Economy

Toutes les options envisagées pour un responsable commercial Engie Services تنفيذ

Le logo Inge apparaît sur le court central de Roland Garros lors du tournoi de tennis de Roland-Garros 2020 à Paris, France, le 4 octobre 2020. REUTERS/Charles Plateau

PARIS, 30 juin (Reuters) – La directrice générale Catherine McGregor a déclaré mercredi que toutes les options de vente d’Equines, la nouvelle unité de services du groupe énergétique français Engie (ENGE.PA), étaient à l’étude, y compris une éventuelle cotation.

McGregor a également déclaré aux journalistes que la vente avait suscité un vif intérêt de la part des investisseurs industriels ainsi que des acheteurs de capital-investissement.

Il a ajouté qu’Engie n’avait pas encore décidé de détenir une participation dans Equinox alors que l’État français, le plus grand actionnaire d’Engie avec près de 24%, attribuera une participation en or dans Equinox qui n’est pas actuellement envisagée.

Engy essaie de simplifier sa structure en cédant certaines activités pour se concentrer sur d’autres comme les énergies renouvelables, et en simplifiant sa structure tentaculaire.

Deux sources proches du dossier ont déclaré mardi qu’Engie lancerait une vente aux enchères de certains de ses actifs de services, les premières offres étant attendues en septembre pour une entreprise nouvellement créée qui pourrait valoir entre 5 et 6 milliards d’euros (7,14 milliards de dollars). Lire la suite

Trois sources proches de l’enchère ont déclaré que le rival français des services énergétiques SPIE (SPIE.PA) et le conglomérat Bouygues (BOUY.PA) faisaient partie des soumissionnaires industriels potentiels à contacter dans le cadre de la vente.

La société est également commercialisée auprès de fonds de capital-investissement tels que PAI Partners, Bain Capital, CVC, EQT et Apollo, selon plusieurs de ses proches.

READ  Les Parisiens dégustent à nouveau leur café et leurs croissants alors que les cafés rouvrent

Tous les acheteurs potentiels ont refusé de commenter.

L’une des parties les plus importantes de la réorganisation d’Engy concerne les services dérivés. Le groupe de gaz et d’électricité a indiqué vouloir intégrer certaines unités de services dans une entreprise qu’il appelle désormais Bright, qui emploie environ 74 000 personnes, soit 40 % de l’effectif actuel d’Engie.

(Couverture) Écrit par Benjamin Mallet, Gwen Barzic et Arno Schweitz Écriture par Dominic Vidalon Montage par Benoit van Overstraten et Elaine Hardcastle

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer