World

une cinquantaine de personnalités de l’opposition arrêtées dans la plus grande répression depuis l’introduction de la loi sur la sécurité nationale

Une cinquantaine de personnalités de l’opposition à Hong Kong ont été arrêtées mercredi 6 janvier, lors d’une répression massive menée en vertu de la loi sur la sécurité nationale, ont déclaré à l’AFP deux sources policières de haut niveau. de l’anonymat. Des membres de l’opposition et des partis pro-démocratie ont rendu compte sur leurs comptes Facebook et Twitterau moins 48 arrestations, la plupart pour “subversion”. La police de Hong Kong n’a pas officiellement répondu aux questions sur le raid, qu’il s’agisse du nombre de personnes arrêtées ou de sa motivation.

L’opération visait d’anciens parlementaires pro-démocratie comme James To, Andrew Wan et Lam Cheuk Ting, ainsi que de jeunes militants. Parmi ces derniers, deux ont confirmé leurs propres arrestations via Facebook: Gwyneth Ho, une ex-journaliste de 30 ans, et Tiffany Yuen, une élue locale de 27 ans.

Des personnalités de l’opposition ont déclaré que les arrestations étaient liées aux primaires organisées par les partis pro-démocratie l’année dernière. Plus de 600 000 Hongkongais ont voté lors du scrutin officieux, qui visait à choisir des candidats aux élections législatives de Hong Kong. Seule la moitié des 70 membres élus de l’Assemblée sont choisis par le peuple. Le but de la campagne était de remporter les 35 sièges élus et de remporter pour la première fois la majorité à la législature.

Les responsables du pouvoir à Pékin avaient averti que faire campagne pour une majorité était un “subversion”, en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale. Cette loi a été imposée à la ville fin juin 2020, en réponse aux manifestations massives et souvent violentes en faveur de la démocratie de 2019. Le texte a conduit à l’arrestation de dizaines de personnalités du mouvement, dont l’opposant Joshua Wong. Les crimes contre la sécurité nationale sont passibles d’une peine d’emprisonnement à perpétuité et la caution n’est généralement pas accordée aux personnes inculpées.

READ  Un policier suspendu pour avoir dit "Trump 2020" au micro de sa voiture de patrouille

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer