Top News

Un rapport sur le Rwanda dit que la France a permis le génocide | Canberra Times

les dernières informations

Le gouvernement français porte une “grande” responsabilité pour “permettre la perpétration d’un génocide anticipé”, un rapport commandé par le gouvernement rwandais a conclu le rôle de la France avant et pendant la terreur au cours de laquelle environ 800 000 personnes ont été tuées en 1994. Le rapport , publié par Associated Press, lire, Au milieu des efforts du Rwanda pour documenter le rôle des autorités françaises avant, pendant et après le génocide, dans le cadre des mesures prises par le président français Emmanuel Macron pour améliorer les relations avec le pays d’Afrique centrale. Le rapport de 600 pages dit que la France «n’a rien fait pour arrêter» les massacres d’avril et mai 1994 et, dans les années qui ont suivi le génocide, a tenté de dissimuler son rôle et a même fourni une protection à certains auteurs. Il devrait être publié plus tard lundi après avoir été officiellement présenté au gouvernement du Rwanda. Il a conclu que dans les années qui ont précédé le génocide, l’ancien président français François Mitterrand et son administration étaient au courant des préparatifs des massacres – pourtant ils ont continué à soutenir le gouvernement du président rwandais de l’époque Juvénal Habyarimana en dépit des “signes d’alerte”. Les auteurs soulignent que “le gouvernement français n’était ni aveugle ni absent de la conscience du génocide attendu”. Le rapport rwandais intervient moins d’un mois après qu’un rapport français, commandé par Macron, a conclu que les autorités françaises étaient “aveugles” aux préparatifs du génocide, puis leur réaction a été très lente pour estimer l’ampleur des meurtres et répondre eux. Il a conclu que la France portait «d’énormes et vastes responsabilités» en ne répondant pas à la dérive qui a conduit au massacre qui a coûté la vie à la plupart des Tutsis et Hutus modérés qui ont tenté de les protéger. Des groupes d’extrémistes hutus ont perpétré les meurtres. Les deux rapports, avec leurs nombreux détails même s’ils sont différents, pourraient marquer un tournant dans les relations entre les deux pays. Le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Pirota, a déclaré à l’AP que le Rwanda, petit mais stratégique pays de 13 millions d’habitants, est “prêt” pour une “nouvelle relation” avec la France. “La chose la plus importante dans ce processus est peut-être que ces deux comités ont analysé des faits historiques, analysé les archives qui leur ont été mises à leur disposition et sont parvenus à une compréhension commune de ce passé”, a-t-il déclaré. “À partir de là, nous pouvons construire cette relation solide.” Le rapport rwandais, commandé en 2017 par le cabinet d’avocats américain Levi Firestone Mews, s’appuie sur un large éventail de sources documentaires provenant de gouvernements, d’ONG et d’universitaires, notamment des câbles diplomatiques, des documentaires, des vidéos et des articles de presse. Les auteurs ont également déclaré avoir interrogé plus de 250 témoins. Dans les années qui ont précédé le génocide, «les responsables français ont armé, conseillé, formé, équipé et protégé le gouvernement rwandais, quel que soit l’engagement du régime Habyarimana en faveur de la déshumanisation et, en fin de compte, de la destruction et de la mort des Tutsis au Rwanda», accuse le rapport. Le rapport indique qu’en avril et mai 1994, au plus fort du génocide, “les responsables français n’ont rien fait pour arrêter” les massacres. Australian Associated Press

READ  Zidane est un joueur du Real Madrid: la possibilité d'entraîner la France

/images/transform/v1/crop/frm/silverstone-feed-data/769d69fd-50ca-418c-9a44-e031700abe55.jpg/r0_74_800_526_w1200_h678_fmax.jpg

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer