entertainment

Wes Anderson critique du film français Dispatch | civilisation

Depuis la semaine dernière, je n’ai jamais vu un film de Wes Anderson auparavant.

Fou, non ? En entendant cela, la plupart des cinéphiles me demandaient de leur remettre ma carte de cinéphile.

« The French Dispatch » a été ma première entrée dans le monde de Wes Anderson, un cinéaste célèbre pour ses palettes de couleurs distinctives, ses plans symétriques et son sens de l’humour décalé.

Le film a été présenté en avant-première au Festival de Cannes en juillet et a été largement diffusé le vendredi 29 octobre. Il présente un casting de stars comprenant Bill Murray, Owen Wilson, Tilda Swinton, Timothée Chalamet et plus encore.

Si je devais décrire « The French Dispatch » en un mot, ce serait charmant.

Le film vous transporte dans un monde magnifique. Le film est si esthétiquement agréable qu’à tout moment vous pouvez le mettre en pause, et ce cadre ressemblera à une photographie primée. Certaines images de la ville ont en fait été tournées sur place en France, tandis que d’autres sont clairement des natures mortes.

Le look de « The French Dispatch » est complété par des sons charmants. Enregistré par Alexandre Deblatt, le film a une énergie effrayante qui, associée à des scénarios complètement absurdes, ajoute à la nature comique du film.

Le film se déroule dans la ville fictive d’Ennui-sur-Blasé, un village français par excellence (du moins dans l’imaginaire américain). Là, un journal basé au Kansas a une base internationale (le français pour son nom Dispatch) remplie de journalistes en fuite rapportant diverses histoires étranges. Trois de ces histoires constituent les trois parties principales de ce film.

Le film est présenté comme si vous lisiez un journal, avec le titre de chaque partie utilisé comme titre de l’article.

La première partie de « The French Dispatch » s’intitule « The Concrete Masterpiece, de JKL Berensen ». Cette partie retrace la vie du peintre emprisonné et mentalement dérangé Moses Rosenthaler alors qu’il devenait une sensation artistique internationale.

Tilda Swinton a donné une performance humoristique inattendue en tant que journaliste JKL Berenson dans ce segment. Ceux qui sont habitués au comportement sérieux et royal de Swinton dans les franchises « Doctor Strange » et « The Chronicles of Narnia » verront leurs attentes pour son personnage complètement bouleversées.

Dans l’ensemble, l’humour de ce film sert à éviter à la fois la sécheresse et la clarté. L’humour est intelligent et ne fonctionne que grâce à l’excellent timing d’Anderson. Il sait quoi révéler, quand le révéler et comment le révéler. C’est une compétence dont les cinéastes n’ont pas assez.

La deuxième partie du « Bulletin français » s’intitule « Revues du Manifeste, par Lucinda Krementz ». Ce segment suit la journaliste Lucinda Krementz alors qu’elle couvre un mouvement de protestation étudiant luttant pour le droit des étudiants masculins à entrer dans les dortoirs des femmes.

READ  Michel Drucker au pire, hospitalisé, émacié, son coproducteur nous donne son actualité

Timothée Chalamet a donné une drôle de performance dans le rôle de Zeffirelli, le leader de ce mouvement étudiant et auteur du manifeste du mouvement. À travers son embarras, Chalamet aide à élever cette partie pour qu’elle soit la meilleure partie du film.

Bien qu’elles ne soient pas explicitement mentionnées dans les années 1960, les « Révisions du Manifeste » regorgent de références à la Nouvelle Vague française, au mouvement de protestation étudiant de mai 1968 et à d’autres éléments notables en France dans les années 1960. Anderson montre une grande attention aux détails. Dans une scène de la rue principale d’Ennui-sur-Blasé, une boutique à l’arrière-plan est nommée « Masculin Feminin » d’après le film populaire de la Nouvelle Vague française. Ce moment, si vous l’avez manqué, ne sera probablement pas remarqué, ce qui n’est pas important pour la plupart des téléspectateurs, mais c’est la preuve de la précision et de la profonde appréciation d’Anderson pour le cinéma.

La dernière partie de « The French Dispatch » s’intitule « La salle à manger privée du commissaire de police, par Roebuck Wright ». Cela survient après que le journaliste Roebuck Wright a dîné avec le commissaire de police à Inoue-sur-Blasie, lorsqu’un chaos soudain s’ensuit. Bien que cela soit parfois amusant, c’est la partie la plus faible du film. Les personnages de ce segment sont mignons. Il n’est pas clair qu’il s’agisse d’une erreur de représentation ou de souscription inférieure aux normes.

De plus, cette partie a une chaîne de poursuite en voiture animée qui m’a laissé un mauvais goût dans la bouche. J’aime généralement l’animation, qui est entrecoupée de scènes d’action en direct dans les films. Cependant, dans ce cas, il n’y avait aucune raison apparente de déplacer la scène. C’était comme si le film resserrait soudainement son budget et devait à la dernière minute recourir à l’animation.

Un thème récurrent dans French Dispatch est la moquerie des buzzers. Dans The Concrete Masterpiece, nous nous moquons du monde précieux de l’art. Dans Revisions to the Manifesto, nous rions des fausses conversations philosophiques d’étudiants révolutionnaires naïfs intéressés par les hormones. Et tout au long de tout cela, on se moque de la persévérance débridée des journalistes qui couvrent ces histoires.

Certains critiques se sont plaints qu’Anderson dans « The French Dispatch » ait répété ses vieux tours. En tant que nouveau spectateur, je ne peux pas attester de la véracité de cette critique. Mais ce que je peux dire, c’est que « The French Dispatch » est tout seul. On n’a besoin d’aucune expérience de visionnage préalable d’Anderson pour en profiter. Plus important encore, ce film était suffisamment impressionnant pour m’inspirer pour commencer à regarder le reste des cinématiques d’Anderson.

Dans l’ensemble, si vous voulez regarder une comédie divertissante, légère et agitée, alors « The French Dispatch » ne vous décevra pas.

READ  au cœur d'un nouveau scandale! plongé dans un nouveau cauchemar.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer