Top News

Une source diplomatique française affirme que le Canada a demandé à la France d’extrader un prêtre accusé

PARIS (Reuters) – La France a reçu une demande du Canada d’extrader le prêtre catholique à la retraite Johannes Revoir pour faire face à des accusations d’agression sexuelle alors qu’il travaillait dans le nord du Canada, a déclaré une source diplomatique française.

Le peuple autochtone du nord du Canada, les Inuits, prévoit de faire pression sur le pape François lors de sa visite vendredi pour aider à ramener Revoir au Canada. Lire la suite

« Les autorités judiciaires canadiennes ont transmis une demande d’extradition concernant M. Johannes Revoir à la France », a déclaré la source diplomatique à Reuters. « Cette demande est actuellement traitée par le ministère de la Justice, qui a demandé des informations supplémentaires aux autorités canadiennes. »

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Il n’était pas clair quelles informations la France demandait ou quand le Canada avait fait la demande.

Le ministère canadien de la Justice n’a pas pu être joint pour commenter. Il avait précédemment refusé de dire s’il avait demandé à la France d’extrader Rivoire, affirmant que ces demandes étaient confidentielles.

Un traité d’extradition entre le Canada et la France stipule que l’un ou l’autre pays est obligé d’extrader ses citoyens.

Revoir, 93 ans, est accusé d’agression sexuelle en lien avec son travail dans les paroisses du nord du groupe missionnaire catholique Oblats de Marie Immaculée. La police canadienne a accusé Revoir, qui vit à Lyon, en France, en février.

Une femme a allégué que Revoir l’avait agressée sexuellement entre 1974 et 1979 alors qu’elle était une jeune fille. Ni l’accusation ni aucune allégation contre Rivoire n’ont été prouvées devant le tribunal.

READ  La France ne reconnaît pas le QROPS comme une pension

Les Inuits affirment depuis longtemps que Revoir a abusé sexuellement d’enfants alors qu’il travaillait dans le nord du Canada des années 1960 à 1993. Revoir n’a pas répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Lors de sa visite au Canada, le pape François a l’intention de s’excuser pour les mauvais traitements infligés aux enfants autochtones dans les écoles publiques dirigées en grande partie par l’Église catholique.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage supplémentaire de Matthew Rosemin à Paris et Steve Scherer à Ottawa; Écrit par Rod Nickel à Winnipeg; Montage par Mark Heinrich

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer