Economy

L’Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole, vise zéro émission de carbone d’ici 2060

émis en : la moyenne:

Riyad (AFP)

Le royaume, l’un des plus grands pollueurs au monde, a déclaré qu’il se joindrait également à un effort mondial visant à réduire les émissions de méthane de 30% d’ici 2030.

Les Nations Unies affirment que plus de 130 pays se sont fixés ou envisagent de réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro net d’ici 2050, un objectif qu’ils jugent « nécessaire » pour protéger un climat vivable.

« Aujourd’hui, j’annonce l’objectif du Royaume d’Arabie saoudite d’atteindre zéro émission nette d’ici 2060 grâce à son approche circulaire de l’économie du carbone », a déclaré le prince héritier Mohammed bin Salman dans une déclaration enregistrée au forum Saudi Green Initiative.

« Je suis heureux de lancer des initiatives dans le secteur de l’énergie qui réduiront les émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d’ici 2030, donc volontairement plus du double de l’objectif annoncé », a déclaré le prince Mohammed.

« Nous annonçons également que le Royaume a rejoint le Global Methane Pledge. »

Un communiqué indique que l’Arabie saoudite « contribuera à réduire les émissions mondiales de méthane de 30 % d’ici 2030, dans le cadre de son engagement en faveur d’un avenir plus propre et plus vert ».

Le ministre de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré lors de la conférence que l’objectif 2060 « nous permettra de réaliser une transition en douceur et viable, sans risquer d’impacts économiques ou sociaux ».

Ces annonces interviennent un jour après que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que la situation climatique actuelle était un « aller simple vers la catastrophe », soulignant la nécessité « d’éviter l’échec » lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow.

Une photo d’archive fournie par le géant de l’énergie Saudi Aramco, la compagnie pétrolière et gazière publique d’Arabie saoudite, montre ses usines pétrolières à Dhahran, dans l’est de l’Arabie saoudite. Ahmed Al-Itani Saudi Aramco / Agence France-Presse / Dossier

Le rassemblement, qui a eu lieu entre le 31 octobre et le 12 novembre, dans la ville écossaise est considéré comme une étape cruciale dans la fixation d’objectifs d’émissions mondiales pour ralentir le réchauffement climatique.

READ  Black Friday - Bruno Le Maire demande un report de la réunion commerciale

En mars, l’Arabie saoudite a dévoilé une vaste campagne pour lutter contre le changement climatique et réduire les émissions de carbone, notamment un plan visant à planter des milliards d’arbres au cours des prochaines décennies.

Campagne de plantation d’arbres

Le prince Mohammed a déclaré à l’époque que le plus grand centre de l’OPEP visait à réduire les émissions en produisant la moitié de son énergie à partir d’énergies renouvelables d’ici 2030.

Le prince héritier a annoncé samedi que la première phase comprendra la plantation de plus de 450 millions d’arbres et la réhabilitation de huit millions d’hectares de terres dégradées.

L’Arabie saoudite a également annoncé qu’elle désignerait de nouvelles « zones protégées ».

Le prince Mohammed a déclaré que cette décision porte « le total des zones protégées du royaume à plus de 20% de sa superficie totale », ajoutant que la première série d’initiatives vertes a coûté plus de 700 milliards de riyals (186,6 milliards de dollars).

L’Arabie saoudite dépend actuellement du pétrole et du gaz naturel pour répondre à sa demande croissante d’énergie et de dessalement de l’eau – qui consomme d’énormes quantités de pétrole chaque jour.

Plus tôt cette année, l'Arabie saoudite a annoncé un plan visant à planter des milliards d'arbres dans le cadre de l'initiative verte
Plus tôt cette année, l’Arabie saoudite a annoncé un plan visant à planter des milliards d’arbres dans le cadre de l’initiative verte – Agence France-Presse / dossier

Ces initiatives interviennent alors que le géant de l’énergie Saudi Aramco, la vache rentable du royaume, fait face à un examen minutieux des investisseurs sur ses émissions.

En janvier, Bloomberg News a rapporté que la société avait exclu les émissions générées par bon nombre de ses raffineries et usines pétrochimiques dans ses divulgations globales de carbone aux investisseurs.

READ  Stellantis conclut des accords d'approvisionnement en lithium avec des entreprises californiennes et allemandes - Sourcing

Elle a ajouté que si ces installations étaient incluses, l’empreinte carbone autodéclarée de l’entreprise pourrait presque doubler, ajoutant jusqu’à 55 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone équivalent à son décompte annuel – à peu près les émissions produites par le Portugal.

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer