Top News

« Très fou » – Jordie Barrett sur les pauses constantes dans la défaite de la France

Jordie Barrett a révélé que le ballon n’était en jeu que 27 des 80 minutes lors de la défaite des All Blacks en Coupe du Monde contre la France à Paris, qualifiant ce chiffre de « absolument fou ».

Le milieu de terrain blessé – qui se remet bien d’une blessure à l’articulation du genou mais qui ne participera probablement pas au prochain match de poule de son équipe contre la Namibie à Toulouse samedi matin NZT – a probablement parlé au nom de tous les supporters des All Blacks aujourd’hui lorsqu’il a déclaré qu’il aimerait en voir plus. de travail et moins de pauses dans ce tournoi, notamment dans les matchs impliquant les All Blacks.

Il pensait à un week-end d’ouverture qui comportait des pauses d’eau obligatoires au milieu de chaque mi-temps en raison des conditions chaudes – un ajout qui ralentissait encore plus les matchs. Le problème est aggravé par un ballon glissant causé par l’humidité – de nombreuses équipes ayant du mal à le conserver et à créer de l’élan et de la pression, ce qui entraîne davantage d’arrêts.

Ce n’est un secret pour personne que les All Blacks veulent jouer le jeu à un rythme rapide pour étirer les défenses adverses et les grands sets. Leur incapacité à y parvenir contre la France a contribué à leur défaite 27-13, et a également été un facteur important dans leur précédente défaite contre les Springboks à Twickenham, où le ballon est resté en jeu pendant 33 minutes – un chiffre considéré comme faible à l’époque. .

« Il est très clair pour le moment que les équipes sont sans elle [the ball] Ils vont beaucoup mieux, a déclaré Barrett.

READ  Météo : Printemps frais dans les prochains jours - Météo - Bulgarie - Nova News

« [England’s] George Ford a marqué 27 points avec 14 hommes sur le parc [against Argentina] – Il était exceptionnel. Les Gallois ont réalisé plus de 200 plaqués et une équipe offensive comme les Fidji n’a pas pu centrer. [in the second half] Jusqu’au dernier trimestre parce que [the ball] C’était très gras.

« Nous avons constaté dans notre jeu qu’il n’y avait que 27 minutes avec le ballon en jeu, ce qui est vraiment fou dans un match de 80 minutes. Nous aimerions que ce nombre soit plus élevé et apporte un peu d’épuisement dans le match.

« Nous devons juste nous adapter. Plus tard dans le tournoi, il y aura différents facteurs, et celui qui s’adapte la nuit en cas de mort subite ira loin dans le tournoi.

Les All Blacks, à commencer par la Namibie, auront probablement à cœur de maintenir le rythme du match à un niveau qui leur est gérable. Encore une fois, cela n’est pas surprenant, mais l’une des tâches les plus importantes auxquelles les hommes de Ian Foster seront confrontés sera de trouver des moyens de vaincre les défenses tenaces et d’achever les occasions avec ce qui doit désormais être considéré comme une attaque mal dirigée.

Ils n’ont pu le faire que deux fois contre la France – l’ailier gauche Marc Tilia étant le bénéficiaire à chaque fois – et une seule fois contre Bucs grâce au génie individuel de l’arrière latéral remplaçant Cam Roegaard.

READ  Peevsky a également impliqué un marchand d'armes dans la saga Lukoil

Un problème supplémentaire pour les All Blacks est que même si certaines équipes bénéficient du jeu avec le ballon, cela tend à s’appuyer sur des coups de pied efficaces.

L’entraîneur adjoint Jason Ryan a laissé entendre que les All Blacks s’entraînaient avec des ballons immergés dans l’eau pour reproduire les conditions du jour du match, ajoutant que son équipe avait appris d’autres choses au cours des huit premiers matches du tournoi.

Il a déclaré que les principaux sujets étaient « la discipline et la pression sur les coups de pied arrêtés et les coups de pied, et je pense que nous avons tiré des leçons dans tous ces domaines ».

Ce que Ryan voulait dire, c’est que les All Blacks étaient exposés dans ces domaines, et maintenant qu’ils avaient perdu leur premier match de poule de Coupe du Monde, la marge d’erreur s’était encore réduite.

Les All Blacks ont également affronté la Namibie lors des finales de la Coupe du monde 2015 et 2019 et s’attendront à un style de confrontation de la part d’une équipe qui ne les mettra pas sous pression comme la France, les Bucs ou même l’Italie, qu’ils affronteront après le week-end du 30 septembre.

Barrett, qui a beaucoup manqué aux All Blacks au Stade de France en raison de sa capacité à donner l’avantage à son équipe, devrait débuter contre l’Italie à Lyon. L’Uruguay est le dernier adversaire des All Blacks en poule.

« Vous voulez y être mais ce n’est pas catastrophique, c’est un long tournoi et notre équipe est en bonne forme cette semaine. Je suis juste heureux de reprendre l’entraînement », a-t-il déclaré.

READ  Le Français Worley bat Shiffrin et Hector pour remporter le slalom géant

« Il suffit de regarder ce qui s’est passé il y a quatre ans », a déclaré Barrett, donnant une tournure positive à la défaite des All Blacks lors du premier match.

« L’Afrique du Sud est championne du monde et elle a perdu le premier match et a tiré quelques leçons de ce match qui lui ont été très utiles pour le reste du tournoi et nous cherchons à faire quelque chose de similaire. Il fait chaud ici en ce moment et nous nous ne nous sommes probablement pas adaptés à ces conditions aussi bien que nous aurions pu le faire.

« Ces derniers jours, nous avons vu des équipes avoir du mal à y parvenir également. Les équipes qui n’ont pas le ballon font beaucoup de chemin pour remporter certains de ces tests. Elles donnent beaucoup de coups de pied et font beaucoup d’erreurs. C’est très C’est difficile de garder le ballon, donc au fur et à mesure que le tournoi avance, il faut s’adapter. » « 

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer