Economy

Qui supporte le plus gros des pertes de revenus au CY20 alors que l’Inde lutte contre le coronavirus ?

Chaque économie dans le monde a subi des pertes économiques/de revenus en 20 ans. L'”arrêt soudain” a contraint les autorités à faire face l’année dernière à un soutien financier/en espèces rapide, massif et inconditionnel. Mais comme dans d’autres crises, ces mesures n’ont pas empêché les pertes, même si elles ont certainement contribué à les atténuer. En supposant que la croissance des revenus au cours de CY20 était la même qu’au cours de CY19, mes calculs indiquent que la perte totale de revenus subie par l’économie indienne était de 10,6% du PIB (totalisant 315 milliards de dollars) au cours de CY20. Ce chiffre était inférieur aux pertes de 12,7 % du PIB en Espagne (ES) mais presque le double de celles de l’Australie (5,8 % du PIB) et des États-Unis (6 % du PIB).

Cependant, ce qui est le plus important à apprendre est la répartition de ces pertes entre trois acteurs locaux, à savoir les ménages, les entreprises et le gouvernement ? Ceci est vital car cela nous aide à comprendre : a) si et comment la situation est différente en Inde par rapport à d’autres grandes économies, b) comment différentes réponses fiscales ont conduit à diverses répercussions pour le secteur privé, et c) les implications pour le force de la reprise, quand elle se produit . Enfin, cette analyse fournit également une leçon clé à éviter lors de la deuxième vague.

Estimer la répartition des pertes de revenus par différents secteurs en Inde (IN) n’est pas une tâche facile. Il existe deux manières d’estimer ces pertes – soit les agences statistiques nationales publient régulièrement des données sur le revenu disponible brut (RDB) avec des détails, et/ou le gouvernement publie des données sectorielles sur l’épargne brute, qui peuvent ensuite être ajoutées aux dépenses de consommation pour arriver au GDI. Pour de nombreuses économies avancées, les données pour les deux paramètres sont facilement disponibles. Cependant, pour l’Inde, les données sur les revenus et l’épargne par secteurs ne sont pas disponibles de manière régulière. Le Central Statistical Office (CSO), l’organe de diffusion des données du gouvernement indien, ne publie que des données sectorielles sur le revenu et l’épargne sur une base annuelle, avec un décalage de 10 mois. Ainsi, les données de l’exercice 21 seront disponibles à la fin du 22 janvier.

READ  Roland-Garros : la finaliste 2019 Marketa Vondrosova a atteint le quatrième tour

Afin de combler cet écart, j’estime l’épargne sectorielle sur une base trimestrielle pour l’Inde, qui est ensuite ajoutée aux dépenses de consommation finale pour arriver au revenu disponible des trois acteurs économiques locaux. Veuillez noter que la méthodologie d’estimation du revenu des ménages en Inde, en tant que somme de la consommation et de l’épargne, est en contraste avec la méthodologie officielle. Par conséquent, mes estimations ne sont que des approximations et sont susceptibles d’être modifiées à mesure que davantage de données officielles deviennent disponibles. Cependant, les tendances générales et les conclusions devraient rester les mêmes.

Mes calculs indiquent que près des quatre cinquièmes de toutes les pertes de revenus au cours de l’exercice 20 ont été subies par le secteur privé (ménages + entreprises) en Inde, et seulement un cinquième environ des pertes ont été supportées par le gouvernement (Fig. Cela contraste fortement avec l’Australie (AU), le Canada (CA) et les États-Unis, où le secteur public a subi toutes les pertes et a finalement transféré ses ressources nettes au secteur privé l’année dernière. Le secteur privé a subi des pertes comprises entre 20 et 60 % dans les grands pays européens – France (français), Allemagne (DE), Italie (IT), Espagne (ES) et Royaume-Uni – couverts par cette étude. Le secteur public a subi presque toutes les pertes en Afrique du Sud (SAf), la seule autre économie émergente et en développement incluse dans cette analyse.

Au sein du secteur privé, alors que le soutien financier représentait plus que la perte de revenu (disponible) des ménages en Australie, en Californie et aux États-Unis, les ménages de l’IN/SAf ont subi 61 %/68 % des pertes économiques au cours de l’exercice 20 (figure 1). Les pertes des ménages ont été limitées entre 16% et 28% dans les cinq pays européens inclus dans notre étude.

READ  EY affirme que la France comble l'écart avec le Royaume-Uni dans les investissements financiers

Le secteur des entreprises indiennes a également subi environ un cinquième des pertes de revenus l’an dernier. Comme les sociétés cotées indiennes ont très bien réussi au second semestre 2020, avec un ratio bénéfices/PIB atteignant un sommet en 6 ans de 3,3% du PIB, cela implique que presque toutes les pertes sont dans le secteur des entreprises. peut encourir.

À l’avenir, alors que le gouvernement de presque tous les pays, y compris l’Inde, fera un pas en arrière vers l’assainissement budgétaire (espérons-le seulement progressivement) à mesure que COVID-19 s’atténuera, le fardeau d’une croissance plus forte l’année suivante retombera entièrement sur le secteur privé. Le secteur privé de l’IN supportant une part aussi importante des pertes de revenus (jusqu’à quatre cinquièmes) au cours de l’CY20, il est clair dans une certaine mesure sceptique quant à un fort rebond de la croissance, lorsqu’il le fera.

En même temps, cette étude comprend une leçon clé. Alors que l’Inde connaît une deuxième vague féroce de COVID, bien que les pertes de revenus puissent être modestes (disons, 2-3 % du PIB) par rapport à la première vague, la principale leçon est que le gouvernement assouplit ses contraintes fiscales, pour soutenir la famille de revenu . Dans le pays. Sans un secteur domestique fort, l’économie indienne pourrait avoir du mal à effectuer une reprise solide et durable dans l’ère post-COVID.

(Nikhil Gupta Economist, les opinions de Motilal Oswal Financial Services Ltd. sont personnelles.)

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer