments.

Des passants haletant de terreur ont été entendus sur des vidéos de téléphones portables capturées au moment où cela s’est produit.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Comme de nombreuses villes côtières et montagnardes du Japon, Atami est construite sur des collines escarpées, ses routes serpentant à travers des morceaux de forêt et une végétation dense.

Alors que d’autres régions du pays s’attendent à de fortes pluies pendant ce qu’on appelle la saison des pluies au Japon, les autorités d’ailleurs ont également arpenté les collines. La NHK a mis en place lundi un programme sur les facteurs de risque et les signes avant-coureurs pouvant précéder un glissement de terrain.

Trois navires de la Garde côtière et six drones soutenaient des centaines de soldats, pompiers et autres secouristes travaillant sous la pluie et le brouillard à la recherche de survivants potentiels.

La coulée de boue a frappé le quartier Izusan d’Atami, connu pour ses sources chaudes, son sanctuaire et ses rues commerçantes. Atami est situé à environ 100 kilomètres au sud-ouest de Tokyo.

Naoto Dit, un acteur qui se trouvait en visite à Izusan après une séance photo, s’est réveillé au son des sirènes du quartier alors qu’il se trouvait à côté de sa mère.

Les deux étaient en sécurité, mais il s’est assuré que sa mère se rende à un centre communautaire voisin pour nettoyer l’endroit, a appelé tous ses amis et camarades de classe et s’est assuré qu’ils survivent.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

“J’ai grandi ici et mes collègues et amis vivent ici. Je suis si triste de voir que mon quartier où je jouais avec mes amis a maintenant été détruit” Presse Associée Dans une interview vidéo depuis son domicile à Atami.

Dett a déclaré que tous ses amis avaient quitté le pays en toute sécurité et que sa mère avait déménagé dans un hôtel dans un endroit plus sûr. Dit, qui vit habituellement à Tokyo, a déclaré qu’il était resté à l’écart des centres d’évacuation en raison de préoccupations concernant le coronavirus.

Bien que sa maison soit située dans une zone dangereuse, il a déclaré qu’il n’avait jamais imaginé qu’il serait touché par une catastrophe.

“Je ne prenais pas ça au sérieux et j’en suis désolé”, a-t-il déclaré. Il a filmé des scènes dans son quartier où de l’eau boueuse coule et des secouristes pataugent dans la boue jusqu’aux genoux.

Un homme regarde les sauveteurs poursuivre leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Un homme regarde les sauveteurs poursuivre leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Il s’est également rendu à la mer où des voitures accidentées flottaient sur les décombres de maisons détruites. “Beaucoup de gens ont vu leurs maisons et leurs biens et tout a été emporté. Ils ne pourront pas rentrer chez eux, et il faudra un effort inimaginable pour s’en remettre.”

L’Agence de gestion des incendies et des catastrophes et des responsables locaux ont déclaré que trois personnes avaient été retrouvées mortes tôt lundi matin. Vingt-trois personnes bloquées par la coulée de boue ont été secourues, dont trois qui ont été blessées.

Le gouverneur de Shizuoka, Hita Kawakatsu, a déclaré dimanche lors d’une conférence de presse que la construction en amont pourrait avoir été un facteur dans la coulée de boue. Citant une inspection initiale par un drone, Kawakatsu a déclaré que d’énormes quantités de terre qui s’étaient accumulées dans la zone de construction avaient toutes été emportées.

Kawakatsu a dit qu’il le ferait. Les médias ont déclaré qu’un projet de développement de logements a été abandonné après que son opérateur ait rencontré des problèmes financiers.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Izusan est l’un des 660 000 sites du pays qui ont été désignés comme sujets aux coulées de boue sur la carte des risques du gouvernement, mais il n’a pas été largement médiatisé et la sensibilisation du public est faible.

Début juillet est souvent proche de la fin de la saison des pluies, une période d’inondations et de coulées de boue meurtrières causées par des pluies torrentielles, qui, selon de nombreux experts, sont aggravées par le réchauffement climatique.

Il y a un an, des inondations et des coulées de boue causées par des pluies torrentielles à Kumamoto et dans quatre autres préfectures de la région de Kyushu, dans le sud du Japon, ont fait près de 80 morts. En juillet 2018, des collines se sont effondrées dans des quartiers résidentiels surpeuplés d’Hiroshima, tuant 20 personnes. En 2017, des coulées de boue et des inondations dans la région de Kyushu ont fait 40 morts.

Les reporters d’Associated Press Haruka Noga et Yuri Kageyama ont contribué à ce rapport.

READ  Au moins 45 tués dans une bousculade lors d'une cérémonie religieuse en Israël, et des dizaines de blessés

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer