Top News

Rennes, battu à Krasnodar en Ligue des champions, ne sera pas transféré en Ligue Europa

Le fait: pas de Ligue Europa pour Rennes

L’aventure européenne du Stade Rennais s’arrête là. Les huitièmes de finale de la Ligue des champions, c’était plié depuis la semaine dernière et la défaite à domicile face à Chelsea (1-2). Les huitièmes de finale de la Ligue Europa, enjeu de la “mission” que les Bretons s’étaient fixés ce mercredi soir à Krasnodar selon leur entraîneur Julian Stéphan, s’est échappé après un match logiquement perdu (1-0) en Russie.

Face à un adversaire qui cherchait également la troisième place du groupe E, Rennes a souffert en première période, avant de se montrer plus en deuxième mais d’être puni pour la naïveté de leur défenseur central et capitaine Da Silva … Avec trois points derrière l’équipe russe et une différence particulière moindre (1-1 à l’aller le 20 octobre en Bretagne), les Rouge et Noir ne peuvent plus revenir et accueilleront Séville la semaine prochaine au Roazhon Park pour un adieu en beauté en C1.

Le match: 1-0

Avec Hunou aux avant-postes à la place de Guirassy et Salin remplaçant Gomis dans le but, le Rennais a subi en première période la meilleure opportunité, une frappe de près de Berg, servie par Cabella, que Salin repoussait avec sa jambe (37e). La défense bretonne avait déjà laissé l’attaquant suédois (31e) glisser dans son dos et courir après les Français, à l’origine de la plupart des mouvements de Krasnodar (27e, 34e). Les Bretons se sont distingués par une frappe bloquée de Bourigeaud (7e) puis une tête cadrée de l’ancien Lensois (44e). Insuffisant pour marquer cet objectif essentiel.

READ  tout le monde défend Karl Toko Ekambi!

Léa-Siliki l’a eu au bout du pied après la pause sur un centre que Hunou a convenablement laissé passer mais son pied plat a raté le cadre (58e). Les entrées conjointes de Niang pour Hunou et de Grenier pour Léa-Siliki (65e) ont coïncidé avec une résurgence de situations pour les visiteurs, tandis que Krasnodar semblait s’affaiblir. Mais une reprise approximative des Russes a suffi à Berg, plus fort dans le duel que Da Silva, pour conserver la position préférentielle et marquer d’un extérieur avec un pied habile malgré un grand écart de Salin, mal récompensé pour son bon match, le 1er en Ligue des champions du paquebot de 36 ans (1-0, 71e).

Le joueur: Damien Da Silva

On peut lui reprocher un manque de vice, de naïveté aussi. Un ballon dégagé en catastrophe par la défense russe s’est transformé en une ouverture dans le dos de la défense rennaise. Dans la bagarre avec Marcus Berg, pas le plus rapide au sommet de ses 34 ans, le capitaine breton s’est fait manger à l’épaule, sans pouvoir passer devant le Suédois, ni le déséquilibrer une fois entré dans la surface.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer