Tech

Sask. Les personnes qui maintiennent la langue indigène vivante à travers la musique, la technologie et l’éducation

La langue et la culture ont été arrachées à une grande partie de la population autochtone du Canada par le biais des pensionnats et de l’assimilation.

Samson Lamontani est déterminé à ramener cette langue et cette culture. Lamontane enseigne Misshef aux enfants à l’école Father Vachon de Saskatoon. mischev C’est une langue métisse, parlée dans certaines parties du Canada et des États-Unis, et une combinaison de cri, de français et d’autres langues.

LaMontagne non seulement garde ses enseignements en classe, mais il essaie aussi de rejoindre les gens dans un endroit où beaucoup passent beaucoup de temps : Instagram.

Il a dit qu’il créait initialement du contenu pour les enseignants et les élèves, mais que les parents ont également commencé à communiquer. Il a décidé de profiter de la plateforme car elle est accessible en privé.

Je crois que chaque élève que j’ai qui parle mischev fait revivre la langue et la maintient en vie.– Samson Lamontani

Lamontani a également déclaré qu’il est important que les peuples autochtones contribuent à la préservation de leur langue et de leur culture.

« Si vous voulez faire les choses correctement, si vous voulez une vraie réconciliation, vous avez besoin de la communauté indigène », a-t-il déclaré. « En être responsable, être responsable de sa livraison. »

Les appels à l’action de la Commission vérité et réconciliation comprennent un appel à la loi sur les langues, qui inclut le principe selon lequel la préservation, la revitalisation et la promotion des langues et cultures autochtones sont mieux gérées par les peuples autochtones et leurs communautés.

langue et technologie

Abby Janvier-Novak et Gwen Cubbon font également partie d’un projet qui utilise la technologie pour aider les gens à se connecter ou à se reconnecter dans les langues autochtones.

Ils font partie d’une équipe qui développe des applications d’activation linguistique qui catégorisent les mots cris et dénés de base en sujets, comme les animaux ou les parties du corps.

Abby Janvier-Novak et Gwen Cubbon font partie d’un projet qui utilise la technologie pour aider les gens à se (re)connecter avec les langues autochtones. (Fourni par Abby Janvier-Novak)

Cubbon, membre de la Première nation crie de Canoe Lake et consultant en revitalisation de la langue crie sur le projet, a déclaré que les applications aident également à préserver les sons, qui sont particulièrement importants dans les langues autochtones et souvent la partie la plus difficile à apprendre.

Les applications sont également destinées à des communautés spécifiques. Des applications pour de nombreuses communautés ont déjà été créées et d’autres sont en préparation.

« Je pense qu’avoir une application linguistique est un moyen contemporain de préserver la langue et de la rendre accessible aux jeunes générations », déclare Janvier Novak, membre de la Clearwater River Denny Nation, qui a été consultant en revitalisation de la langue chez Denny.

Abby Janvier-Novak et Gwen Cubbons font partie d’une équipe qui développe des applications d’activation linguistique qui catégorisent les mots cris et dénés de base en sujets, tels que les animaux ou les parties du corps. (Fourni par Abby Janvier-Novak)

Les applications mobiles – actuellement disponibles sur l’App Store d’Apple – sont une initiative des Premières Nations du Conseil tribal de Meadow Lake (MLTC), qui régit neuf Premières Nations, dans le but de susciter l’intérêt pour l’apprentissage des langues.

Langue et musique

Dale MacArthur connaît l’importance du son et du langage.

MacArthur est un auteur-compositeur-interprète de blues rock basé à Regina qui maintient la langue nakota à travers sa musique. Sous le nom de scène Dale Mac, il travaille sur un album qui comprend les paroles de Nakota et des références à la célébration culturelle.

« La recherche et la planification effectuées dans cet album impliquaient beaucoup de conseils pour les personnes âgées, de guider les personnes âgées, d’aller à un concert, de chercher des opportunités d’obtenir des subventions pour préserver la langue, et aussi pour préserver le patrimoine culturel », explique MacArthur. « .

L’auteur-compositeur-interprète Dale MacArthur affirme que la préservation de la culture et de la langue autochtones est essentielle. (Fourni par Dale MacArthur)

Il a dit qu’il était important que les jeunes autochtones aient accès à la langue et à la culture.

« C’était un peu les deux – un projet passionné et sur la préservation de la langue – de sorte que quand ce serait à mon tour de le transmettre, je serais tellement ancré dans mon ADN », dit-il.

MacArthur espère que son album sortira d’ici un mois environ.

Langue et éducation

Le programme miyo mâchihowin de l’école secondaire catholique ED Feehan à Saskatoon existe depuis 2018, mais a depuis grandi et évolué.

Initialement, il n’était proposé qu’aux élèves de neuvième année, mais maintenant, il est proposé de la neuvième à la douzième année. Il comprend également désormais plus de composants linguistiques.

Certains des objectifs du programme comprennent la résolution des problèmes de santé, l’amélioration de la confiance et la formation de l’identité. Les cours comprennent un contenu autochtone, tel que l’apprentissage basé sur la terre pour l’éducation physique.

« Ce programme offre aux jeunes autochtones un espace pour se connecter avec qui ils sont et peut-être aller de l’avant sur un chemin de guérison qui pourrait commencer par les pensionnats et les processus d’assimilation qui se sont produits tout au long de l’histoire du Canada », a déclaré l’enseignante Valine Baptiste.

Elle a dit qu’elle a vu comment les étudiants ont pu récupérer et développer un sentiment de fierté dans leur identité d’origine.

Cela affecte les élèves, selon Lars Thiemann, élève de 12e année.

« Cela m’a beaucoup affecté, dit-il. Elle a vraiment compris ma langue et ma culture. »

« Pour le moment, nous assistons à un cours de kree, je n’ai jamais compris le kree. Mais j’ai parcouru un long chemin et je peux enfin dire que je peux en comprendre certaines parties. … mais pas encore tout. »


Cette histoire fait partie de la série Called to Action: Stories of Reconciliation de CBC Saskatchewan. Au cours des prochains mois, nous explorerons des sujets allant de la langue aux sports, en soulignant les efforts locaux et les personnes qui les dirigent.

READ  Google Camera 8.2 facilite la capture rapide de vidéos

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer