World

Jeux olympiques d’hiver de Pékin : des athlètes néo-zélandais testés positifs au Covid-19 après leur arrivée à Pékin

Les anneaux olympiques de Zhangjiako, en Chine. Photo/PA

Les athlètes néo-zélandais faisaient partie d’une série de résultats positifs au test Covid-19 à Pékin avant le début des Jeux olympiques d’hiver de cette semaine.

Le chef de mission néo-zélandais Marty Toomey a confirmé que les athlètes de l’équipe néo-zélandaise avaient renvoyé des résultats positifs au test Covid-19 après leur arrivée à Pékin.

La cérémonie d’ouverture a lieu vendredi et la bulle des Jeux a enregistré plus de 120 résultats parmi les athlètes et les officiels positifs au cours des quatre derniers jours.

S’adressant au Héraut de Pékin, Toomey, qui est sur le terrain en Chine depuis quelques semaines, dit qu’il s’agit probablement d’un cas d’athlètes ayant eu le virus et perdant encore leur charge virale.

« Vous faites deux tests à votre arrivée à l’aéroport. Vous obtenez donc un test PCR nasopharyngé dans le nez, puis vous obtenez un test oropharyngé dans la gorge, et c’est combiné. C’est la mesure de référence dans le monde. »

« Si vos valeurs CT sont à un certain niveau, vous êtes considéré comme positif et si vous êtes positif, vous passez alors un test de confirmation. Donc, deux autres tests au cours des prochaines 24 heures, pour en fait juste vérifier pour make Et puis une fois que cela arrive, tout le monde est testé quotidiennement.

« Je suppose que le peu qui est difficile pour chaque nation, y compris la Nouvelle-Zélande, que vous avez un certain nombre d’athlètes et de personnel de soutien qui ont été à l’étranger qui ont contracté Covid au cours des six derniers mois, et ils ont encore perdu des morceaux de virus et parfois vous peuvent déclencher un résultat qui ressemble à un résultat positif mais lors d’un nouveau test, ils reviennent comme étant négatifs. Ainsi, tous les pays sont passés par là, y compris la Nouvelle-Zélande.

Chef de mission néo-zélandais Marty Toomey.  Photo / Photoport
Chef de mission néo-zélandais Marty Toomey. Photo / Photoport

READ  Coronavirus Covid 19: NSW bloqué dans tout l'État après 466 cas

Toomey a dit que cela a été une expérience difficile, mais les athlètes sont habitués à voyager à travers le monde pour concourir au cours des deux dernières années.

« C’est comme un jeu pas comme les autres en termes de tout ce que j’ai vécu. Mais les athlètes y sont habitués, ils ont voyagé à travers le monde au cours des deux dernières années et ont dû passer des tests.

« Ils ont dû satisfaire le fait qu’ils étaient négatifs avant de concourir, donc pour eux ce n’est pas nouveau et ils sont probablement assez détendus à ce sujet. Je pense que pour ceux d’entre nous qui viennent de Nouvelle-Zélande, c’est une expérience très différente. « 

Les Jeux de Pékin ont été sous les projecteurs pour des raisons politiques avec le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme et le traitement des musulmans ouïghours, provoquant notamment un boycott politique de la part de certains pays. Les athlètes néo-zélandais ont été informés qu’ils pouvaient exprimer leur point de vue, mais à quelques exceptions près : sur le podium ou dans les médias.

Mais Toomey dit que cela n’inclut pas leurs propres plates-formes.

« Il existe des directives claires dans le cadre du contrat NZOC et des contrats du CIO concernant le moment où ils peuvent faire des déclarations politiques et quand ils ne le peuvent pas, et ils sont définitivement autorisés à le faire, ce qui est un grand écart par rapport à il y a longtemps. faire n’importe quoi.

« Les athlètes ont le droit de s’exprimer et il y a quelques endroits où ils ne le peuvent pas et c’est sur le podium ou dans les médias. Mais nos athlètes peuvent certainement dire ce qu’ils ont à dire.

READ  Donald Trump critique Mitch McConnell pour les critiques qui ont suivi son acquittement

« Nous n’avons eu aucun problème avec les athlètes qui souhaitent adopter une position politique importante ; pour le moment, ils savent ce qu’ils peuvent faire. Lorsqu’ils choisissent de le faire ou non, nous travaillerons également avec eux, au fur et à mesure qu’ils sortiront. et dire ce qu’ils veulent dire.

Zoi Sadowski-Synnott, Margaux Hackett, Alice Robinson, Finn Bilous et Nico Porteous font partie des 15 membres de l'équipe néo-zélandaise à Pékin.  Photo / Photoport
Zoi Sadowski-Synnott, Margaux Hackett, Alice Robinson, Finn Bilous et Nico Porteous font partie des 15 membres de l’équipe néo-zélandaise à Pékin. Photo / Photoport

Les deux porte-drapeaux néo-zélandais, un homme et une femme, seront nommés demain soir.

L’équipe de freeski park et pipe n’arrivant que la semaine prochaine, le médaillé de bronze de Pyeongchang, Nico Porteous, est hors de propos. C’est probablement le patineur de vitesse Peter Michael, qui a terminé quatrième deux fois il y a quatre ans, qui obtiendra le feu vert.

La porte-drapeau féminine sera probablement un choix entre la médaillée de bronze de snowboard de Pyeongchang Zoi Sadowski-Synnott et la triple vainqueur de la Coupe du monde de ski de slalom géant Alice Robinson.

Toomey donnait peu.

« Nous avons maintenant la qualité et la profondeur du peloton chez les athlètes masculins et féminins. Donc, la bonne position est que si quelqu’un refuse, peut-être parce qu’il n’est pas là ou qu’il concourt le lendemain, alors l’autre athlète qui intervient pour porter ce drapeau représentant le pays est de toute façon un athlète de qualité.

Quant à la récolte de médailles, Toomey serait ravi si la Nouvelle-Zélande éclipsait les deux médailles de bronze remportées à Pyeongchang.

« Je pense que c’était probablement le début de ce voyage en termes, vous savez, d’athlètes de sports de neige de haute performance », a déclaré Toomey.

« J’adorerais que l’équipe puisse revenir avec la première médaille d’or néo-zélandaise aux Jeux olympiques d’hiver… Vous regardez ce cycle olympique et vous regardez Alice Robinson, Zoe Sadowski-Synnott, Nico Porteous. Les noms sont toujours là, ils ont remporté des championnats du monde et des coupes du monde et beaucoup d’entre eux sont chassés plutôt que chasseurs pour la première fois.

READ  Lève-toi de la crosse d'époque dans les casques

« J’aimerais penser que nous battrons le nombre de médailles de Pyeongchang. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer