science

Une étude sur la tomographie par émission de positrons relie le COVID-19 à une réserve de débit myocardique réduite

Dans ce que les chercheurs appellent « particulièrement pertinent pour le COVID-19 à long terme », une nouvelle étude montre que les personnes atteintes d’une infection préexistante au COVID-19 et de facteurs de risque cardiovasculaire ont un risque significativement plus élevé de diminution de la réserve de débit myocardique (MFR).

En comparant 101 patients ayant une infection antérieure au COVID-19 avec 292 patients témoins, les auteurs de l’étude ont évalué la perfusion myocardique au repos et l’hyperémie maximale par tomographie par émission de positrons (TEP). La population étudiée avait une prévalence élevée de facteurs de risque cardiovasculaire tels que le diabète (43%), l’hypertension (61%) et l’obésité (55%), mais les auteurs ont noté que les pourcentages de ces conditions étaient similaires entre les deux groupes d’étude.

L’étude, récemment publiée dans la revue « MFR », a montré que 58 % des patients précédemment infectés par le COVID-19 présentaient un MFR global inférieur à 28 % des patients témoins, JACC : Imagerie Cardiovasculaire.

Notant que les taux plus élevés de diminution du MFR sont probablement dus à l’aggravation d’un dysfonctionnement endothélial préexistant ou à l’émergence d’une nouvelle lésion endothéliale, les auteurs de l’étude notent que les résultats sont « particulièrement pertinents pour le COVID-19 à long terme ».

Moaz El-Mallah, MD, MS, directeur de la division TEP cardiovasculaire du méthodiste de Houston DeBakey Hart a écrit : « … un dysfonctionnement endothélial persistant et une inflammation aiguë peuvent entraîner un dysfonctionnement endothélial et peuvent expliquer les symptômes cardio-pulmonaires à long terme du COVID – 19″. Centre vasculaire et collègues.

Après des ajustements pour faire correspondre les variables et des analyses de sensibilité ultérieures, dont une chez un patient diabétique, les auteurs de l’étude ont trouvé une probabilité plus élevée de MFR <2 et de MFR normal <2 chez les patients ayant déjà été infectés par le COVID-19. La période de suivi médiane de 323 jours a révélé des taux plus élevés d'événements cardiovasculaires annuels chez les patients présentant une infection préexistante au COVID-19 et ceux avec un MFR <2, selon l'étude.

READ  Le deuxième cosmonaute bulgare Alexandre Alexandrov fête ses 72 ans (vidéo)

Al-Mallah et ses collègues ont noté : « Notre analyse indique que les patients qui ont déjà été infectés par le COVID-19 ont des taux plus élevés de MFR… et qu’un MFR plus faible est le signe d’un mauvais pronostic. »

Tout en maintenant que des recherches futures sont nécessaires pour confirmer les résultats de l’étude, les chercheurs ont déclaré que les limites de l’étude comprenaient l’utilisation de l’examen des dossiers pour évaluer le suivi et les données d’une institution. Ils ont également reconnu la forte prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire dans leur population d’étude.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer