Economy

C’est fini: le président français quitte Twitter au milieu des licenciements

PARIS (Reuters) – Le responsable des opérations françaises de Twitter, Damien Veil, a déclaré qu’il avait démissionné de la plate-forme de médias sociaux dont le nouveau propriétaire, Elon Musk, a licencié des cadres supérieurs et imposé de fortes suppressions d’emplois dans l’entreprise.

« C’est fini », a écrit dimanche Fyle sur Twitter, remerciant son équipe de France qu’il dirige depuis sept ans.

Veale a confirmé qu’il quittait Twitter dans une lettre séparée à Reuters.

Il n’a pas précisé les circonstances de son départ et a refusé de dire combien de personnes travaillaient sur Twitter en France avant ou après le rachat de l’entreprise par Musk le mois dernier.

La législation du travail en France interdit aux entreprises de licencier des employés permanents du jour au lendemain. Les entreprises basées en France sont tenues d’informer formellement les salariés qu’elles envisagent de renoncer à leur projet par anticipation, généralement via une lettre avec accusé de réception.

Ils doivent également respecter certains délais de préavis, en fonction de la nature du licenciement et de l’ancienneté des salariés.

Pour licencier plusieurs employés dans les 30 jours, les entreprises doivent également suivre certaines procédures, qui impliquent de faire rapport aux employés, aux représentants des employés et au ministère du Travail.

Cela signifie que l’ensemble du processus prend au moins plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Un porte-parole de Twitter en France n’a pas répondu aux messages demandant des commentaires depuis que Musk a pris le pouvoir en octobre.

Twitter a traversé des bosses depuis que la personne la plus riche du monde a pris le relais. Il a réduit d’environ la moitié son personnel mondial, tandis que Musk a évoqué la possibilité d’une faillite pour la plate-forme de médias sociaux.

READ  Alerte DANGER! Brioches, pains et biscuits sont rappelés d'urgence! Un danger pour votre santé!

Il a récemment dit aux employés de se demander s’ils voulaient rester « travailler de longues heures à haute intensité » ou obtenir une indemnité de départ de trois mois.

(Reportage par Matthew Rosemin) Montage par Mark Potter

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer