World

Un haut diplomate dément la tentative américaine de militariser le Pacifique

Le sous-secrétaire d’État américain aux affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique a déclaré à 1News que l’objectif de l’Amérique était de créer une région « d’alliés, d’amis et de partenaires ».

Daniel Kreitenbrink s’est entretenu en exclusivité avec Barbara Drever de 1News Pacific lors d’une séance de questions-réponses ce matin. Le secrétaire adjoint a visité le Pacifique cette semaine et est arrivé en Nouvelle-Zélande après des réunions à Pékin.

« Nous avons décidé qu’il était dans notre intérêt d’intensifier notre jeu, et nous avons essayé de le faire. J’aimerais penser que nous avons réussi et nous continuerons à le faire », a-t-il déclaré.

« Nous le ferons à un rythme tranquille avec nos amis insulaires du Pacifique, et nous ferons simplement ce que nos amis insulaires du Pacifique nous disent de faire et veulent que nous fassions. »

Cela fait suite à un accord de sécurité signé entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les États-Unis, qui à son tour fait suite à un accord de sécurité signé entre les Îles Salomon et la Chine.

« Nous avons un partenariat de défense avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis 1975, et à bien des égards, l’accord de coopération en matière de défense (DCA) n’est qu’une mise à jour et une mise à jour de cela, et cela se fera de manière très transparente », a déclaré Kreitenbrink. .

Il a également souligné que l’accord AUKUS, signé entre les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne, n’inclura que les sous-marins à propulsion nucléaire, n’augmentant pas la présence d’armes nucléaires dans la région.

Les réunions de Kreitenbrink se sont tenues à Pékin pour discuter des communications entre l’armée américaine et l’Armée de libération du peuple chinois.

READ  Long House, Wellington, Nouvelle-Zélande

« Nous pensons qu’il est inacceptable que nous n’ayons pas non plus de canaux de communication ouverts dans le domaine militaire », a déclaré Krettenbrink, notant que de tels contacts réduiraient les risques d’accidents ou d’erreurs de calcul lors d’incidents majeurs.

« Et regardez, notre point est que nous ne nous engageons pas dans un dialogue au profit de l’une ou l’autre des parties ; nous le faisons parce que c’est ainsi que les nations responsables devraient être impliquées. Je pense en fait qu’il est malheureux et dangereux que nos militaires ne se parlent pas. autre. »

Cependant, il a reconnu que bien que les pourparlers aient été menés de manière constructive, ils n’ont pas abouti à des progrès significatifs.

Q + A avec Tammy Jack est un journalisme d’intérêt public financé par NZ on Air

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer