World

Accord historique sur les coûts climatiques convenu à la COP27

La COP 27 se tient à Charm el-Cheikh, en Égypte.
image: Agence France Presse

Les pays participant au sommet sur le climat de la COP27 ont convenu de créer un fonds « pertes et dommages » pour aider les pays pauvres touchés par des catastrophes climatiques, mais ont reporté leur accord sur un accord plus large décrivant la volonté mondiale de lutter contre le changement climatique.

Le sommet a également convenu d’un accord global sur le climat qui résume les accords politiques conclus à Charm el-Cheikh.

Le président de la COP, Sameh Shoukry, a jeté le marteau sur le document qui représentait le consensus atteint par tous les pays.

Il y eut des applaudissements lorsque Shukri baissa le marteau pour confirmer l’accord.

Le président de la COP27, Sameh Shoukry, s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue de la cérémonie d'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques 2022, plus connue sous le nom de COP27, au Centre international de conférences de Charm el-Cheikh, dans la station balnéaire égyptienne du même nom de la mer Rouge.  - La COP27 du Sommet des Nations Unies sur le climat en Égypte a été lancée avec des avertissements contre le recul des efforts de réduction des émissions et des appels aux pays riches pour indemniser les pays pauvres après une année de graves catastrophes météorologiques.  (Photo de Joseph Aïd/AFP)

Sameh Shoukry, président de la COP27
image: Agence France Presse

après tension des négociations qui ont duré toute la nuit, La présidence égyptienne de la COP27 a publié un projet de texte pour un accord global – et a convoqué en même temps une session plénière pour l’adopter comme accord global final pour le sommet de l’ONU.

La session a approuvé une disposition dans le texte visant à établir un fonds « pertes et dommages » pour aider les pays en développement à supporter les coûts immédiats des événements alimentés par le changement climatique tels que les tempêtes et les inondations.

Mais l’ancien ambassadeur néo-zélandais sur le changement climatique a déclaré que le fonds ne ferait peut-être pas beaucoup de différence pour les pays en développement.

Cela pourrait finir par être une simple redistribution des fonds qui ont déjà été engagés, a déclaré Adrian Massi, qui a présidé les négociations de Kyoto.

READ  Moscou annonce des contre-sanctions contre les fonctionnaires de l'UE

Il a ajouté qu’il existe également une réelle incertitude quant à ce qui sera et ne sera pas couvert.

Massey a déclaré que cela créerait inévitablement plus de bureaucratie à gérer aux Nations Unies.

La session a lancé plusieurs des décisions les plus controversées concernant le fonds l’année prochaine, lorsqu’un « comité de transition » fera des recommandations que les pays devront adopter ensuite lors du sommet sur le climat COP28 en novembre 2023.

Ces recommandations couvriront « l’identification et l’expansion des sources de financement » – une référence à l’épineuse question de savoir quels pays devraient contribuer au nouveau fonds.

Les appels des pays en développement pour un tel fonds ont dominé le sommet de deux semaines, poussant les pourparlers au-delà de leur conclusion prévue vendredi.

SHARM EL SHEIKH, ÉGYPTE - 19 NOVEMBRE : des militants du climat organisent une manifestation devant le Centre international de conférences pour protester contre les effets négatifs du changement climatique, alors que le Sommet des Nations Unies sur le climat COP27 se poursuit à Charm el-Cheikh, en Égypte, le 19 novembre 2022. Mohamed Abdel Hamid/Agence Anadolu (Photo de Mohamed Abdel Al-Hamid/Agence Anadolu/Agence Anadolu via AFP)

Les manifestants en dehors de l’événement ont clairement exprimé leurs sentiments.
image: Agence France Presse

Immédiatement après l’approbation publique du Fonds pour les pertes et dommages, la Suisse a demandé une suspension de 30 minutes pour prendre le temps d’étudier le nouveau texte de l’accord global – en particulier le libellé relatif aux efforts nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a déclaré un délégué suisse.

Tard samedi, les négociateurs se sont dits préoccupés par les changements discutés tard dans le processus.

Le document, qui constitue l’accord politique global de la COP27, devait être approuvé par près de 200 pays lors du sommet sur le climat en Égypte.

Conformément aux versions précédentes, le projet n’incluait pas de référence, demandée par l’Inde et certaines autres délégations, à l’élimination progressive de l’utilisation de « tous les combustibles fossiles ». Au lieu de cela, il n’indiquait qu’une élimination progressive du charbon, comme convenu lors du sommet de l’année dernière.

READ  L'ancien présentateur de TVNZ Kamal Santamaria s'excuse et fait allusion à de nouvelles allégations sur le point d'émerger

Que signifie « pertes et dommages » ?

Le terme fait référence à la nécessité d’un fonds pour aider les pays à faire face aux impacts directs du changement climatique – pertes et dommages.

Les pays riches ont – jusqu’à présent – résisté au débat sur le financement pendant 30 ans de peur que, parce qu’ils ont historiquement joué un rôle majeur dans le changement climatique, ils devront en payer les frais pendant des siècles.

Mais des traces inondations au pakistan, Le Nigeria et ailleurs ont fait pencher la balance ces dernières années – en Égypte, la question des pertes et dommages dus aux températures élevées est enfin entrée à l’ordre du jour des négociations.

Reuter/BBC avec RNZ

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer