World

À la fin de son mandat, quelles affaires judiciaires menacent Donald Trump?

Le 20 janvier 2021, le démocrate Joe Biden sera officiellement investi 46e Le président des Etats-Unis. Et, à cette date, Donald Trump redeviendra un «simple» citoyen. Ainsi privé du bouclier juridique dont il bénéficie depuis son élection à la présidence, le républicain pourrait devenir le premier chef d’État fédéral à être tenu pour responsable de certains de ses actes devant les tribunaux.

Alors que la Constitution des États-Unis n’indique pas spécifiquement que le président sortant bénéficie de l’immunité, l’un des pères fondateurs du pays, Alexander Hamilton (1757-1804), a écrit dans le Articles fédéralistes (collection qui est la référence pour l’interprétation de la Loi fondamentale) qu’elle pourrait «Après son mandat, être poursuivi et puni par le droit commun». En 1973, puis en 2000, le ministère de la Justice (Département de la justice, DoJ) avait également émis des recommandations dans ce sens, considérant que l’inculpation d’un président en exercice “Nuire” le bon fonctionnement de la Maison Blanche.

Dans un article intitulé «Le peuple contre Donald J. Trump» («Le peuple contre Donald Trump»), le Magazine de New York qualifié la liste des chefs d’accusation contre le chef battu aux urnes.

«Compte tenu du nombre de crimes qu’il a commis, de la durée pendant laquelle il les a commis et de l’éventail des juridictions dans lesquelles ils ont eu lieu, son exposition juridique potentielle est stupéfiante. “

Plus d’une dizaine d’enquêtes le concernant – lui ou ses proches – sont déjà en cours, fait valoir la publication.

  • “L’enquête russe”

Parmi les questions les plus délicates se trouve «l’enquête russe». Lancé au printemps 2017, et confié au procureur indépendant Robert Mueller, il se concentre sur les liens possibles entre le gouvernement russe et la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

Dans les 448 pages du rapport, publié en avril 2019, le procureur a conclu que le Kremlin avait tenté d’intervenir, mais il ne pouvait pas prouver une complicité volontaire du côté américain. Sur l’entrave à la justice accusée du président, il a également déclaré qu’il était incapable de trancher. Ministre de la Justice William Barr, s’était alors empressé d’écarter toute action en justice contre Donald Trump, faute de preuves formelles.

Voir aussi: Comprendre les derniers épisodes de l’enquête russe

Mais, deux mois après la publication de son rapport, Robert Mueller est sorti de son silence pour réaffirmer la réalité de “Efforts multiples et systématiques” mettre les pieds “Nuire à un candidat” – La démocrate Hillary Clinton. Revenant sur le soupçon d’entrave dont le président des États-Unis aurait pu être coupable, il a également expliqué que ce sont les directives du DoJ, et non l’absence de preuves, qui l’ont empêché de tirer une quelconque conclusion de ses travaux. Robert Mueller a approuvé la doctrine selon laquelle “Un président ne peut pas être poursuivi pour une infraction fédérale pendant son mandat”. Cette interdiction de principe ne sera plus valable à compter du 20 janvier 2021.

READ  Donald Trump qualifie Emmanuel Macron de "Premier ministre" lors d'une réunion
Lisez également l’histoire: Sur la nomination du procureur Mueller, Donald Trump croyait à “la fin de [sa] présidence “

À l’époque (en avril 2019), l’une des options possibles aurait été la mise en place d’une procédure de destitution (mise en accusation) qui permet au président d’être démis de ses fonctions en cas de “Trahison, corruption ou autres crimes et délits graves”. Mais les responsables démocrates étaient réticents à se lancer dans une telle démarche, à la fois impopulaire et vouée à l’échec, faute de majorité au Sénat.

Durant son mandat, Donald Trump a néanmoins fait l’objet d’une procédure de destitution, mais dans une autre affaire: «l’affaire ukrainienne». Il a alors été soupçonné pour la suspension d’une aide militaire importante à l’Ukraine et la visite officielle à la Maison Blanche du président Volodymyr Zelensky pour le forcer à ouvrir une enquête sur l’entourage de l’un de ses opposants politiques directs: Joe Biden. Donald Trump a été acquitté sans surprise par la chambre haute contrôlée par les républicains. Mais l’affaire n’est pas complètement close, car l’affaire est désormais entre les mains d’un procureur de Brooklyn (New York), rapporte le New York Times.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Enquête russe: le procureur Mueller, le cauchemar de Donald Trump
  • Une dizaine d’autres enquêtes en cours

Le 45e Un locataire de la Maison Blanche peut également avoir à répondre de violations répétées de la loi Hatch, abonde dans les médias politiques Politico. Cette loi de 1939 interdit à tout employé fédéral de se livrer à des activités partisanes. “Les contribuables, quelle que soit leur affiliation politique, financent le gouvernement pour qu’il travaille au nom de tous les Américains et non pour faire campagne pour un parti ou un candidat.”, souligne l’organe de surveillance politique non partisan Citizens For Responsibility and Ethics in Washington (CREW), qui a identifié au moins quinze infractions à ladite loi, juste lors de la tenue de la Convention nationale républicaine, cet été.

READ  Le Portugal, nouvel épicentre de l'affrontement entre les États-Unis et la Chine

Bloomberg explique, pour sa part, que le président sortant est également menacé par d’éventuelles violations des règles de financement des campagnes électorales, pour lesquelles son ancien conseil Michael Cohen a plaidé coupable et a été condamné à trois ans de prison. En cause, une grosse somme d’argent versée à l’ancienne actrice pornographique Stormy Daniels, sous une clause de confidentialité, signée quelques jours avant l’élection présidentielle de 2016.

Donald Trump pourrait également avoir des ennuis avec la loi sur ses impôts. L’homme d’affaires n’a payé que 750 dollars (633 euros) d’impôts fédéraux l’année de son élection il y a quatre ans, et n’a en outre pas payé d’impôt sur le revenu pendant dix des quinze années précédentes. Depuis la publication des révélations de New York Times, de nombreuses voix s’élèvent pour que ce sujet fasse l’objet d’enquêtes approfondies, afin de déterminer s’il s’agit ou non d’une manœuvre légale ou si cette dernière s’est livrée à une évasion fiscale.

Lisez également l’analyse: Donald Trump a rattrapé les révélations sur ses impôts

Notez que les affaires susmentionnées ne concernent que les crimes fédéraux. Cependant, Donald Trump est également impliqué dans une série d’affaires à l’échelle de l’État. Depuis deux ans, il fait face à des poursuites pénales pour fraude fiscale et fraude à l’assurance lancées par le procureur de Manhattan (New York) Cyrus Vance.

  • Poursuivre Donald Trump, un exercice périlleux

Dans un pays fortement divisé – si le démocrate Joe Biden a enregistré un record de votes populaires, son rival a également dépassé le record détenu en 2008 par Barack Obama -, l’attitude du 46e président contre son prédécesseur sera particulièrement scruté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Voyage dans les États désunis d’Amérique, hantés par la guerre civile

Tout l’enjeu pour Joe Biden sera de faire en sorte que personne ne soit au-dessus des lois, tout en évitant toutefois d’apparaître comme un homme vindicatif, désireux de ” punir “ celui qui l’a attaqué à plusieurs reprises, lui et ses proches. Et même si pendant ses quatre années à la tête de l’Etat fédéral, Donald Trump est accusé d’avoir détourné l’institution judiciaire au profit de son administration.

La décision de poursuivre Donald Trump devra donc être laissée à un procureur spécial, sur le modèle de la mission confiée à Robert Mueller dans le cadre de «l’affaire russe». le avocat spécial, qui est nommé par le ministre de la Justice, devra être un procureur de carrière, sans lien avec le président ou son équipe. M. Biden doit, en outre, déclarer, lors de sa nomination, qu’il n’a pas l’intention de lui imposer des restrictions et qu’il suivra ses recommandations, résume ainsi Politico.

  • Et si Donald Trump décidait de se pardonner?

Le président élu n’entrant officiellement en fonction que le 20 janvier, Donald Trump est toujours président en fonction pendant quelques semaines. Et il pourrait profiter de ce temps pour s’octroyer la grâce présidentielle.

READ  New Delhi se réveille dans un nuage de pollution après Diwali

D’autant qu’aux Etats-Unis cette puissance est très étendue : “La grâce présidentielle est une sorte de baguette magique légale capable d’offrir une immunité complète contre tous les crimes fédéraux passés et présents, qu’ils soient inculpés ou non, selon la formulation.”, résume la chaîne CNN.

M. Trump pourrait donc pardonner à ses amis – comme il l’a déjà fait avec Roger Stone dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 – ou sa famille. Il n’aurait pas non plus à attendre que les accusations soient officiellement portées. Seul bémol: ce pardon ne couvre que les crimes fédéraux. Les accusations portées par les tribunaux étatiques sont exclues de son spectre.

Il n’y a aucun précédent dans l’histoire des États-Unis où un président en exercice décide de se pardonner. La validité juridique d’un tel acte serait donc laissée à l’appréciation d’un tribunal, voire de la Cour suprême – certains juristes ayant déjà souligné son caractère inconstitutionnel, car il viole l’idée que nul ne devrait agir en tant que juge dans son propre cas, Rapports quotidiens britanniques L’indépendant.

Lisez aussi: Face au déni de Donald Trump, les républicains entre malaise et soutien

Face à ces incertitudes, une autre possibilité émerge: que Donald Trump passe la main, pour les dernières semaines de son mandat, à son vice-président, Mike Pence, laissant ce dernier accorder la grâce présidentielle. Gerald Ford avait pardonné à Richard Nixon de cette manière dans le cadre du scandale du Watergate en 1974, qui établit un précédent juridique et historique.

Mais l’opération ne sera pas sans risque pour l’ancien gouverneur de l’Indiana et le Parti républicain. La décision de Gerald Ford avait mis en colère une grande partie de l’opinion publique et il a été battu aux urnes par le démocrate Jimmy Carter en 1976.

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer