Top News

Un écrivain australien se dit “torturé” dans une prison chinoise

émis en :

Sydney (AFP)

Un universitaire australien jugé en Chine pour espionnage pour ses partisans dit avoir été torturé en détention et ne connaît toujours pas le pays accusé d’espionnage pour lui.

Yang Jun, né en Chine, a déclaré qu’il avait été maltraité alors qu’il était détenu dans un site de détention secret après plus de deux ans de détention.

“Les six premiers mois (…) c’était une très mauvaise période. Ils m’ont torturé”, a-t-il déclaré dans une lettre vue par l’AFP.

“En fait, j’ai été détenu dans un endroit pire qu’une prison pendant plus de deux ans.”

Le procès de l’universitaire de 56 ans a commencé jeudi à huis clos, l’ambassadeur d’Australie à Pékin s’étant vu refuser l’accès.

Yang a déclaré qu’il ne pouvait manger qu’avec deux dents en raison de problèmes dentaires et qu’il était “fatigué et confus” lors de l’audience de jeudi, car il “n’avait pas assez d’esprit pour parler”.

“Je n’ai parlé que trois à cinq minutes. Ma défense n’était pas très bonne.”

Yang a insisté sur le fait qu’il était « 100 pour cent innocent » et a déclaré qu’il avait essayé et échoué à nier les enregistrements de son interrogatoire.

“C’est illégal. Torture”, a-t-il dit, accusant les autorités d’utiliser une “caméra cachée”.

“Les interrogatoires que j’ai subis, où on m’a dit que je devais avouer… Peut-être que quelqu’un se vengeait de moi.”

Yang a également déclaré qu’il avait échoué à une pétition lui permettant de présenter des preuves et d’appeler des témoins pour se défendre.

READ  Une conférence de presse à Roland-Garros à Osaka interrompt une "erreur massive"

Pékin a déclaré que le procès pouvait légalement se tenir au secret car il concernait des “secrets d’État” et a critiqué l’Australie pour son “ingérence” à un moment où les relations entre les deux pays se détérioraient.

Yang, qui porte également le pseudonyme de Yang Heng Jun, a également déclaré qu’il n’était toujours pas clair pour qui il était accusé d’espionnage.

“Ce n’est pas un crime idéologique. Les accusations sont liées à l’espionnage. Mais pour qui avez-vous travaillé ? Si c’était un crime, et si vous étiez un criminel, alors pour qui travailliez-vous ? L’Australie ou les États-Unis.”

“Je n’écris que pour les gens. J’écris pour l’état de droit, la démocratie et la liberté.”

Yang aurait déjà travaillé pour le ministère chinois des Affaires étrangères dans la province de Hainan – bien que Pékin l’ait nié.

Il aurait quitté la Chine continentale pour Hong Kong en 1992, puis se serait rendu aux États-Unis cinq ans plus tard, où il travaillait pour l’Atlantic Council Research Centre.

Il a ensuite obtenu la nationalité australienne – bien que Pékin ne reconnaisse pas la double nationalité – et a écrit une série de romans d’espionnage et un blog populaire en chinois.

Yang avait déjà disparu en Chine en 2011, qualifiant sa disparition de “malentendu” lorsqu’il est réapparu quelques jours plus tard.

Pékin n’a donné presque aucun détail sur l’affaire contre lui depuis son arrestation.

Le système judiciaire du pays condamne la plupart des gens à un procès, et l’espionnage peut entraîner une peine de réclusion à perpétuité.

Les relations entre Canberra et Pékin se sont fortement détériorées ces dernières années, avec des désaccords sur tout, du géant des télécommunications Huawei aux origines de Covid-19 et aux problèmes des droits de l’homme à Hong Kong et au Xinjiang.

READ  Juliette Binoche publie une photo rare de sa fille, Hana Magimel

En retour, la Chine a imposé des droits de douane sur des milliards de dollars d’exportations australiennes et coupé les voies diplomatiques entre les deux pays.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer